0
MenuAfrique
BBC

Jovita Oraneli : "Mes clients sont des personnes décédées" - une vendeuse de cercueils

 124116072 Casketpictures 2 Jovita Oraneli :

Fri, 15 Apr 2022 Source: www.bbc.com

La fabrication d'un cercueil et le transport de cadavres pour les services funéraires ne sont pas des activités commerciales pour tous les hommes, ni pour les femmes.

Dans la plupart des régions d'Afrique, les gens sont habitués à voir des hommes fabriquer et vendre des cercueils.

Jovita Oraneli est une femme au Nigeria qui fabrique et vend des cercueils. Elle s'occupe également de services funéraires.

La majorité de ses employés sont des hommes - mais cela ne la dérange pas car c'est ce qu'elle a toujours voulu, a-t-elle déclaré à la BBC Pidgin.

"Tout mon personnel est composé d'hommes, y compris les croque-morts".

Mme Oraneli dit qu'elle ne recrute des femmes que lorsqu'elle a besoin de "filles-fleurs".

La boutique ne fait pas de crédit

Elle a déclaré que le commerce des cercueils n'est pas un commerce que l'on achète à crédit - "vous devez payer pour un cercueil. Celui que vous pouvez vous permettre."

Jovita Oraneli affirme que l'entreprise est aussi rentable que d'autres entreprises. Peut-être parce que beaucoup de gens ont peur d'investir dans ce secteur.

La fabricante de cercueils ajoute "qu'il fut un temps où mon amie m'a demandé de quitter l'entreprise parce qu'elle avait peur pour moi. Elle m'a proposé un emploi avec un salaire mensuel de 195 dollars (environ 118 000 F CFA) et m'a dit que le travail était plus décent et plus satisfaisant. C'était en 2014."

"Mais je lui ai dit que je gagnais plus de 200 dollars (environ 121 000 F CFA) par service funéraire et qu'à la fin du mois, je gagnais plus de 1000 dollars (environ 605 500 F CFA) en 2014, année où j'ai commencé mon activité."

Elle déclare qu'il n'y a rien à perdre dans cette activité car les gens meurent toujours et ils ont besoin de cercueils pour les enterrer.

"Il existe différents types de cercueils et lorsque vous visitez mon magasin, vous achetez celui que vous pouvez vous permettre. Vous payez en liquide et vous emportez votre cercueil. Ce n'est pas un service que nous rendons à crédit."

Culture et discrimination féminine

Jovita Oraneli dit qu'elle est surtout gênée par des facteurs culturels et qu'elle est habituée à la discrimination contre les femmes.

Conduire un cadavre à sa destination n'est généralement pas un gros problème, mais souvent les gens attachent des sentiments traditionnels, spirituels et de genre à son activité.

Soit les porteurs de cercueils refusent de suivre les instructions, soit les détenteurs de titres traditionnels la regardent de haut.

"Parfois, lorsque nous allons à un événement, je donne des instructions à mes croque-morts sur ce que je veux qu'ils fassent. Lorsque nous arrivons sur place, ils ne tiennent pas compte de mes instructions et font ce qu'ils veulent."

"Un autre problème concerne certains chefs locaux qui me demandent de ne pas conduire l'un d'entre eux qui est décédé. Ils disent que c'est contre leur tradition. Parfois, ils disent que c'est une abomination."

"Il fut un temps où j'ai insisté pour conduire le cadavre d'un chef titré. Ma voiture est tombée en panne à cause d'une pompe à essence défectueuse, mais les chefs n'étaient pas d'accord. Ils ont dit que c'était spirituel. C'est un signe que leur collègue décédé n'est pas heureux avec moi."

"Je suis généralement embarrassée lorsque de telles choses se produisent", dit-elle.

Les beaux-parents et la peur de la mort

Mme Oraneli a également parlé des critiques qu'elle a subies de la part de sa belle-famille en raison de son activité professionnelle.

Elle déclare que son mari a été découragé de poursuivre leur cérémonie de mariage.

"Ils ont dit à mon mari que c'est moi qui le tuerai."

Elle dit qu'il a fallu un certain temps avant qu'elle soit acceptée dans la famille après "qu'ils aient vu que mon activité est légale et n'a pas de conséquence spirituelle".

"Ils ont demandé à mon mari où et comment il m'avait trouvée. Ils ont demandé pourquoi il n'avait pas pu trouver une femme "normale" faisant un métier normal à épouser plutôt qu'un fabricant de cercueils."

Pourquoi elle s'est lancée dans le métier

Jovita Oraneli, une femme d'âge moyen, est originaire d'Osumenyi, dans la zone du conseil municipal de Nnewi South, dans l'État d'Anambra, au sud-est du Nigeria.

Elle déclare qu'elle exerce ce métier depuis plus de sept ans et qu'elle le ferait "jusqu'à l'éternité".

La femme a dit qu'elle a appris le métier parce que son frère a accepté de lui enseigner afin qu'elle ne soit pas à la recherche d'un emploi après avoir obtenu son diplôme.

Il n'y a rien de tel que "le travail d'un homme"

"Je suis l'une des plus ferventes partisanes de l'idée qu'aucun travail ne doit être laissé aux seuls hommes. Toute entreprise légale est le travail de chacun", déclare-t-elle.

Jovita Oraneli dit qu'elle est de ceux qui croient que les femmes peuvent rivaliser avec les hommes dans le même domaine.

Elle déclare que : "Lorsque vous me verrez, moi et ma tenue, lors d'un événement, vous comprendrez que je suis sérieuse dans ce domaine. Et c'est parce que j'ai le moral".

"Si un homme peut le faire, tout le monde peut le faire. J'aime faire un travail d'homme. J'y trouve de la joie."

"Je suis toujours fière de moi quand je réalise à quel point les gens sont stupéfaits quand je me produis."

"Nous ne prions pas pour que les gens meurent"

Jovita pense qu'elle offre une aide aux gens avec son travail.

"Les gens pensent que nous utilisons des moyens diaboliques pour déplacer les cadavres. C'est un mythe."

"Mais ce que nous faisons, c'est offrir de l'aide. Nous aidons les gens à déplacer leurs cadavres pour les enterrer. Ce n'est pas quelque chose que tout le monde veut faire. Nous fabriquons également des cercueils que les gens peuvent se permettre d'acheter.

"Ce que je fais, c'est prier pour avoir mon pain quotidien et mon pain quotidien, c'est que les gens me sollicitent", ajoute-t-elle.

Jovita Oraneli, qui est la présidente de Jovitex Services, a déclaré qu'elle allait également former ses enfants à la même activité funéraire et encourager d'autres femmes à rejoindre ce secteur.

Source: www.bbc.com