0
MenuAfrique
BBC

Grammy Awards : Black Coffee - le DJ sud-africain qui a marqué l'histoire aux Grammys

 124073122 Gettyimages 1233629207 1 Grammy Awards : Black Coffee - le DJ sud-africain qui a marqué l'histoire aux Grammys

Fri, 8 Apr 2022 Source: www.bbc.com

Le DJ sud-africain Black Coffee a toujours dénoncé le fait que la musique africaine soit reléguée au second plan par rapport à ce qu'il appelle la "scène principale" des événements musicaux et des festivals.

Aujourd'hui, le musicien, dont le vrai nom est Nkosinathi Maphumulo, réalise une ambition de longue date en remportant le Grammy Award du meilleur album de danse/électronique pour son septième album studio, Subconsciously - le premier Africain à remporter cette catégorie. La plupart des précédents lauréats africains des Grammy Awards ont obtenu leur prix dans la catégorie Musique du monde.

"Mon téléphone est devenu complètement fou à la seconde où le prix a été annoncé", a déclaré Black Coffee à la BBC. Entendre que j'avais gagné, et ensuite monter sur scène pour accepter le prix, me semble encore incroyablement surréaliste et le sera probablement pendant un petit moment."

Le DJ superstar - qui s'est produit devant des centaines de milliers de personnes au prestigieux festival de musique Coachella, à Ibiza et dans des clubs du monde entier - avait souhaité que son dernier disque bénéficie d'une reconnaissance internationale.

Vêtu d'un costume entièrement blanc et accompagné de son fils pour recevoir son premier Grammy, le DJ, producteur et auteur-compositeur était pour une fois perdu dans ses mots et a simplement commencé son discours d'acceptation par le mot "wow".

En montant sur scène pour recevoir le prix, il a embrassé le DJ français David Guetta, qui a participé à l'album : "J'ai vu David en montant sur la scène pour accepter le prix et nous avons partagé un bref moment spécial".

Il a remercié tout particulièrement tous ceux qui ont participé à Subconsciously, notamment une autre star mondiale, Pharrell Williams.

"La principale raison pour laquelle je fais ce que je fais est de porter le drapeau de mon pays. Le fait d'être reconnu de cette façon, en dehors de la catégorie "musique du monde", fait que tout le travail accompli en vaut la peine", a déclaré Black Coffee.

Maintenant, il veut utiliser sa musique, qu'il décrit comme "artisanale mais tournée vers l'avenir", pour aider d'autres musiciens africains à être reconnus sur la scène internationale.

Le succès n'est pas venu du jour au lendemain pour Black Coffee, qui décrit sa musique comme un goût acquis.

Cet homme de 46 ans est né dans la ville portuaire de Durban, mais à l'âge de huit ans, il a déménagé dans une maison de la ville de Mthatha, dans la province du Cap-Oriental, où il n'y avait ni eau courante ni toilettes extérieures et où il devait effectuer des tâches quotidiennes comme la traite des vaches de sa grand-mère. Il avait désespérément envie de sortir et de faire quelque chose de mieux de sa vie.

Faire partie de l'équipe de sonorisation des fêtes de son cousin lui a donné un premier aperçu de son avenir. Mais à l'âge de 14 ans, la tragédie frappe. La veille de la sortie de prison de Nelson Mandela, Black Coffee fait la fête avec des amis. Soudain, une voiture fonce sur la foule et lui inflige des blessures permanentes, lui faisant perdre l'usage de sa main.

Mais cela ne l'a pas empêché de poursuivre son rêve musical. Il est motivé et continue à s'entraîner.

"Je ne ressentais pas la musique"

Ce n'est qu'en 1994 que sa carrière musicale démarre véritablement, et il lui faudra encore 10 ans avant de percer.

"Je l'ai connu au début des années 2000 et, comme beaucoup d'autres jeunes, il me donnait ses démos et je ne sentais pas la musique", a déclaré à la BBC le DJ Oscar Mdlongwa, connu sous le nom d'Oskido.

Mdlongwa est considéré comme l'un des pionniers du kwaito, une fusion grinçante de musique house à faible tempo et de vibrations urbaines africaines, qui a précédé les genres désormais mondialement reconnus que sont l'afro-house et l'amapiano.

Quelques années plus tard, Black Coffee a découvert où vivait Mdlongwa, s'y est rendu et l'a fait s'asseoir pour écouter son nouveau projet - une reprise de vieux classiques d'artistes sud-africains légendaires.

Mdlongwa a été impressionné et a donné une chance au jeune musicien, l'aidant à créer son label Soulstic, d'où est sorti en 2005 son premier album primé, Black Coffee. L'album contenait un remix du classique des années 1970 de Hugh Masekela, Stimela.

"Quand je l'ai rencontré, c'était un type qui cherchait à se faire entendre, à être entendu par le monde entier, et certaines personnes ne croyaient pas en ce qu'il faisait", se souvient Mdlongwa, soulignant la volonté de Maphumulo de "se sacrifier".

Après un énorme succès en Afrique du Sud, Black Coffee a commencé à se faire connaître à l'étranger, jouant parfois gratuitement, même en Europe, sans connaître personne et prêt à mourir de faim, jusqu'à ce qu'il réussisse.

Il est aujourd'hui l'un des DJ les plus célèbres au monde.

Black Coffee espère que sa victoire contribuera à mettre en lumière les talents musicaux africains : "De plus en plus d'artistes du continent commencent à percer auprès d'un public plus grand public, et j'espère que cela va continuer à augmenter avec le temps", a-t-il dit en mettant en avant ce qu'il appelle le talent inégalé venant d'Afrique.

Son succès a inspiré d'autres musiciens sud-africains.

"Nous étions en droit de recevoir un Grammy de cette ampleur et cela ouvrira de nouveaux marchés pour les artistes sud-africains", a affirmé l'artiste afro-jazz Simphiwe Dana à la BBC.

président Cyril Ramaphosa est d'accord.

"Merci d'avoir fait flotter le drapeau et d'avoir inspiré une nouvelle génération de talents à conquérir le monde", a-t-il lancé.

Son succès intervient à un moment où l'influence de la musique sud-africaine s'accroît déjà dans le monde, grâce à un nouveau genre appelé amapiano. Une fusion de soul, de musique afro-house et de piano fortement synthétisé, les parts des flux mondiaux sur la playlist AmaPianoGrooves sur Spotify ont augmenté de 116% au niveau international au cours de l'année dernière, selon le magazine Rolling Stone.

Aider les enfants africains est un de ses thèmes récurrents. Dimanche, il leur a adressé un message, ainsi qu'à tous ceux issus d'un milieu défavorisé qui ne pensent pas avoir une chance.

"Il ne s'agit pas seulement de musique, mais de tout ce qu'ils veulent faire. Le Grammy est le symbole qu'[il] est possible d'arriver jusqu'ici."

Source: www.bbc.com