0
MenuAfrique
BBC

Environnement : comment les éléphants de forêt d'Afrique aident à lutter contre le changement climatique

 124229328 5e469d2c Dec0 4fe1 A9a1 4302c2550453 Environnement : comment les éléphants de forêt d'Afrique aident à lutter contre le changement climat

Mon, 25 Apr 2022 Source: www.bbc.com

En traversant les forêts tropicales denses d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale, l'éléphant de forêt crée un labyrinthe de corridors verts en broutant et en piétinant les petits arbres sur son passage. Mesurant 3 mètres, ce gentil géant est plus petit que son homologue plus connu, l'éléphant de la savane, et reste une créature insaisissable et solitaire. L'éléphant de forêt sème la pagaille dans la végétation luxuriante de la forêt tropicale en arrachant l'écorce des jeunes arbres, en creusant pour trouver des racines dans le sol et en grignotant des feuilles et des baies. Mais cette destruction fait plus de bien que de mal à la forêt : elle aide les forêts à stocker davantage de carbone dans leurs arbres et préserve l'un des écosystèmes les plus vitaux de la planète.

Les entreprises et les gouvernements du monde entier s'efforcent de réduire leurs émissions et de mettre au point des technologies innovantes pour capturer le carbone. Mais l'éléphant de forêt africain est remarquablement efficace pour stocker le carbone sans aucune aide technologique.

Les éléphants de forêt africains sont connus comme les "méga-jardiniers de la forêt", en raison de leur capacité à accroître les stocks de carbone et à disperser les nutriments vitaux. Une étude réalisée en 2019 a révélé que les habitudes destructrices des éléphants contribuent à augmenter la quantité globale de carbone stockée dans la forêt tropicale d'Afrique centrale. Chaque éléphant de forêt peut stimuler une augmentation nette du captage du carbone de ces forêts tropicales de 9 500 tonnes métriques de CO2 par km². Cela équivaut aux émissions produites par la conduite de 2 047 voitures à essence pendant un an.

Les scientifiques ont d'abord effectué des travaux de terrain sur deux sites du bassin du Congo, l'un où les éléphants étaient actifs et l'autre où ils avaient disparu, et ont enregistré les différences de couverture arborée et de densité du bois. Ils ont ensuite construit un modèle qui suivait la dynamique de la forêt, comme la biomasse, la hauteur des arbres et les stocks de carbone, et simulait la perturbation par les éléphants en augmentant la mortalité des plus petites plantes.

Un éléphant vivant fournit des services valant des millions, il nous aide à lutter contre le changement climatique et vaut beaucoup plus vivant que mort - Ralph Chami, directeur adjoint de l'Institut de développement des capacités du Fonds monétaire international (FMI).

Le modèle a montré que les éléphants de forêt réduisaient la densité des tiges dans la forêt, mais augmentaient le diamètre moyen des arbres et la biomasse totale au-dessus du sol. La raison en est que les éléphants broutent et piétinent les arbres de moins de 30 cm de diamètre, qui sont en concurrence avec les arbres plus grands pour la lumière, l'eau et l'espace. En éliminant la concurrence, les grands arbres ont prospéré.

En conséquence, les arbres les plus grands sont devenus encore plus grands grâce aux habitudes des éléphants, explique l'auteur principal, Fabio Berzaghi, chercheur au Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement de Gif-sur-Yvette, en France.

Les arbres plus petits, que les éléphants préfèrent manger, ont une densité de bois plus faible, ce qui est lié à un taux de croissance plus rapide et à une mortalité plus élevée. Le comportement des éléphants favorise la croissance des arbres à croissance plus lente qui stockent davantage de carbone dans leur tronc, explique M. Berzaghi. La capacité de stockage du carbone des arbres dépend principalement de leur volume et de la densité du bois, même si un bois plus dense nécessite plus de ressources et de temps pour être construit, ajoute-t-il.

"On peut considérer les éléphants comme des gestionnaires de forêts", ajoute-t-il. Ils sont une "espèce clé de voûte", ce qui signifie qu'ils jouent un rôle essentiel dans le maintien de la biodiversité de leur habitat.

