0
MenuAfrique
BBC

Insomnie en Corée du Sud : comment le pays est-il devenu l'une des nations avec le plus d'insomniaques du monde ?

 123704812 Gettyimages 55746129 comment le pays est-il devenu l'une des nations avec le plus d'insomniaques du monde ?

Sat, 30 Apr 2022 Source: www.bbc.com

Ji-Eun a commencé à avoir des problèmes de sommeil lorsque ses heures de bureau sont devenues si épuisantes qu'elle ne pouvait plus se détendre.

Normalement, elle travaillait de 7 heures du matin à 10 heures du soir. Durant les jours les plus chargés, cette agent de relations publiques âgée de 29 ans restait souvent au bureau jusqu'à trois heures du matin.

Son patron l'appelait souvent au milieu de la nuit, lui demandant d'accomplir des tâches immédiatement.

"C'était presque comme si j'avais oublié comment me détendre", dit-elle.

  • La science du sommeil sain des bébés
  • " Plus votre sommeil est court, plus votre vie est courte "
  • Comment se préparer pour une bonne nuit de sommeil
À la Dream Sleep Clinic, dans le quartier chic de Gangnam, à Séoul, le docteur Ji-hyeon Lee, psychiatre du sommeil, explique qu'elle traite souvent des clients qui prennent jusqu'à 20 somnifères par nuit.

"Il faut généralement du temps pour s'endormir, mais les Sud-Coréens veulent s'endormir très rapidement, alors ils prennent des médicaments", explique-t-elle à la BBC.

La dépendance causée par les somnifères est une épidémie nationale. Il n'existe pas de statistiques officielles, mais on estime que 100 000 Coréens sont dépendants des somnifères.

Lorsqu'ils n'arrivent toujours pas à dormir, ils se tournent souvent vers l'alcool, en plus des médicaments, avec des conséquences dangereuses.

"Les gens sont somnambules. Ils vont dans le réfrigérateur et mangent beaucoup de choses inconsciemment, même des aliments crus. Il y a eu des cas d'accidents de voiture dans le centre de Séoul causés par un patient somnambule", dit Lee.

Le docteur Lee a l'habitude de voir dans son cabinet des insomniaques chroniques, qui souffrent de ce que l'on appelle l'hyperexcitation (qui provoque une activation du cerveau et nous empêche de bien dormir).

Certains de ses patients lui disent qu'ils n'ont pas dormi plus de quelques heures par nuit depuis des décennies.

"Ils pleurent, mais ils ont gardent toujours l'espoir (quand ils viennent à la clinique). C'est une situation très triste", dit la psychologue.

Surmenage, stress et somnolence

La Corée du Sud est l'une des nations les plus privées de sommeil au monde. Elle a également le taux de suicide le plus élevé des pays développés, la plus forte consommation d'alcools forts et un grand nombre de personnes prenant des antidépresseurs.

Il y a des raisons historiques à ces statistiques.

En quelques décennies seulement, le pays est passé de l'un des plus pauvres du monde à l'une des nations les plus avancées sur le plan technologique.

En outre, grâce à son influence croissante dans la culture pop, il exerce un "soft power" considérable (terme utilisé dans les relations internationales pour décrire la capacité à influencer des actions ou des intérêts par des moyens culturels et idéologiques).

  • Contre l'insomnie, les suppléments pour le sommeil sont-ils efficaces ?
  • L'habitude médiévale oubliée des "deux sommeils".
  • Pourquoi une promenade matinale est conseillée (et comment elle affecte le sommeil)
Les pays ayant des antécédents similaires, comme l'Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis, pourraient être en mesure de tirer parti de leurs ressources naturelles, mais la Corée du Sud ne dispose pas de telles richesses cachées.

Elle s'est transformée grâce au dévouement d'une population animée par un nationalisme collectif qui la poussait à travailler plus fort et plus vite.

L'un des résultats est que son personnel est surmené, stressé et privé de sommeil.

Aujourd'hui, une industrie entière s'est développée autour de la restauration de ceux qui ne peuvent pas dormir ; l'industrie du sommeil a été estimée à 2,5 milliards de dollars américains en 2019.

