0
MenuAfrique
BBC

Ipob - Biafra : les ''guerriers des médias'' nigérians appellent au meurtre sur les réseaux sociaux

 124703614 Untitled Les ''guerriers des médias'' nigérians appellent au meurtre sur les réseaux sociaux

Thu, 12 May 2022 Source: www.bbc.com

Un réseau de séparatistes nigérians basés à l'extérieur du pays utilise les médias sociaux pour appeler à la violence et inciter à la haine ethnique contre les opposants à l'indépendance du Biafra, a révélé une enquête de la BBC.

Avertissement : Cet article contient des descriptions explicites de la violence

Dans une diffusion en direct sur Facebook à ses plus de 40 000 abonnés, Efe Uwanogho, également connue sous le nom d'Omote Biafra, crie un discours de haine directement dans la caméra.

Le devant de sa veste en cuir comporte un patch du drapeau du Biafra, avec son drapeau tricolore rouge, noir et vert et un demi-soleil levant.

A lire aussi sur BBC Afrique :

  • Le bloggeur nigérian qui fouille le passé pour informer l'avenir
  • Soixante ans d'indépendance du Nigeria en six images
  • Indemnisation des victimes de la guerre du Biafra
"Poursuivez ces puissants saboteurs… Ce sont ces personnes qui doivent être décapitées. Ce sont ces personnes qui doivent être réduites en cendres", dit-elle.

Elle appelle à des attaques contre ceux qui sont considérés comme des ennemis de la campagne pour l'indépendance du Biafra, qui créerait un État séparatiste dans le sud-est du Nigeria.

La campagne a une histoire sanglante.

  • Souvenirs de la guerre du Biafra que beaucoup préfèrent oublier
En 1967, les séparatistes de la région à majorité ethnique Igbo ont déclaré l'indépendance de la République du Biafra. Ils ont combattu et perdu une guerre civile de trois ans contre le gouvernement nigérian au cours de laquelle plus d'un million de personnes sont mortes, principalement du côté séparatiste.

Plus d'un demi-siècle plus tard, les médias sociaux sont une nouvelle ligne de front pour ceux qui poursuivent la lutte.

Mme Uwanogho en fait partie. Elle est une soi-disant "guerrière des médias" pour le groupe séparatiste connu sous le nom de peuple indigène du Biafra (Ipob).

Elle émet depuis l'Italie, hors de portée des autorités nigérianes. Au Nigeria, Ipob a été interdit et désigné groupe terroriste. Ipob insiste sur le fait qu'il s'agit d'un mouvement pacifique.

L'enquête de la BBC a révélé de nombreux autres partisans influents d'Ipob opérant également à l'extérieur du pays, faisant ouvertement la promotion de la désinformation et incitant à la violence sur les réseaux sociaux à travers l'Europe, les États-Unis, l'Asie et d'autres parties de l'Afrique.

Le journaliste d'investigation nigérian Nicholas Ibekwe décrit l'opération en ligne du groupe comme une "ferme de trolls organisée".

"Les médias sociaux ont été l'outil le plus efficace d'Ipob pour réaliser la plupart de ce qu'il veut réaliser aujourd'hui", dit-il.

  • Rapatrier numériquement les œuvres d'art pillées en Afrique
Certains partisans du groupe comptent jusqu'à 100 000 abonnés sur les réseaux sociaux.

Nous ne savons pas si l'un des partisans de Mme Uwanogho a pris des mesures sur la base de ses appels en ligne à la violence contre des responsables dans le sud-est du Nigéria.

Mme Uwanogho n'a pas répondu à une demande de commentaire sur cette histoire.

Mais sur le terrain, la violence est bien réelle, avec des dizaines de responsables tués dans des attentats déjà cette année dans des violences qualifiées par le président Muhammadi Buhari de "profondément angoissantes".

Nneka Igwenagu est une autre "guerrière des médias" qui lutte pour la cause du Biafra, basée au Royaume-Uni.

Dans une émission en direct sur Facebook depuis Londres fin 2021, elle cible un groupe de jeunes à Anambra, dans le sud-est du Nigeria, qui avait résisté aux pressions d'Ipob pour que les habitants de la région ferment des entreprises et des écoles en solidarité avec le chef détenu du groupe, Nnamdi Kanu.

M. Kanu est actuellement détenu par les autorités nigérianes et fait face à des accusations de terrorisme, ce qu'il nie.

  • Qui est Nnamdi Kanu, le leader séparatiste biafrais emprisonné ?
S'exprimant en igbo, la langue la plus parlée dans le sud-est du Nigeria, Mme Igwenagu les appelle des "poulets", en disant :

"Vous n'êtes pas censés être tous en vie… Une poule qui a mangé ses œufs, ne voyez-vous pas qu'elle n'est pas censée vivre ?"

Quelques semaines après l'émission, le chef du groupe de jeunes auquel elle faisait référence a été tué par balle. Personne n'a été inculpé pour sa mort.

