0
MenuAfrique
BBC

Enfants et médias sociaux : les enfants grandissent-ils trop vite ?

 124625595 Gettyimages 931043378 170667a Un adolescent

Sun, 8 May 2022 Source: www.bbc.com

Les enfants d'aujourd'hui n'ont plus le droit d'être des enfants, disent les adultes qui se souviennent d'une enfance exempte de la pression engendrée par les technologies numériques, auxquelles les jeunes d'aujourd'hui sont soumis.

À certains égards, c'est peut-être vrai. Les parents d'un niveau de vie moyen permettent à leurs enfants d'avoir un smartphone à l'âge de 10 ans, ce qui leur ouvre un monde inaccessible aux générations précédentes, avec un accès illimité aux informations, aux médias sociaux et à d'autres privilèges auparavant réservés aux adultes. Des privilèges qui forcent les enfants à la maturité émotionnelle, avant même qu'ils n'atteignent l'âge adulte.

Il existe un terme pour désigner ce phénomène : "KGOY" ou "kids getting older younger", qui signifie que les enfants sont plus avisés que les générations précédentes.

Enracinée dans le marketing, l'idée est qu'en raison de ce phénomène, les enfants sont plus sensibles aux marques, et que les produits doivent donc être annoncés aux enfants plutôt qu'à leurs parents. Cette théorie existe depuis les années 1990 et, depuis lors, les experts ont tenté de prouver la disparition précoce de l'enfance en pointant du doigt des causes telles que l'âge auquel les enfants reçoivent un smartphone, le fait qu'ils regardent désormais davantage de programmes télévisés pour adultes. Ou encore le problème des adolescentes qui sont poussées à penser à leur apparence en raison d'une plus grande exposition aux idéaux de beauté sur les médias sociaux.

Pourtant, si beaucoup s'inquiètent du fait que les enfants semblent grandir trop vite, certains éléments indiquent qu'ils pourraient, en fait, mûrir plus lentement. Les membres de la génération Z atteignent systématiquement les repères traditionnels de l'âge adulte, tels que la fin des études et le départ du domicile parental, plus tard que les générations précédentes, et des études ont montré que les adolescents s'adonnent à des activités "adultes" telles que les relations sexuelles, les rendez-vous galants, la consommation d'alcool, les sorties sans les parents et la conduite automobile beaucoup plus tard que les générations précédentes.

La technologie peut exposer les enfants à davantage de choses et les rendre plus intelligents. Mais la question de savoir s'ils grandissent vraiment plus vite est peut-être subjective. Il est peut-être temps de revoir ce que nous considérons comme les étapes de la maturation, et ce que signifie vraiment grandir vite.

Qu'est-ce que l'enfance ?

Pour comprendre comment nous mesurons la croissance, il est important de réfléchir à ce que la plupart des gens entendent par "enfance" et "âge adulte". Si l'on exclut les mesures biologiques telles que le moment où les enfants atteignent la puberté, notre compréhension de l'enfance est en grande partie une construction sociale. Les gens ont une vision différente de ce qu'elle signifie selon le moment et le lieu où ils ont grandi, ce qui la rend difficile à mesurer ou à quantifier.

Dans la plupart des pays, les gens sont considérés comme des adultes à partir de l'âge de 18 ans, mais cela varie. Au Japon, vous êtes légalement un enfant jusqu'à l'âge de 20 ans, tandis que dans d'autres pays comme l'Iran, des individus âgés de neuf ans seulement peuvent être considérés comme des adultes par la loi. Les définitions de l'enfance ont également varié au cours de l'histoire : au XIXe siècle, il était courant que les enfants de moins de 10 ans travaillent, et l'idée d'être un "adolescent" n'a pas vraiment existé avant les années 1940. Avant cela, les adolescents étaient simplement considérés comme passant directement de l'enfance à l'âge adulte.

Comment comprendre alors l'idée de grandir plus vite - et est-ce vraiment le cas ? "Les étapes fondamentales du développement de l'enfant ne changent pas", affirme Shelley Pasnik, vice-présidente senior et directrice du Center for Children and Technology, un groupe de recherche basé à l'Education Development Center, à New York. "Le monde extérieur est en constante évolution, mais les étapes cognitives et émotionnelles des enfants restent les mêmes.

