0
MenuAfrique
BBC

Géostratégie : les "minéraux du futur" qui suscitent déjà la convoitise dans le monde

 108285688 Gettyimages 667308604 Géostratégie : les

Mon, 25 Apr 2022 Source: www.bbc.com

C'était 18 minutes de chaos.

Le 8 mars, à 5 h 42, le prix du nickel a commencé à augmenter si rapidement qu'il a provoqué la panique à la Bourse des métaux de Londres.

En 18 minutes seulement, il a dépassé les 100 000 dollars la tonne, un bond sans précédent qui a provoqué l'arrêt des transactions sur le métal.

Avant de battre ce record, la valeur du métal avait déjà connu une augmentation de 250 % au cours des dernières 24 heures.

Cet épisode a marqué la première crise majeure des métaux depuis que l'invasion de l'Ukraine par la Russie a ébranlé les marchés mondiaux.

Cette hausse choquante, liée aux sanctions occidentales contre la Russie et aux mouvements spéculatifs sur les contrats à terme, a montré clairement que des métaux comme le nickel, essentiels dans la transition vers une économie plus propre, sont devenus indispensables dans un monde qui ne dépend plus des combustibles fossiles.

La Russie, grand exportateur de pétrole et de gaz, a démontré qu'en raison de la dépendance de nombreux pays, notamment en Europe, à l'égard de ses exportations, les carburants sont une arme de guerre dans le contexte des fortes pressions économiques que les États-Unis et leurs alliés ont imposées au Kremlin pour qu'il mette fin à son invasion de l'Ukraine.

"Construire un avenir énergétique propre produit aux États-Unis contribuera à préserver notre sécurité nationale", affirme le président Joe Biden le 31 mars.

"Nous devons mettre fin à notre dépendance à long terme vis-à-vis de la Chine et d'autres pays pour les intrants qui alimenteront l'avenir", explique-t-il après avoir annoncé qu'il invoquerait la loi sur la production de défense pour soutenir la production et le traitement locaux des minéraux utilisés dans la fabrication des batteries électriques et le stockage des énergies renouvelables.

Parmi eux, selon la Maison Blanche, figurent le lithium, le nickel, le graphite, le manganèse et le cobalt.

Les armes énergétiques de la Russie

Mais il y en a beaucoup d'autres. En fonction de ses besoins, chaque pays a en ligne de mire différents minéraux pour mieux se disputer les parts de marché dans la transition énergétique vers une économie plus électrifiée.

Les experts préviennent que les nations qui restent ancrées dans les exportations de pétrole, de gaz et de charbon risquent de devenir de moins en moins compétitives.

Il suffit de regarder la Russie, dont la puissance économique repose en grande partie sur les combustibles fossiles : elle est le deuxième producteur de gaz et le troisième producteur de pétrole du monde.

Toutefois, dans la course aux métaux qui joueront un rôle crucial dans le développement économique futur, la Russie a ses avantages : elle est le deuxième exportateur mondial de cobalt, le deuxième de platine et le troisième de nickel.

Bien que la Russie ait des cartes à jouer dans ce nouveau scénario, la vérité, selon les experts, est que l'extraction des superminéraux est fortement concentrée dans d'autres pays.

La grande majorité du cobalt mondial provient de la République démocratique du Congo, le nickel d'Indonésie, le lithium d'Australie, le cuivre du Chili et les terres rares de Chine.

Les experts considèrent qu'au moins 17 minéraux sont essentiels à la transition énergétique mondiale et que, par conséquent, les pays ayant la capacité de les extraire ou de les traiter sont les plus avantagés.

Sur les 17, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que les plus cruciales sont le lithium, le nickel, le cobalt, le cuivre, le graphite et la suite de terres rares.

Qui domine la production de ces minéraux ?

D'ici à 2040, la demande de ces minéraux augmentera rapidement, selon Tae-Yoon Kim, analyste à l'Agence internationale de l'énergie (AIE) et auteur principal du rapport "The Role of Critical Minerals in the Clean Energy Transition".

Pour estimer quelles nations pourraient bénéficier le plus de la transition énergétique, il fait la distinction entre les pays qui sont leaders dans l'extraction des minéraux et ceux qui sont leaders dans leur transformation.

Bien que l'extraction soit répartie entre plusieurs nations, un seul pays domine le traitement de tous ces minéraux : la Chine.

"Il est difficile de savoir quels pays bénéficieront le plus de la transition énergétique, car cela dépendra de l'endroit où ils se trouvent dans la chaîne de production", explique l'expert dans une interview accordée à BBC Mundo.