Nous sommes en train de perdre notre capital naturel et sa biodiversité. Si nous perdons ce combat, nous mourrons aussi. Mais si nous investissons dans la nature, cela nous reviendra en boomerang en séquestrant le carbone - Ralph Chami

Outre l'élimination de la concurrence, les éléphants dispersent également les graines et les nutriments lorsqu'ils frôlent la végétation et distribuent du caca dans la forêt, ce qui permet aux arbres de pousser plus rapidement, explique M. Berzaghi. "Les éléphants aident à disperser les arbres, dont les autres animaux dépendent. Les arbres favorisés par les éléphants font vivre les primates et de nombreux autres animaux."

L'extinction des éléphants de forêt entraînerait une perte de 7% des réserves de carbone, soit 3 milliards de tonnes au total, dans la forêt tropicale d'Afrique centrale, selon l'étude. Cela équivaut aux émissions générées par plus de 2 milliards de voitures à essence au cours d'une année.

"Cela envoie un message assez fort en faveur de la conservation des éléphants de forêt", déclare M. Berzaghi.

Le risque d'extinction des éléphants de forêt d'Afrique est très élevé. Ils sont en danger critique d'extinction et leurs populations diminuent rapidement en raison du braconnage et de la déforestation. Dans les années 1970, on comptait 1,2 million d'éléphants se déplaçant sur d'immenses étendues d'Afrique, mais ils ont été poussés au bord de l'extinction par les braconniers et la perte d'habitat. Aujourd'hui, il n'en reste que 100 000, selon une étude de 2013.

"Au moins deux cent mille éléphants de forêt ont disparu entre 2002 et 2013, à raison d'au moins 60 par jour, soit un toutes les 20 minutes, jour et nuit", avait alors déclaré Fiona Maisels, coauteur de l'étude et scientifique à la Wildlife Conservation Society.

"Au moment où vous prenez votre petit-déjeuner, un autre éléphant a été abattu pour produire des bibelots destinés au marché de l'ivoire", dit-elle.

"Nous avons perdu un grand nombre d'éléphants de forêt au cours des deux dernières décennies", explique Thomas Breuer, coordinateur pour les éléphants de forêt africains au Fonds mondial pour la nature (WWF). "Les éléphants de forêt ont un mode de reproduction beaucoup plus lent [que les éléphants de la savane], et les populations mettent donc beaucoup plus de temps à se reconstituer."

"Leur comportement a été perturbé par le braconnage. Beaucoup n'ont pas de mère et ne peuvent pas apprendre les schémas de déplacement individuels qu'ils héritent normalement de la matriarche", poursuit-il.

À mesure que leur habitat se rétrécit, les éléphants entrent également en contact plus étroit avec les humains, ce qui a entraîné une augmentation des meurtres d'éléphants en représailles, ajoute-t-il.

Selon une étude réalisée en 2020 par Emma Bush, de l'université de Stirling, en Écosse, le changement climatique entraîne également une diminution des fructifications dans les forêts tropicales africaines, ce qui rend les éléphants très vulnérables à une réduction de leurs ressources alimentaires.

Valoriser la nature

Selon l'étude de M. Berzaghi, si le troupeau d'éléphants de forêt d'Afrique retrouvait sa taille d'antan et son aire de répartition de 2,2 millions de km2, il pourrait augmenter le captage du carbone de 13 tonnes métriques par hectare. Cela équivaut aux émissions générées par 10 voitures à essence pendant un an par hectare.

Selon M. Berzaghi, l'étude montre que la survie des éléphants de forêt est essentielle pour préserver le bassin du Congo, deuxième plus grande forêt tropicale du monde, en tant que puits de carbone majeur.

Cela est d'autant plus urgent que certaines parties de la forêt amazonienne perdent leur fonction de puits de carbone, dit-il. Selon des recherches menées par l'Institut national brésilien de recherche spatiale (INPE), plus d'un quart de l'Amazonie émet désormais plus de carbone qu'elle n'en absorbe.

"C'est un impact énorme, vous savez directement parce que nous émettons du CO2 dans l'atmosphère, ce qui accélère le changement climatique, mais aussi parce que cela favorise les changements dans les conditions de la saison sèche et le stress des arbres qui produiront encore plus d'émissions", a déclaré l'auteur principal Luciana Gatti à BBC News en juillet 2021.

"Nous ne parviendrons pas à la neutralité carbone si nous n'investissons pas dans des solutions fondées sur la nature", affirme M. Berzaghi.

Dans son dernier rapport publié en février, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de l'ONU souligne que les solutions fondées sur la nature constituent un outil crucial pour lutter contre le changement climatique et réduire les émissions de carbone dans l'atmosphère.

