0
MenuAfrique
BBC

Journée internationale des infirmières : "j'ai travaillé pendant les crises du Sida, d'Ebola et du Covid"

 124675822 Nurse3 "J'ai travaillé pendant les crises du Sida, d'Ebola et du Covid"

Thu, 12 May 2022 Source: www.bbc.com

"Je suis toujours en vie et je travaille. Je suis très heureuse de dire que j'ai pu faire ce que j'ai pu et sauver des vies", déclare l'infirmière Sylvia Jabbie, d'humeur réfléchie.

"J'étais en première ligne pour traiter les personnes touchées par le VIH, Ebola et Covid. Beaucoup apprécient encore mon travail", dit Haurace Nyandemoh.

Ces deux personnes font partie d'un petit groupe d'infirmières de la Sierra Leone, pays d'Afrique de l'Ouest, qui ont l'expérience de la prise en charge de patients infectés par le VIH, Ebola et Covid.

A surtout lire sur BBC Afrique :

  • Les "guerriers des médias" qui appellent au meurtre sur Facebook
  • Le rôle négligé des travailleurs égyptiens dans la découverte du tombeau de Toutankhamon
  • "Une course contre la montre" pour sauver les mineurs piégés au Burkina Faso
  • Pourquoi les femmes noires évangéliques ont tant d'influence sur les élections au Brésil
À l'occasion de la Journée internationale des infirmières, Sylvia et Haurace ont parlé à la BBC des difficultés rencontrées par le personnel de santé lors des pandémies.

VIH/SIDA

Sylvia Jabbie travaille actuellement à Lunsar, dans le nord-ouest de la Sierra Leone. Aujourd'hui, elle s'occupe principalement des accouchements et des patients en convalescence après une opération.

Mais en 2002, alors qu'elle travaillait dans un hospice de la capitale Freetown, on lui a demandé de soutenir une patiente de 22 ans en phase terminale du sida.

Ce n'était pas une tâche facile : à l'époque, les malades du sida étaient mis au ban de la société.

"Les gens me regardaient avec mépris. Beaucoup m'ont prévenu que j'allais être infectée moi aussi. J'étais un peu déprimée et je me demandais même parfois si je ne me faisais pas du mal".

Malgré ces inquiétudes, elle a persisté. Sylvia Jabbie a travaillé avec la patiente à la maison, lui donnant des bains, changeant ses vêtements, la coiffant et lui tenant compagnie.

"Un jour, la patiente m'a demandé si elle allait s'en sortir".

C'était une situation déchirante. Sylvia Jabbie a expliqué à la jeune patiente que son corps était en déclin irréversible et que certains organes vitaux, comme son foie, pouvaient cesser de fonctionner à tout moment.

  • Qu'est-ce que la PrEP, ce procédé qui empêche le VIH de vous infecter
Tout ce que Sylvia pouvait lui promettre, c'était d'essayer de rendre la situation moins douloureuse.

"Il y a eu quelques minutes de silence. Puis la patiente m'a dit : 'Je suis en train de mourir, mais c'est mieux que de vivre comme ça'".

"Elle m'a ensuite béni et a dit une prière pour me remercier".

À cette époque, aucun traitement significatif n'était disponible pour Sylvia Jabbie, seulement des soins vraiment palliatifs. Elle est restée auprès de cette patiente pendant 51 jours.

"Elle est morte en me serrant la main. Je n'ai pas pleuré quand elle est morte, alors que je m'y attendais", se souvient Sylvia.

Selon les Nations unies, le sida a tué 36 millions de personnes dans le monde depuis les années 80.

En 2020, environ 680 000 personnes sont mortes de maladies liées au sida dans le monde. La Sierra Leone a enregistré 3200 décès.

Haurace Nyandemoh a été chargée de fournir des soins et des conseils aux patients atteints du VIH en 2017.

"La plupart des patients étaient des femmes d'une vingtaine d'années. On leur a donné des médicaments antirétroviraux, explique-t-il à la BBC.

Tous ses patients ont très bien répondu au traitement. En fait, il n'a vu qu'un seul décès en un an environ.

  • Pourquoi je révèle en ligne que je suis séropositif
Grâce aux progrès de la médecine, ainsi qu'aux initiatives en matière de soins de santé prises par les organisations internationales et les gouvernements nationaux, le pronostic des patients séropositifs s'est considérablement amélioré dans de nombreuses régions du monde.

"Nous avons maintenant des patients séropositifs qui mènent une vie normale. Ils travaillent dans des bureaux et beaucoup d'entre eux sont en bonne santé et en bonne forme physique", indique M. Haurace.

Ebola

Sylvia et Haurace ont toutes deux vécu une expérience éprouvante pendant Ebola.

Le virus Ebola a été découvert en 1976 et a refait surface à de nombreuses reprises. L'épidémie la plus récente en Sierra Leone s'est produite en 2014, deux ans seulement après une épidémie mortelle de choléra qui a tué près de 400 personnes.

"Le choléra est généralement identifié par des symptômes de diarrhée et de vomissements. Les patients atteints d'Ebola présentaient des symptômes similaires, ce qui a créé une grande confusion", se souvient Haurace Nyandemoh.

La marche meurtrière d'Ebola a créé un environnement de suspicion et de panique. Les théories du complot, qui accusaient le personnel médical d'être responsable de la propagation du virus, ont gagné du terrain.