Et, comme le souligne Pasnik, il est difficile de mesurer et de quantifier l'idée de "grandir" dans un sens social et culturel. L'enfance comporte tellement d'aspects interculturels, linguistiques et développementaux qu'il est presque impossible de déterminer avec précision quel est l'élément qui influence le plus la rapidité avec laquelle les enfants grandissent et vieillissent.

Il est également prouvé que les gens ont tendance à idéaliser leur propre enfance, l'imaginant comme une période plus insouciante et heureuse. Il est possible que les adultes se plaignant que les enfants d'aujourd'hui mûrissent plus rapidement les comparent à une vision biaisée et nostalgique de leur propre jeunesse, qui ne correspond pas tout à fait à la réalité.

Des "idées véhiculées par les médias"

"Ce qui a changé, c'est l'exposition [des enfants] à l'information par le biais de plateformes vidéo vers les téléphones des soignants ; de plateformes de médias sociaux et de haut-parleurs interactifs, avec une capacité illimitée à pousser du contenu", explique Pasnik. Les enfants reçoivent désormais constamment ce que Pasnik appelle des "idées livrées par les médias" - des contenus destinés aux adultes et consultés principalement sur Internet - beaucoup plus tôt que les générations précédentes.

"Il y a une exposition accrue à des contenus violents ou sexuels à un plus jeune âge, ce qui entraîne une désensibilisation et une normalisation, car le cerveau des enfants n'est pas complètement développé pour traiter cela comme le fait un cerveau adulte", explique Willough Jenkins, directeur du service de psychiatrie des patients hospitalisés au Rady Children's Hospital de San Diego (États-Unis).

"Bien sûr, une partie de l'exposition se fait aussi avec d'autres personnes, analyse Jenkins. Les enfants peuvent communiquer avec des inconnus sans surveillance, ce qui entraîne un risque accru de cyberintimidation ou de conversations entre adultes qu'ils ne sont pas équipés pour gérer."

Selon Pasnik, tout cela peut conduire les enfants à se confronter aux réalités des adultes avant qu'ils ne soient prêts à le faire sur le plan du développement - ce qui est souvent interprété comme "grandir trop vite".

Jenkins s'empresse toutefois de souligner que la technologie n'est ni mauvaise ni bonne, et que l'accès accru des jeunes aux médias sociaux suscite de nombreuses craintes. On cite souvent l'anecdote selon laquelle, dans les générations précédentes, les parents s'inquiétaient de voir leurs enfants regarder la télévision, alors que les médias sociaux sont devenus le nouveau mal de société à craindre.

En réalité, l'exposition à des contenus auxquels les générations précédentes n'avaient pas accès peut être une bonne chose. La technologie permet aux enfants de rechercher des connaissances de manière indépendante et de faire preuve d'esprit critique, grâce à leur accès à un plus large éventail de sources. Pour les enfants vivant dans des régions reculées, la possibilité de trouver davantage de connaissances et de liens sociaux en dehors de leur famille immédiate peut être inestimable, tout comme l'accès à un soutien et à une communauté pour les groupes minoritaires.

Ou rester jeune plus longtemps ?

La technologie est loin d'être la seule force sociale qui influe sur la façon dont les enfants se développent, le rythme avec lequel ils grandissent. Au cours des dernières décennies, la parentalité s'est intensifiée aux États-Unis et dans de nombreux autres pays, et les enfants d'aujourd'hui peuvent s'attendre à davantage de jeux structurés, d'activités extrascolaires et de supervision parentale que les générations précédentes.

La question de l'impact de cette évolution sur les enfants fait l'objet d'un vif débat : d'une part, les attentes accrues à l'égard des enfants, qui doivent optimiser leur temps à la manière des adultes, entraînent un stress inutile (et la perte d'une étape importante et insouciante de l'enfance) ; d'autre part, elles conduisent à une génération de jeunes adultes choyés, incapables de penser par eux-mêmes (et à une enfance prolongée et malsaine).

