0
MenuAfrique
BBC

La variole du singe : qu'est-ce que c'est et comment l'attrape-t-on ?

 103598601 M0501256 Monkeypox Virus Particle Tem Spl La variole du singe : qu'est-ce que c'est et comment l'attrape-t-on ?

Fri, 20 May 2022 Source: www.bbc.com

Le principal organisme de santé africain se dit préoccupé par le nombre croissant de cas de variole du singe dans les pays européens (Royaume-Uni, Espagne, Portugal), ainsi qu'aux États-Unis, au Canada et en Australie.

"Plusieurs foyers de variole" ont été signalés et maîtrisés en Afrique pendant la pandémie de Covid-19, déclare le directeur adjoint du Centre africain de contrôle des maladies, Ahmed Ogwell.

"Nous nous attendons également à ce que d'autres flambées épidémiques surviennent et nous les gérerons de la manière habituelle", indique le Dr Ogwell.

Mais selon lui, si les cas hors du continent sont inquiétants, c'est parce que la maladie est fréquente dans les zones de forêt tropicale humide, principalement dans les régions reculées d'Afrique centrale et occidentale.

Les gens attrapent la variole du singe par les animaux. La transmission de personne à personne n'est pas courante car elle nécessite un contact étroit avec des fluides corporels tels que la salive ou le pus des lésions formées par l'infection.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, la plupart des personnes se remettent de la variole du singe en quelques semaines, mais la maladie est mortelle pour une personne sur dix.

Des cas de variole du singe font l'objet d'une enquête dans des pays européens, notamment au Royaume-Uni, ainsi qu'aux États-Unis, au Canada et en Australie. Nous nous penchons ici sur cette maladie rare et peu connue.

La variole du singe est-elle fréquente ?

La variole du singe est causée par le virus du même nom, un membre de la même famille de virus que la variole, bien qu'elle soit beaucoup moins grave et que les experts affirment que les risques d'infection sont faibles.

Elle survient principalement dans les régions reculées des pays d'Afrique centrale et occidentale, près des forêts tropicales humides.

Il existe deux principales souches de virus - ouest-africaine et centrafricaine.

Deux des patients infectés au Royaume-Uni venaient du Nigéria, il est donc probable qu'ils souffrent de la souche ouest-africaine du virus, qui est généralement bénigne, mais cela n'a pas encore été confirmé.

Un autre cas est celui d'un travailleur de la santé qui a contracté le virus auprès de l'un des patients.

Les cas plus récents n'ont aucun lien connu entre eux, ni aucune histoire de voyage. Il semble qu'ils l'aient attrapé au Royaume-Uni en se propageant dans la communauté.

L'UKHSA indique que toute personne craignant d'être infectée doit consulter un professionnel de la santé, mais doit prendre contact avec la clinique ou le cabinet médical avant de s'y rendre.

Quels en sont les symptômes ?

Les premiers symptômes sont la fièvre, les maux de tête, les gonflements, les douleurs dorsales, les douleurs musculaires et l'apathie générale.

Une fois la fièvre tombée, une éruption cutanée peut se développer, commençant souvent sur le visage, puis s'étendant à d'autres parties du corps, le plus souvent la paume des mains et la plante des pieds.

L'éruption, qui peut être extrêmement irritante, change et passe par différents stades avant de former une croûte, qui tombe ensuite. Les lésions peuvent provoquer des cicatrices.

L'infection disparaît généralement d'elle-même et dure entre 14 et 21 jours.

Comment l'attrape-t-on ?

La variole du singe peut se propager lorsqu'une personne est en contact étroit avec une personne infectée. Le virus peut pénétrer dans l'organisme par des lésions cutanées, par les voies respiratoires ou par les yeux, le nez ou la bouche.

Elle n'a pas été décrite auparavant comme une infection sexuellement transmissible, mais elle peut être transmise par contact direct lors de rapports sexuels.

Il peut également se transmettre par contact avec des animaux infectés, tels que des singes, des rats et des écureuils, ou par des objets contaminés par le virus, comme la literie et les vêtements.

À quel point est-ce dangereux ?

La plupart des cas de virus sont bénins, ressemblant parfois à la varicelle, et disparaissent d'eux-mêmes en quelques semaines.

Cependant, la variole du singe peut parfois être plus grave et a été signalée comme ayant causé des décès en Afrique occidentale.

À quel point les épidémies sont-elles fréquentes ?

Le virus a été identifié pour la première fois chez un singe en captivité et, depuis 1970, des épidémies sporadiques ont été signalées dans dix pays africains.

En 2003, une épidémie a éclaté aux États-Unis, la première fois que la maladie a été observée en dehors de l'Afrique. Les patients ont attrapé la maladie par contact étroit avec des chiens de prairie qui avaient été infectés par divers petits mammifères importés dans le pays. Au total, 81 cas ont été signalés, mais aucun n'a entraîné de décès.

En 2017, le Nigéria a connu la plus grande épidémie documentée, environ 40 ans après que le pays ait connu ses derniers cas confirmés de monkeypox. Il y avait 172 cas suspects de monkeypox, et 75 % des victimes étaient des hommes âgés de 21 à 40 ans.

Quel est le traitement ?

Il n'existe pas de traitement pour la variole du singe, mais les épidémies peuvent être contrôlées par la prévention de l'infection.

La vaccination contre la variole s'est avérée efficace à 85 % pour prévenir la variole du singe, et elle est encore parfois utilisée.

Selon certaines informations, l'Espagne se prépare à commander des milliers de doses de vaccin antivariolique à utiliser contre la variole du singe.

Les experts pensent que la vaccination après une exposition à la variole du singe peut contribuer à prévenir la maladie ou à la rendre moins grave.

Doit-on s'inquiéter ?

Les experts affirment que nous ne sommes pas à la veille d'une épidémie nationale et, selon Public Health England, le risque pour le public est faible.

Le professeur Jonathan Ball, professeur de virologie moléculaire à l'université de Nottingham, affirme : "le fait qu'un seul des 50 contacts du patient initialement infecté par le virus de la variole du singe ait été infecté montre à quel point le virus est peu contagieux.

"Il est faux de penser que nous sommes à la veille d'une épidémie nationale."

Le Dr Nick Phin, directeur adjoint du National Infection Service de Public Health England (PHE), ajoute : "il est important de souligner que le monkeypox ne se transmet pas facilement entre les personnes et que le risque global pour le grand public est très faible."

Le PHE assure le suivi des personnes qui ont eu un contact étroit avec le patient pour leur offrir des conseils et les surveiller si nécessaire."

Sources : PHE England et Organisation mondiale de la santé.

Source: www.bbc.com