0
MenuAfrique
BBC

Journée Mondiale du Paludisme : comment le changement climatique et les vaccins influencent la lutte contre ce fléau mondial

 124238866 Gettyimages 1175380941 1 Journée Mondiale du Paludisme : comment le changement climatique et les vaccins influencent la lutte

Mon, 25 Apr 2022 Source: www.bbc.com

On recense plus de 240 millions de cas de paludisme chaque année, et cette maladie mortelle tue plus de 400 000 personnes dans 60 pays différents.

Le 25 avril est la Journée mondiale du paludisme, au cours de laquelle l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sensibilise le public à la lutte collective pour un monde exempt de cette maladie.

Mais si le déploiement du premier vaccin contre le paludisme approuvé par l'OMS contribue à cette lutte, le changement climatique et le réchauffement des températures signifient que la maladie mortelle pourrait se propager dans de nouvelles zones où elle n'a jamais été vue auparavant.

Une propagation meurtrière

"Les températures plus chaudes augmentent la compétence ou la capacité des moustiques à transporter le parasite du paludisme qui cause la maladie", explique le Dr Isabel Fletcher, responsable technologique des données pour la science à l'organisation caritative Wellcome Trust.

"Le changement climatique va rendre davantage de régions du monde plus propices à la transmission du paludisme par les moustiques. Comme le monde va se réchauffer, on peut s'attendre à ce que le paludisme s'étende à de nouvelles régions montagneuses, qui pourraient actuellement être trop froides pour la transmission", prévient-elle.

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations unies, même si toutes les politiques de réduction des émissions de carbone mises en place par les gouvernements d'ici à la fin de 2020 étaient pleinement appliquées, le monde se réchaufferait encore de 3,2 °C au cours de ce siècle. L'objectif mondial est de maintenir la hausse des températures à 1,5 °C ou moins en réduisant les émissions de carbone.

Outre l'augmentation des températures, les chercheurs préviennent que les précipitations et l'humidité, voire les conditions de sécheresse, peuvent également entraîner une croissance plus rapide des moustiques porteurs de la malaria, là où la maladie n'était pas signalée auparavant.

"Des études ont montré dans les pays des Caraïbes et au Brésil qu'en période de sécheresse, les gens stockent davantage d'eau. Cela crée un bon habitat pour les moustiques. C'est pourquoi, en cas de sécheresse, la transmission de la dengue peut augmenter", explique le Dr Fletcher.

Il est à craindre que si cela se produit pour la dengue, cela se produise également pour le paludisme.

Le changement climatique peut également réduire la transmission du paludisme dans certaines régions où les conditions sont déjà optimales. C'est pourquoi le Dr Fletcher pense qu'une meilleure compréhension des effets des changements de température sera essentielle pour poursuivre la lutte contre la maladie.

"En créant des projections de risques pour l'avenir, nous pouvons identifier les populations qui sont à risque et donc cibler les interventions en conséquence", dit-elle.


Quels sont les symptômes du paludisme ?

Le paludisme est une infection grave propagée par les moustiques, qui peut entraîner la mort si elle n'est pas diagnostiquée et traitée rapidement. Les symptômes comprennent :


Succès du vaccin

Mais alors que le changement climatique menace de compliquer la lutte contre le paludisme, de nouvelles avancées ont été réalisées contre cette maladie.

L'OMS vient d'annoncer que plus d'un million d'enfants au Ghana, au Kenya et au Malawi ont désormais reçu une ou plusieurs doses du premier vaccin antipaludéen au monde, grâce à un programme d'essais coordonné par l'organisation onusienne.

Les pilotes du vaccin contre le paludisme, lancés pour la première fois par le gouvernement du Malawi en avril 2019, ont montré que le vaccin RTS,S/AS01 (RTS,S) est sûr et réalisable, et qu'il réduit considérablement le paludisme grave mortel.

Ce sont les premières étapes de ce programme qui ont conduit l'OMS à approuver son utilisation généralisée dans toute l'Afrique subsaharienne et dans d'autres régions où la transmission du paludisme est modérée à élevée.


Quelle est la stratégie de l'OMS pour prévenir le paludisme ?

L'OMS a établi une feuille de route pour lutter contre la maladie. Les objectifs de l'organisation sont les suivants :


L'organisation estime que le vaccin pourrait sauver la vie de 40 000 à 80 000 enfants africains supplémentaires chaque année.

"Nous avons pu examiner l'impact du vaccin après deux ans et son profil de sécurité. Nous avons constaté que le vaccin est très sûr et qu'il est bien toléré", explique le Dr Mary Hamel, qui dirige le programme de mise en œuvre du vaccin antipaludique de l'OMS.

"Au cours de ces deux premières années d'utilisation du vaccin, l'impact a été considérable, avec une baisse d'un tiers des admissions à l'hôpital pour paludisme grave potentiellement mortel."

Outre le RTS,S, il existe d'autres candidats vaccins contre le paludisme. Le R21/Matrix-M fait partie de ceux qui sont en phase de développement clinique précoce.

Le géant pharmaceutique BioNTech vise également à développer un vaccin contre la malaria en utilisant la même technologie de pointe de l'ARNm qui a été utilisée publiquement pour la première fois dans son vaccin Covid-19.

Comment fonctionne le vaccin ? Les stocks sont-ils suffisants ?

Le paludisme est un parasite qui envahit et détruit les cellules sanguines de l'homme pour se reproduire. Il se propage par la piqûre de moustiques suceurs de sang.

Le vaccin RTS,S existant cible le parasite le plus mortel et le plus courant en Afrique : Plasmodium falciparum.

Lorsqu'une victime est piquée par un moustique, ce parasite pénètre dans la circulation sanguine et infecte les cellules du foie. Le vaccin est conçu pour empêcher le parasite d'infecter le foie, où il peut mûrir, se multiplier, entrer à nouveau dans la circulation sanguine et infecter les globules rouges, ce qui entraîne les symptômes de la maladie.

Le vaccin nécessite quatre doses pour être efficace, les trois premières étant administrées à un mois d'intervalle à l'âge de cinq, six et sept mois et un dernier rappel vers 18 mois.

Les experts de la santé recommandent que le vaccin soit utilisé en combinaison avec un certain nombre de stratégies visant à prévenir l'infection et à réduire la transmission de la maladie en premier lieu.

L'OMS s'attend à ce que la demande de vaccins dépasse 80 millions de doses par an, notamment en Afrique subsaharienne.

Cette forte demande s'accompagne de difficultés.

"L'offre sera assez rapidement dépassée par la demande car le fabricant augmente la production de vaccins", explique le Dr Hamel.

Actuellement, il n'y a qu'un seul fabricant, GlaxoSmithKline (GSK).

"Le plan consiste à faire passer GSK à 15 millions de doses par an", explique le Dr Hamel.

"Nous devons vraiment rassembler l'engagement et la volonté politique et faire en sorte qu'il y ait suffisamment de vaccins pour atteindre ces enfants qui risquent de souffrir de paludisme grave."

Source: www.bbc.com