0
MenuAfrique
BBC

Migration : le Royaume-Uni va donner aux demandeurs d'asile un billet aller-simple pour le Rwanda

 122278237 Gettyimages 1236771382 Le Royaume-Uni va donner aux demandeurs d'asile un billet aller-simple pour le Rwanda

Thu, 14 Apr 2022 Source: www.bbc.com

Certains demandeurs d'asile qui traversent la Manche pour se rendre au Royaume-Uni se verront offrir un aller simple pour le Rwanda, selon les nouveaux plans du gouvernement.

Le plan d'immigration concernera principalement des hommes célibataires arrivant sur des bateaux ou des camions.

Le Premier ministre Boris Johnson affirme que ce projet de 120 millions de livres sterling (94 790 504 000 FCFA) permettra de "sauver d'innombrables vies" de la traite des êtres humains.

Les organisations de réfugiés ont critiqué ce plan, le qualifiant de cruel, et ont remis en question son coût et son impact, tout en exprimant des inquiétudes quant à la situation des droits de l'homme au Rwanda.

Dans un discours prononcé dans le Kent, M. Johnson affirme qu'il faut agir pour empêcher les "ignobles passeurs" de transformer l'océan en un "cimetière aquatique", ajoutant que le plan "humain et compatissant" est conçu pour briser leur modèle économique.

Il ajoute que le projet "humain et compatissant" est destiné à briser leur modèle économique. Il déclare vouloir faire comprendre aux personnes arrivant sur la côte du Kent qu'il vaut mieux emprunter des voies légales et que le nouveau plan "s'avérera à terme très dissuasif".

A surtout lire sur BBC Afrique :

  • Une vidéo montre un Congolais abattu par la police américaine
  • Les Russes endeuillés ne peuvent pas croire qu'on parle de crimes de guerre
  • Comprendre comment des scientifiques rajeunissent de 30 ans des cellules de peau humaine
  • La bataille dans l'est de l'Ukraine pourrait déterminer l'issue de la guerre
L'année dernière, 28 526 personnes sont connues pour avoir traversé dans des petits bateaux, contre 8 404 en 2020.

Environ 600 personnes ont effectué la traversée mercredi, et M. Johnson estime que ce chiffre pourrait atteindre 1 000 par jour en quelques semaines.

M. Johnson affirme que le programme ne sera pas plafonné, qu'il concernera les personnes arrivées illégalement depuis le 1er janvier et qu'il pourrait concerner des dizaines de milliers de personnes dans les années à venir.

La BBC a vu les logements dans lesquels seront hébergés les demandeurs d'asile, qui devraient pouvoir accueillir une centaine de personnes à la fois et traiter jusqu'à 500 personnes par an.

"Nous ne pouvons pas soutenir un système parallèle illégal", explique le Premier ministre. "Notre compassion est peut-être infinie, mais notre capacité à aider les gens ne l'est pas".

Une étude récente d'Ipsos Mori révèle que 60 % des citoyens sont mécontents de la politique migratoire du gouvernement - plus de la moitié d'entre eux citant les traversées de la Manche.

Le rédacteur local de la BBC, Mark Easton, en reportage au Rwanda, explique que les ministres doivent faire face à des obstacles juridiques et à des coûts substantiels pour lancer ce projet.

Les détails précis du projet doivent encore être confirmés, mais, selon lui, le procès serait limité aux hommes célibataires que les autorités britanniques considèrent comme inadmissibles.

Selon la proposition, le Rwanda prendrait en charge les personnes qui font un voyage de plus de 4 000 miles, les soumettrait à une procédure d'asile et, à la fin de cette procédure, si elles sont acceptées, elles seraient logées à long terme au Rwanda.

Le gouvernement rwandais indique que les migrants auront "droit à une protection totale en vertu de la loi rwandaise, à l'égalité d'accès à l'emploi et à l'inscription aux services de santé et aux services sociaux".

Le ministère britannique de l'intérieur estime que la législation existante en matière d'asile sera suffisante pour mettre en œuvre le plan, mais des questions subsistent quant à sa légalité.

Obstacles juridiques

M. Johnson souligne que ce plan est "totalement conforme" au droit international, mais reconnaît qu'il devrait être contesté devant les tribunaux et par une "formidable armée d'avocats motivés par la politique".

Miranda Butler, avocate spécialisée dans le droit de l'immigration, estime que les risques encourus par les migrants dans le cadre de ce "processus accéléré" soulèvent également de "sérieuses questions".