Ce qui est clair, c'est que nous sommes à un tournant. Si le pétrole a marqué l'histoire du XXe siècle, les minéraux de la transition énergétique pourraient marquer l'histoire du XXIe siècle.

En ce sens, ajoute l'expert, "ils sont les minéraux de l'avenir".

Il n'est donc pas surprenant qu'en pleine guerre, et alors qu'une famine minérale est prévue pour les deux prochaines décennies, les États-Unis et l'Europe allument les moteurs de la transition énergétique afin de réduire leur dépendance actuelle et future vis-à-vis de pays comme la Chine et la Russie.

Le pire des casse-têtes est pour les pays européens, qui sont désormais dos au mur car 40 % de leur gaz provient de Russie.

"L'Europe finance les caprices de Poutine", confie Ángel Saz-Carranza, directeur du centre Esade pour l'économie mondiale et la géopolitique (EsadeGeo) en Espagne, à BBC Mundo en mars.

Les quatre plus convoités

Si les métaux sont nécessaires aux batteries électriques, ils sont également essentiels au stockage de différents types d'énergie, à l'activité industrielle et, à terme, à une économie plus électrifiée où de nouveaux acteurs - publics et privés - verront émerger une grande richesse.

"Si l'offre ne parvient pas à répondre à une augmentation de la demande de ces métaux, les prix vont s'envoler", explique à BBC Mundo Lukas Boer, chercheur à l'Institut allemand de recherche économique.

Un facteur clé est que les projets miniers visant à extraire ces métaux peuvent prendre plus d'une décennie (en moyenne 16 ans) avant d'être opérationnels et, par conséquent, les pénuries risquent d'être encore plus importantes au cours de la prochaine décennie, explique Boer, qui, avec Andrea Pescatori et Martin Stuermer, a publié la recherche "Les métaux de la transition énergétique" à la fin de l'année dernière.

Outre les terres rares, souligne l'étude, les quatre métaux les plus recherchés seront le nickel, le cobalt, le lithium et le cuivre, dont les prix pourraient atteindre des sommets historiques pendant de longues périodes, une tendance qui rompt avec les cycles habituels de hausse et de baisse des valeurs sur les marchés internationaux.

La valeur totale de la production de ces métaux pourrait être multipliée par plus de quatre entre 2021 et 2040, dans un scénario d'émissions nettes nulles au milieu du siècle.

À tel point que les producteurs de ces quatre métaux pourraient à eux seuls générer des revenus similaires à ceux du secteur pétrolier au cours des 20 prochaines années, affirme M. Boer, en fonction de l'évolution d'un contexte international actuellement plein d'incertitudes.

"Ces métaux pourraient être le nouveau pétrole", note Boer. Et "la Chine est devenue le plus grand acteur en investissant dans d'autres pays, par exemple dans la production de cobalt au Congo.

La Chine ouvre la voie

Dans le nouveau scénario de guerre et la nécessité pour l'Occident de réduire sa dépendance énergétique, certains pays peuvent fournir une partie de la demande nécessaire pour accélérer la transition.

Kwasi Ampofo, responsable des métaux et de l'exploitation minière au centre de recherche BloombergNEF, affirme que la Chine est en très bonne position pour profiter de ce changement.

"La Chine pourrait être le plus grand gagnant si elle décide d'acheminer la production de métaux de la Russie par ses raffineries et de la vendre ensuite à d'autres pays", explique-t-il à BBC Mundo.

D'autres pays ont déplacé les pièces de l'échiquier. Dans le cas du nickel, l'Indonésie a augmenté sa capacité de production au cours des deux dernières années, ajoute-t-il, et pourrait continuer à l'augmenter pour couvrir le déficit de la Russie.

En fait, le nickel est le métal le plus exposé à une éventuelle suspension de l'approvisionnement en Russie, qui génère environ 9 % de la production mondiale.

"Toute perturbation due à des sanctions ou à une réduction de la production aura un impact important sur le prix", affirme M. Ampofo, d'autant plus que la demande de nickel pour les batteries électriques devrait augmenter considérablement cette année.

D'autre part, en cas de perturbation de la production de métaux du groupe du platine (MGP), les producteurs sud-africains peuvent combler le vide par une offre supplémentaire, note-t-il.

Dans la bataille pour le contrôle de la production des métaux du futur, il y a des domaines où la Chine a mis la pédale douce : bien que plus des deux tiers de la production mondiale se trouvent au Congo, les entreprises chinoises possèdent ou financent la plupart des plus grandes mines du pays.

Dans ce scénario, si l'Ouest ne va pas plus vite, il risque de perdre la course.


Source: www.bbc.com