Nous avons contacté Mme Igwenagu pour un commentaire sur cette enquête, mais nous n'avons reçu aucune réponse.

L'une des façons dont les guerriers des médias tentent d'éviter la censure est de passer à des langues locales moins bien modérées.

Cette tactique est rendue explicite dans une vidéo que nous avons trouvée. Okenna Okechukwu, également connue sous le nom d'Enfant du Biafra, s'exprime en igbo lorsqu'elle appelle à la décapitation d'un critique, avant de passer à l'anglais et d'expliquer à ses partisans :

"Pourquoi je dis cela dans mon dialecte, c'est parce que je ne veux pas qu'ils m'arrêtent. Je ne veux pas qu'ils me bloquent sur cette page."

  • L'incroyable histoire de Japonais cachés dans la jungle pendant 30 ans ignorant la fin de la Seconde Guerre Mondiale
  • "Mon professeur est le président de la République"
David Ajoki, rédacteur en chef nigérian de l'organisation de vérification des faits Africa Check, affirme que le manque de modération des contenus extrêmes dans les langues locales est un problème majeur, qui ne se limite pas au Nigéria.

"Nous avons également vu cela en Inde, en Éthiopie, où des crises se produisent, les gens utilisent la langue locale parce qu'ils savent que s'ils utilisent l'anglais, ils seront signalés et seront retirés de la plateforme."

Malgré la nature violente de bon nombre des messages en ligne que nous avons trouvés, la modération par les plateformes de médias sociaux est incohérente.

Conformément au propre processus de Facebook, notre équipe a signalé des émissions d'Efe Uwanogho et de Nneka Igwenagu pour contenir du contenu violent. Nous avons d'abord reçu une notification indiquant que la plateforme avait décidé de ne pas retirer les vidéos.

Ce n'est que plus tard, lorsque la BBC a partagé les liens vers les messages directement avec Facebook qu'ils ont été supprimés. Mais les émissions violentes des mêmes comptes, ainsi que d'autres, restaient en ligne au moment de la publication.

Attiser la tension

La société mère de Facebook, Meta, nous a déclaré dans un communiqué qu'appeler à la violence sur sa plateforme était inacceptable. Il a déclaré qu'il avait 15 000 personnes examinant le contenu dans plus de 70 langues - y compris Igbo.

Notre enquête a également révélé que des partisans d'Ipob diffusaient de la désinformation pour attiser les tensions entre différents groupes ethniques au Nigeria.

Les guerriers des médias opposent les personnes de l'ethnie Igbo, majoritairement chrétiennes et originaires du sud, à celles de l' ethnie peul , majoritairement musulmanes et originaires du nord.

Dans une autre émission en direct sur Facebook, Mme Igwenagu avertit ses partisans que les éleveurs peuls qui ont déménagé au « Biafraland » sont en « mission… d'exterminer, de tuer, de mutiler, de nous éliminer tous ».

Paiement contre publication

Bien qu'il y ait eu des affrontements entre les éleveurs peuls et les communautés du sud-est, il n'y a aucune preuve du type de complot allégué par Mme Igwenagu et d'autres.

Cette rhétorique violente peut être motivée par un désir d'indépendance du Biafra, mais notre enquête a également trouvé des preuves d'incitations financières pour les personnes impliquées.

Nous avons trouvé des vidéos dans lesquelles des guerriers des médias ont admis avoir été payés, soit par Ipob, soit par des supporters, pour le travail qu'ils accomplissent et nous avons vu d'autres émissions dans lesquelles les coordonnées bancaires d'Ipob étaient partagées pour solliciter des dons auprès des abonnés.

Le journaliste Nicholas Ibekwe fait partie de ceux qui critiquent les entreprises de médias sociaux pour lutter contre les menaces violentes proférées sur leurs plateformes.

"Il semble que Facebook se soit vraiment endormi. Il ne pense pas que ces commentaires, ces publications qu'ils font sur Facebook aient des conséquences."

Pendant ce temps, les attaques se poursuivent sur le terrain.

Le 30 avril, les soldats nigérians Audu Linus et Gloria Matthew étaient en route pour se marier lors d'une cérémonie traditionnelle dans l'État d'Imo lorsqu'ils ont été enlevés, torturés et tués par des agresseurs non identifiés.

Des images montrant le meurtre du couple, que le président nigérian a imputé à Ipob, sont ensuite devenues virales.

Une théorie du complot a ensuite été largement partagée par certains partisans d'Ipob affirmant que les images n'étaient pas réelles et que la mort des soldats avait été mise en scène.

La BBC a confirmé de manière indépendante la mort des deux soldats avec des membres de leur famille.

Ipob a nié toute implication dans le meurtre.

Nous avons contacté la direction d'Ipob avec nos conclusions de cette enquête. La direction a répondu, mais n'a pas fourni de réponse.

Nous avons contacté tous les "guerriers des médias" présentés dans cette histoire pour leur demander leurs commentaires, mais nous n'avons eu aucune réponse.

Source: www.bbc.com