"En restaurant les écosystèmes dégradés et en conservant efficacement et équitablement 30 à 50 % des habitats terrestres, d'eau douce et océaniques de la Terre, la société peut bénéficier de la capacité de la nature à absorber et à stocker le carbone", a déclaré Hans-Otto Pörtner, l'un des coprésidents du rapport du GIEC, dans un communiqué.

Ralph Chami, directeur adjoint de l'Institut de développement des capacités du Fonds monétaire international (FMI), a pour mission de souligner la valeur de la conservation de la nature dans la lutte contre le changement climatique. L'économiste s'y prend d'une manière qui pourrait bien attirer l'attention des politiciens et des entreprises : en donnant une valeur monétaire à un éléphant des forêts.

En se basant sur les résultats de l'étude de M. Berzaghi de 2019, M. Chami a évalué les services de capture du carbone de chaque éléphant de forêt à 1,75 million de dollars, la valeur totale du troupeau, rétabli à son ancienne taille de 1,2 million, étant estimée à 36 milliards de dollars. Chami a basé ses calculs sur le prix moyen du marché d'une tonne métrique de dioxyde de carbone à l'époque - un peu moins de 25 $ en 2019. Le braconnage entraînerait une perte de 10 à 14 milliards de dollars de services liés au carbone, selon une analyse récente de MM Berzaghi et Chami.

Plutôt que de considérer la conservation des éléphants comme une proposition de coût, nous devrions la considérer comme un investissement, affirme-t-il.

"L'éléphant de forêt est un actif naturel qui nous apporte de la valeur tout au long de sa vie", dit-il. "Un éléphant vivant fournit des services valant des millions, il nous aide à lutter contre le changement climatique et vaut beaucoup plus vivant que mort." L'ivoire d'un éléphant de forêt mort est évalué à environ 21 000 dollars.

"Nous sommes en train de perdre notre capital naturel et sa biodiversité. Si nous perdons ce combat, nous mourrons aussi", dit-il. "Mais si nous investissons dans la nature, cela nous reviendra en boomerang en séquestrant le carbone".

Ce n'est pas la première fois que Chami met un prix sur une espèce. En 2019, il a publié un rapport avec d'autres économistes du FMI examinant les avantages climatiques de la protection des baleines. L'analyse a révélé que, si l'on additionne la valeur du carbone séquestré par une baleine au cours de sa vie, la grande baleine moyenne vaut plus de 2 millions de dollars, l'ensemble du stock mondial s'élevant à plus de 1 milliard de dollars.

Lorsque les baleines meurent, elles coulent au fond de l'océan et tout le carbone stocké dans leur énorme corps est transféré dans les eaux profondes, où il reste pendant des siècles.

Selon M. Chami, donner un prix aux espèces est le meilleur moyen de convaincre les pays de les protéger. "Je voulais traduire ces avantages climatiques en dollars et en cents et mettre les [chiffres] sous les yeux des décideurs politiques."

Vendre les services carbone des éléphants

D'autres poussent le concept de la valeur monétaire d'un éléphant un peu plus loin. La startup Rebalance Earth vise à utiliser les résultats scientifiques de Berzaghi et l'évaluation de Chami pour vendre le potentiel de capture du carbone des éléphants à des entreprises du monde entier.

S'appuyant sur le marché de la compensation carbone, qui permet aux entreprises de compenser leurs émissions en payant pour la plantation d'arbres ou des projets d'énergie renouvelable ailleurs, Rebalance Earth a commencé à vendre des jetons d'écosystème qui représentent le carbone capturé par chaque éléphant.

"La valeur monétaire de l'éléphant de forêt est directement liée à la quantité de carbone qu'il séquestre au cours de sa vie et cette quantité est multipliée par le prix actuel d'une compensation carbone", explique Walid Al Saqqaf, directeur général de Rebalance Earth.

Les entreprises qui achètent les jetons paient pour protéger les éléphants, les fonds collectés étant destinés aux gardes forestiers et aux communautés locales, selon Al Saqqaf. L'ensemble de la transaction sera géré et surveillé via une technologie blockchain privée.

"Tout le monde aime les éléphants, mais cela permet-il d'arrêter leur déclin ?", dit-il. "Nous ne faisons pas les bons choix sur la base de bonnes intentions, nous prenons des décisions autour de notre portefeuille. Comment pouvons-nous utiliser cette initiative financière pour faire les bonnes choses ?"