"On a beaucoup parlé, surtout durant ces dernières années, de l'institutionnalisation et du contrôle accrus de la vie des enfants", déclare William Corsaro, professeur émérite de sociologie à l'université de l'Indiana (États-Unis). Il pointe du doigt l'omniprésence des parents et la participation des enfants à des activités extrascolaires et à des cours en dehors de l'école, ainsi que les craintes "exagérées" concernant la sécurité des enfants et la baisse du taux de natalité (ce qui signifie moins de camarades de jeu à la maison) comme autant de facteurs qui ralentissent la maturation des enfants.

Cette théorie est reprise par Jean Twenge dans son livre "iGen", publié en 2017. S'appuyant sur une enquête menée auprès de 11 millions de jeunes Américains, Twenge affirme que les enfants nés après 1995 grandissent plus lentement, contrairement à ce que l'on pense généralement, et qu'ils franchissent les étapes traditionnellement considérées comme "adultes" bien plus tard que leurs aînés.

Cela s'explique en partie par le fait que les smartphones permettent aux enfants de se socialiser depuis leur domicile, ce qui les rend moins susceptibles de s'engager dans des activités telles que la consommation d'alcool avec leurs pairs ou le sexe, mais elle fait également référence à une idée évolutionniste connue sous le nom de "théorie de l'histoire de la vie", qui classe la maturation des espèces en stratégies "lentes" et "rapides" - plus l'environnement est sûr, plus la maturation est lente.

Aujourd'hui, à une époque où le taux de natalité est faible et l'espérance de vie élevée, les enfants ont tendance à être plus proches de leurs parents et à grandir dans un environnement plus sûr, ce qui leur permet de mûrir plus lentement. Cela signifie qu'ils ne sont pas poussés vers l'indépendance de la même manière que les enfants qui grandissent dans un environnement à maturation rapide - celui que les générations précédentes ont connu - pourraient l'être.

À une époque où le taux de natalité est faible et l'espérance de vie élevée, les enfants ont tendance à être plus proches de leurs parents et à grandir dans un environnement plus sûr, ce qui leur permet de mûrir plus lentement.

Bien qu'il s'agisse d'une sorte d'imprévu, la pandémie de Covid-19 semble également exacerber cette tendance. Les enfants sont restés à la maison au lieu d'aller à l'école, n'ont pas pu voyager pour aller à l'université et ont été privés des emplois qui leur offraient un premier aperçu de l'indépendance. Selon la plupart des critères traditionnels, ils n'ont pas pu grandir au même rythme que les enfants des années précédentes. Mais selon d'autres critères, ils ont été exposés à des vérités dérangeantes et à des responsabilités sociales telles que le port de masques, qui les ont obligés à se confronter plus rapidement au monde des adultes.

Une question de perspective

Bien que les faits indiquent que, d'un point de vue culturel et social, les enfants ne grandissent pas plus vite que par le passé, cela peut être lié à la façon dont nous comprenons ce que signifie grandir.

D'un côté, les enfants grandissent vraiment plus lentement, apparemment maintenus jeunes par un monde numérique et socialement distant où leurs parents sont leurs plus proches compagnons dans la vie réelle. D'un autre point de vue, les enfants montrent simplement comment on peut mûrir dans le monde d'aujourd'hui. En fait, il serait facile d'affirmer qu'une vision plus large de la vie en dehors de la ville natale et des cercles d'amis locaux, rendue possible par la technologie, ou une capacité à naviguer dans un monde en ligne, constituent un ensemble de jalons et de marqueurs de la maturité tout aussi valables que le fait d'avoir des relations sexuelles, de boire, de conduire et de déménager du domicile familial.

En fin de compte, de nombreux facteurs influencent le rythme de maturation des enfants, et les circonstances sont très individuelles. Notre compréhension de la fin de l'enfance et du début de l'âge adulte - et de la ligne qui les sépare - est floue et subjective. La société n'est pas statique - elle évolue constamment, et ce à quoi ressemble l'enfance et ce que l'on ressent évoluent aussi constamment. Vieillir peut sembler plus compliqué de nos jours, mais les enfants ne font pas la différence, tout comme leurs parents ne connaissaient pas la vie sans Internet, la télévision ou le téléphone - ou tout ce qui, selon leurs propres parents, les faisait grandir trop vite ou trop lentement.

Jessica Gross a contribué à ce reportage.

Source: www.bbc.com