"Les tribunaux ont déjà jugé illégaux des plans visant à envoyer des demandeurs d'asile dans des pays tiers sans que des protections juridiques adéquates soient mises en place", ajoute Mme Butler.

Des questions sont également soulevées quant au bilan du gouvernement rwandais et de son président, Paul Kagame, en matière de droits de l'homme.

L'année dernière, le gouvernement britannique lui-même a exprimé aux Nations unies son inquiétude quant aux "restrictions continues des droits civils et politiques et de la liberté des médias" au Rwanda.

Toutefois, M. Johnson décrit le Rwanda comme l'un des pays les plus sûrs au monde.

Le Premier ministre a également annoncé :

  • Les demandeurs d'asile qui sont réinstallés au Royaume-Uni seront répartis plus équitablement entre les autorités locales.
  • Des projets visant à confier le contrôle opérationnel de la Manche à la Royal Navy.
  • Un financement de 50 millions de livres (39 556 402 000 FCFA) pour de nouveaux équipements et du personnel spécialisé pour les opérations en Manche.
  • Une nouvelle installation gouvernementale pour héberger les migrants, décrite comme un centre d'accueil, à Linton-on-Ouse, dans le Yorkshire du Nord.
  • Une peine maximale d'emprisonnement à vie pour les passeurs de migrants.

"Quelque chose doit changer"

Les auditeurs de BBC Radio 5 Live ont partagé leurs points de vue avec Nicky Campbell :

  • "Qu'est-ce qui est le plus cruel, ça ou être noyé ? Si cela permet de sauver une vie, c'est sûrement mieux que ce qui se passe avec ces migrants maintenant" - Lorraine, Dartington
  • "Comment traitons-nous ces humains ? Sommes-nous en train de dire que les vies de ceux qui viennent d'Ukraine sont de meilleure valeur que celles de ceux qui viennent de certains autres pays ? Je pense que c'est odieux" - Hamid, Bicester
  • "Je pense que c'est une véritable honte. Nous semblons avoir érodé cette idée d'équité dans notre nation. Nous semblons ne plus vouloir être la nation qui veut aider les autres. C'est une honte que nous ayons perdu ces valeurs dans notre pays" - Chris, Devon
  • "Oublions les apparences et regardons la réalité. Les trafiquants d'êtres humains continueront à essayer de trouver des moyens différents jusqu'à ce que nous les brisions. C'est la partie cruelle ici... J'applaudis le gouvernement pour avoir un peu de colonne vertébrale" - Martin, Bedford

Le projet de loi du gouvernement sur la nationalité et les frontières fait son chemin au Parlement, mais le temps manque pour le faire passer en loi après une série de défaites à la Chambre des Lords.

Les députés sont actuellement en pause, mais à leur retour, ils doivent examiner une série d'amendements, dont un concernant les pouvoirs de délocalisation des demandes d'asile.


Est-il légal d'envoyer des demandeurs d'asile au Rwanda ?

Le gouvernement souhaite introduire de nouvelles lois - dans le cadre du projet de loi sur la nationalité et les frontières - afin que le Royaume-Uni puisse plus facilement envoyer des réfugiés dans un autre pays pour que leur demande d'asile soit traitée.

Mais le pays doit être "sûr" et le Royaume-Uni a également signé deux traités internationaux clés garantissant les droits des réfugiés :

  • La Convention des Nations unies sur les réfugiés, qui protège les personnes contre l'envoi dans un pays où elles sont confrontées à de graves menaces pour leur vie ou leur liberté.
  • La Convention européenne des droits de l'homme, qui stipule que nul ne peut être soumis à la torture, ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants.
Ainsi, si une personne risquait d'être maltraitée au Rwanda, elle ne pouvait pas y être envoyée.


Les défenseurs des droits de l'homme ont critiqué le projet. Le Refugee Council souligne que la proposition ne fonctionnera pas et Amnesty International UK qualifie le plan d'"idée scandaleusement mal conçue".

La secrétaire d'État chargée de la culture, Lucy Powell, indique que les travaillistes souhaitent que des mesures soient prises à l'encontre des passeurs de clandestins qui cherchent à faire des affaires en ligne.

Les Lib Dems affirment que le gouvernement "claque la porte" devant les réfugiés, tandis que Ian Blackford, du SNP, qualifie le plan d'"absolument effrayant".


Comment sont traités les demandeurs d'asile au Rwanda ?