Une industrie en plein essor

À Séoul, les grands magasins vendent des somnifères, des draps parfaits à l'oreiller optimal, tandis que les pharmacies proposent des étagères remplies de remèdes à base de plantes et de toniques pour le sommeil.

Et puis il y a les approches technologiques de l'insomnie. Il y a un peu plus de deux ans, Daniel Tudor a lancé une application de méditation, Kokkiri, destinée à aider les jeunes Sud-Coréens stressés.

  • "Je ne m’étais pas rendu compte à quel point je souffrais" : comment l'insomnie a impacté ma vie
  • Contre l'insomnie, les suppléments pour le sommeil sont-ils efficaces ?
  • Quels sont les symptômes de l'anxiété et en quoi diffère-t-elle de la dépression ?
Bien que la Corée du Sud soit historiquement un pays bouddhiste, les jeunes considèrent la méditation comme un passe-temps réservé aux personnes âgées, et non comme quelque chose qu'un employé de bureau de Séoul pourrait faire. Daniel dit qu'il a dû "réimporter" et "reconditionner" la méditation comme une idée occidentale, pour que les jeunes Coréens la trouvent attrayante.

Des institutions plus traditionnelles se lancent également dans l'aventure.

Hyerang Sunim est un moine bouddhiste qui participe à l'organisation de retraites dans un temple situé à l'extérieur de Séoul, où les personnes privées de sommeil peuvent méditer et assimiler les enseignements bouddhistes.

Par le passé, ces mini-bureaux étaient réservés aux retraités qui souhaitaient recevoir des enseignements et des prières. Aujourd'hui, les participants sont plutôt de jeunes Sud-Coréens en âge de travailler.

Mais ces mêmes temples bouddhistes ont également été critiqués pour avoir tiré profit de ces retraites.

  • Réguler son sommeil pour améliorer son bien-être
  • Apnée du sommeil : cinq choses à savoir sur le syndrome qui bloque votre respiration quand vous dormez
  • Que se passe-t-il vraiment quand on laisse les bébés pleurer ?
"Bien sûr, il y a des préoccupations... mais je pense que les avantages l'emportent", déclare Hyerang Sunim.

''Traditionnellement, il était rare de voir des jeunes venir chercher des enseignements bouddhistes. Maintenant, ils tirent un grand profit de leurs interactions avec le séjour au temple'', ajoute Sunim.

La nécessité d'un changement fondamental

Lee Hye-ri, qui a participé à une retraite bouddhiste de ce type lorsque la pression au travail est devenue insupportable, dit qu'elle a appris à assumer la responsabilité de son stress.

"Tout commence avec moi, tous mes problèmes commencent avec moi. C'est ce que j'ai appris ici", explique-t-elle.

Mais le fait de considérer la solution au stress et au manque de sommeil comme un problème à résoudre au niveau individuel peut s'avérer problématique.

Blâmer les individus pour leur manque de sommeil peut avoir des conséquences négatives, estiment certains experts.

Ceux qui pensent que le problème est dû à une culture du travail déraisonnable et aux pressions sociales ont critiqué cette approche individualiste. Ils estiment qu'elle revient à blâmer les victimes.

Ces critiques affirment que la méditation ou la relaxation ne sont qu'un pansement, et que les vraies solutions ne peuvent venir que de changements fondamentaux dans la société.

  • Vous prenez du poids ? Vous avez peut-être besoin de plus de sommeil
  • Huit conseils pour dormir comme un footballeur de Premier League
  • 10 conseils pour dormir pendant la canicule
Ji-Eun a fini par être tellement ensommeillée et stressée qu'elle a décidé d'abandonner son emploi.

Elle travaille désormais avec des horaires beaucoup plus raisonnables, en tant que freelance et, en raison de la pandémie, elle peut travailler à domicile. Elle a également demandé une aide professionnelle à la clinique du sommeil du docteur Lee pour gérer son insomnie.

"À quoi bon travailler si dur maintenant que nous avons atteint un tel niveau en tant que pays ? On devrait pouvoir se détendre", dit Ji-Eun.

Source: www.bbc.com