Rebalance Earth lance un projet pilote au Gabon, où résident jusqu'à 70 % des éléphants de forêt d'Afrique. Le Gabon représente près d'un cinquième de la forêt du bassin du Congo et présente des taux de déforestation plus faibles que ses voisins, la République du Congo et le Cameroun. Cependant, les gardes forestiers gabonais ont menacé de se mettre en grève cette année, en raison des mauvaises conditions de travail et des retards de paiement.

"Notre financement permettra de s'assurer qu'il y a suffisamment de gardes forestiers pour protéger les éléphants et investir dans les communautés locales", déclare Al Saqqaf.

Certaines personnes sont sceptiques quant à l'approche de Rebalance Earth, citant des préoccupations environnementales et éthiques autour de l'utilisation de jetons numériques soutenus par la blockchain pour financer la conservation.

Catherine Flick, chercheuse principale en informatique et responsabilité sociale à l'université De Montfort de Leicester, au Royaume-Uni, affirme que le principal problème est que cette approche est "spéculative" et "très difficile à réglementer".

Cependant, Al Saqqaf soutient que la "beauté" d'un système de blockchain est que chaque partie a exactement le même accès aux informations que n'importe quelle autre. "Au fur et à mesure que notre plateforme se développe, nous allons mettre en place un organe de gouvernance indépendant et nous examinerons son rôle dans la vérification des transactions", ajoute-t-il.

Selon M. Flick, la question se pose également de savoir qui profite du programme : les grandes entreprises qui achètent les jetons ou les communautés locales qui effectuent le travail de conservation ?

Al Saqqaf affirme que les gardes forestiers seront payés dans leur monnaie locale, tout comme les communautés pendant le projet pilote. Lorsque l'initiative sera étendue, les particuliers pourront dépenser leurs jetons dans des magasins spécialisés et dans des établissements de santé et d'éducation, explique-t-il. Les revenus générés par le système seront investis dans les soins de santé et l'éducation au niveau local, ajoute-t-il.

D'un point de vue climatique, l'utilisation de la blockchain, qui peut être très énergivore, suscite des inquiétudes supplémentaires. Rebalance Earth indique qu'elle utilisera la blockchain privée R3 Corda, qui, selon elle, consomme à peu près la même quantité d'énergie que l'envoi d'un courriel. Alors que le Bitcoin et d'autres blockchains publiques utilisent le mécanisme très énergivore de "preuve de travail" pour vérifier les transactions, R3 Corda est une blockchain privée qui utilise un mécanisme de consensus de validité et d'unicité, qui consomme beaucoup moins d'énergie car il ne nécessite pas de puissance de calcul pour résoudre un problème mathématique.

M. Breuer estime que le projet pilote est une "initiative fantastique" mais identifie plusieurs écueils potentiels. "Il est absolument nécessaire d'avoir un mécanisme qui consacre de l'argent au maintien des éléphants de forêt et à l'augmentation de la capacité des populations locales à coexister avec la faune", dit-il. "Mais nous devons être honnêtes quant aux limites et aux défis d'un tel concept."

Par exemple, il y a le problème pratique du suivi des éléphants. "Comment allez-vous savoir qu'il s'agit des mêmes éléphants ? Ils ne sont pas faciles à identifier", explique-t-il.

Il est également difficile de convaincre les communautés locales des "avantages intangibles" d'une telle initiative, selon Breuer. "Si vous allez dans un village d'Afrique centrale et que vous leur parlez du concept de blockchain, ils diront 'si nous tuons un éléphant, nous aurons de la viande pendant un certain temps et cela a plus de valeur pour nous'", dit-il.

Selon M. Breuer, les efforts de conservation devraient être déployés au niveau local et viser à aider les communautés à vivre aux côtés des éléphants. Le financement devrait également être orienté vers la prévention du braconnage et l'application de la loi, dit-il.

"Nous devons nous assurer que l'argent arrive sur le terrain. Les solutions se trouvent toujours sur le terrain, pas dans les capitales", dit-il.

L'objectif ultime, selon M. Breuer, devrait être de convaincre les communautés locales que la conservation est une activité qui en vaut la peine et qui apporte emplois et prospérité à la région. "Pour qu'en l'espace d'une ou deux générations, elles aient le sentiment qu'elles ne peuvent pas vivre sans la conservation".

Source: www.bbc.com