  • Quels sont les vaccins contre la maladie à virus Ebola et quel rôle jouent-ils dans la prévention des épidémies?
"La réaction violente de la communauté a aggravé la situation. Certains villageois attaquaient les ambulances envoyées pour récupérer les patients", raconte Sylvia Jabbie.

Dans l'une des pires attaques, huit membres d'une équipe qui tentait de sensibiliser le public à Ebola ont été tués par des villageois à l'aide de machettes et de gourdins dans la Guinée voisine en septembre 2014.

La situation a atteint un stade où une protection policière était nécessaire pour enterrer les morts et où les hôpitaux avaient besoin de gardes armés.

À Freetown, une partie d'une école de police a été transformée en quartier d'isolement. Haurace Nyandemoh a été choqué par ce qu'il y a vu.

"Il y avait tellement de morts. En un samedi, 48 patients atteints d'Ebola sont morts dans le centre. C'était terrifiant".

Six des collègues d'Haurace Nyandemoh ont été emportés par le virus. Certaines infirmières ont même abandonné leur travail, mais M. Haurace a décidé de rester.

"C'était terrible. Personne ne voulait traiter les patients. Je portais six paires de gants avant d'entrer dans le service Ebola. À la maison, j'ai dû m'auto-isoler et rester loin de ma femme et de mon fils."

  • Un médecin infecté par Ebola en RDC
Lorsque son fils est tombé malade, Haurace a craint le pire.

"J'étais dans un état de panique mais je n'ai pas eu le courage de lui faire passer le test", regrette-t-il aujourd'hui.

Heureusement, il ne s'agissait pas d'Ebola et son fils s'est rétabli en quelques jours.

Sylvia Jabbie a d'abord évité de se rendre au travail. Mais les appels constants de ses collègues l'ont ramenée.

"J'ai porté le kit de protection, puis une solution désinfectante à base de chlore a été pulvérisée sur moi".

Le chlore a fait couler ses yeux et elle s'est sentie nauséeuse. Elle avait également une chaleur insupportable sous ses lunettes et son masque, ce qui rendait la communication difficile.

"On nous a dit de ne pas nous approcher trop près des patients. La plupart d'entre eux étaient en mauvais état. Ils étaient à peine conscients et incapables de parler."

Chaque jour, cinq à dix personnes mouraient dans son service. Le virus a également tué 12 membres du personnel médical, dont un médecin et huit infirmières dans son hôpital.

"J'étais toujours sur le fil du rasoir. Je me disais sans cesse que je devais être l'infirmière pour laquelle je suis née."

Il n'existe aucun remède contre Ebola, mais les médecins utilisent des médicaments antipaludéens et des comprimés de zinc pour renforcer le système immunitaire.

"Cela ne ressemblait en rien à la normale. Le matin, j'approchais les patients avec un sourire et je leur demandais comment ils se sentaient ce jour-là. Sur le chemin du retour, je pensais toujours aux patients qui étaient morts pendant mon service."

Lorsque l'état de certains patients s'est amélioré et qu'ils ont commencé à parler, Sylvia leur a fourni des téléphones.

"Le fait d'interagir avec leurs proches les aidait à se rétablir plus rapidement", dit-elle.

Selon les centres américains de contrôle et de prévention des maladies, 28 616 cas d'Ebola et 11 310 décès ont été signalés en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone entre 2014 et 2016. On a recensé 36 autres cas et 15 décès en dehors de ces trois pays.

Covid-19

Des rumeurs ont précédé l'arrivée de la dernière pandémie. Haurace se souvient clairement d'avoir entendu : "le nouveau virus ne fera pas de mal aux Africains noirs".

Le 31 mars 2020, Covid est arrivé en Sierra Leone, porté par un voyageur.

L'expérience en matière de gestion de crise et les infrastructures créées pour Ebola - les salles d'isolement par exemple - ont été utiles.

Heureusement, le Covid n'a pas porté un coup fatal à la Sierra Leone. Selon l'Organisation mondiale de la santé, le pays a enregistré 125 décès.

"Les gens comprenaient les risques et coopéraient avec nous. L'application de la loi pendant Covid était bien meilleure", affirme Sylvia.

Selon l'OMS, près de 15 millions de décès supplémentaires ont été causés par la pandémie de Covid en cours dans le monde. C'est deux fois et demie plus que les chiffres officiels.

Après avoir travaillé pendant un an avec des patients atteints de Covid, Haurace s'occupe désormais des vaccinations. Un quart de la population de la Sierra Leone, estimée à 8,2 millions d'habitants, a été entièrement vacciné.

  • 'J'ai perdu 15 parents en un mois à cause de Covid'
"Je dirai qu'Ebola était bien pire que Covid. Au cours des premiers stades, 90 % des patients atteints d'Ebola mouraient. Dans le cas du Covid, ce taux n'était que de 5 % environ. Le VIH/sida peut désormais être géré efficacement", conclut M. Haurace.

Le fait de traverser une crise sanitaire mortelle après l'autre a changé les perspectives des deux infirmières.

Sylvia est convaincue qu'elle a eu raison de poursuivre son ambition d'enfance malgré les difficultés et les risques. Cette mère de deux enfants est également convaincue que "le pire de la pandémie de Covid est passé".

Haurace est tout aussi optimiste : "nous avons maintenant l'expérience et les connaissances nécessaires pour faire face à la prochaine pandémie."

Source: www.bbc.com