Cyuzuzo Samba, BBC Grands Lacs

Depuis 2019, en accord avec l'Union européenne et l'ONU, le Rwanda accueille près de 1 000 demandeurs d'asile bloqués en Libye car ils n'ont pas réussi à traverser la mer vers l'Europe.

Ils sont arrivés par groupes de quelques centaines à la fois et sont conduits au camp de transit de Gashora, à une quarantaine de kilomètres au sud de la capitale Kigali.

Ils ont le droit de rester et de vivre au Rwanda, mais leurs ambitions sont de vivre dans des pays plus développés. Ils attendent au Rwanda que leurs demandes soient traitées.

Dans le centre de transit de Gashora, des centaines de migrants sont nourris et pris en charge par le HCR. Le Rwanda fournit également un abri, la sécurité et des soins médicaux.

Le président Paul Kagame a déclaré que le Rwanda accueillait des migrants de Libye pour des raisons humanitaires. L'opposition a accusé le gouvernement d'être motivé par des intérêts financiers, une allégation que les autorités nient.


Partenariat entre le Rwanda et le Royaume-Uni en matière de migration et de développement économique

● Le gouvernement rwandais est heureux de confirmer un nouveau partenariat audacieux avec le Royaume-Uni, qui adoptera une approche novatrice pour faire face à la crise migratoire mondiale.

● Un système de migration et d'asile défaillant ne parvient pas à protéger les personnes vulnérables et donne du pouvoir aux gangs de passeurs criminels à un coût humain incommensurable.

● Le partenariat Rwanda-Royaume-Uni pour la migration et le développement économique s'attaque aux racines de cette crise en s'attaquant aux inégalités mondiales des chances qui poussent les migrants économiques à quitter leur foyer, provoquant des niveaux de demande insoutenables pour le système.

● Le partenariat, par le biais du Fonds de transformation et d'intégration économique, investira dans le développement économique du Rwanda - créant des opportunités de développement professionnel et personnel pour les migrants comme pour les Rwandais, et rééquilibrant les inégalités au cœur de la crise migratoire mondiale.

● En plus de donner la priorité à la dignité et à l'autonomisation des migrants, leur sûreté et leur sécurité seront assurées en accueillant le programme au Rwanda - régulièrement classé parmi les nations les plus sûres du monde.

L'annonce du Gouvernement rwandais

Dans un communiqué reçu par la BBC, le gouvernement rwandais affirme :

"Aujourd'hui, jeudi 14 avril, à Kigali, le ministre rwandais des affaires étrangères, Vincent Biruta, et la ministre britannique de l'intérieur, Priti Patel, ont annoncé le partenariat Rwanda-Royaume-Uni pour la migration et le développement économique".

Selon le communiqué, ce partenariat vise à :

  • s'attaquer à cette crise humanitaire urgente en s'attaquant à ses racines en relocalisant les migrants au Rwanda et en investissant dans le développement personnel et l'emploi des migrants
  • donner la priorité à la dignité et aux droits des migrants, en leur offrant une série de possibilités de se construire une vie meilleure dans un pays qui a été régulièrement classé comme l'un des plus sûrs au monde. Les migrants seront intégrés dans les communautés de tout le pays.
"Le Rwanda s'est engagé dans la coopération et le partenariat internationaux en matière de migration, en particulier en ce qui concerne les opportunités qu'un système de protection solide ainsi qu'un programme complet d'investissement dans le capital humain peuvent créer, pour les migrants et pour le développement du pays d'accueil", explique Vincent Biruta, le ministre rwandais des affaires étrangères et de la coopération internationale.

"Il existe une responsabilité mondiale de donner la priorité à la sécurité et au bien-être des migrants, et le Rwanda se félicite de ce partenariat avec le Royaume-Uni pour accueillir les demandeurs d'asile et les migrants, et leur offrir des voies légales de résidence. Il s'agit de veiller à ce que les personnes soient protégées, respectées et habilitées à réaliser leurs propres ambitions et à s'installer de manière permanente au Rwanda si elles le souhaitent", poursuit-il.

Le gouvernement rwandais promet dans son communiqué que "dans le cadre du programme, les migrants auront droit à une protection totale en vertu du droit rwandais, à l'égalité d'accès à l'emploi et à l'inscription aux services de santé et aux services sociaux".

"En outre, l'investissement initial du Royaume-Uni de 120 millions de livres sterling permettra de financer des opportunités pour les Rwandais et les migrants, notamment des qualifications secondaires, des formations professionnelles et qualifiantes, des cours de langue et des études supérieures", précise le texte.

Source: www.bbc.com