0
MenuAfrique
BBC

Racisme au Brésil : noirs et maintenus au bas de l'échelle sociale

 124003279 Bispoedited2 Racisme au Brésil : noirs et maintenus au bas de l'échelle sociale

Sat, 9 Apr 2022 Source: www.bbc.com

"J'avais l'impression que ma carrière était limitée par ma couleur de peau. J'entendais dire que je ne correspondais pas au profil. Ou que je n'étais pas quelqu'un qu'on voulait promouvoir", se souvient Luana Genot.

Mme Genot n'a pas les meilleurs souvenirs de sa tentative de percer dans le secteur de la communication au Brésil.

Mais au lieu de se mettre en colère, elle a décidé de faire quelque chose : elle est aujourd'hui directrice exécutive de l'Institut des identités du Brésil, une ONG qui aide les entreprises à changer leur culture vis-à-vis du personnel noir.

Pourtant, le début de la vie professionnelle de Mme Genot a été très différent. Elle a commencé à être mannequin alors qu'elle n'était encore qu'une adolescente vivant à Rio, et sa carrière dans la mode l'a menée aux quatre coins du monde, de Londres à Paris en passant par l'Afrique du Sud.

Le travail pouvait sembler glamour de l'extérieur, mais Mme Genot se sentait freinée à cause de la couleur de sa peau, car les clients ne pouvaient souvent pas imaginer qu'une personne comme elle puisse représenter leurs marques.

Lorsqu'elle a quitté le métier de mannequin et qu'elle est rentrée chez elle, elle s'est heurtée aux mêmes obstacles.

"Une fausse démocratie raciale"

Plus de 50% des 208 millions d'habitants du pays se définissent comme noirs ou "pardo", une catégorie du recensement brésilien qui décrit les personnes métisses.

Cependant, des données de 2016 montrent que les Noirs n'occupent qu'environ 6 % des postes de direction et sont globalement payés en moyenne 44 % de moins.

"Il y a ici ce mythe de la démocratie raciale où tout le monde, quelle que soit sa couleur de peau, peut être accueilli. Et c'est faux", dit Mme Genot. "Le message pour moi était que ce paradis n'existe pas. Nous devons le construire."

C'est exactement ce qu'elle essaie de faire avec son Institut - aider les entreprises brésiliennes à être plus "activement antiracistes", comme elle l'appelle.

Elle voit à quel point les entreprises gagnent à attirer et à garder des talents noirs qui ne verraient pas un emploi en entreprise comme une possibilité.

"Ce n'est pas une faveur pour les personnes noires. Les entreprises ont besoin de ces têtes noires pour réfléchir à des produits et services qui répondent à la majorité brésilienne."

Changement au sommet

Les choses ont commencé à changer ces dernières années. La discrimination positive a trouvé un terrain fertile au Brésil. Les institutions publiques et les universités publiques ont établi des quotas pour les travailleurs et les étudiants noirs.

Mais pour une personne, les quotas ne suffisent pas à faire la différence. Il y a un peu plus d'un an, Luiza Trajano, la milliardaire brésilienne propriétaire du plus grand détaillant du pays, Magazine Luiza, a décidé d'ouvrir son programme très convoité de formation à la gestion aux seuls candidats noirs.

Mme Trajano, qui est blanche, a commencé à travailler dans la petite boutique de cadeaux de sa famille, qui a ouvert en 1957. Elle a pris les rênes de l'entreprise en 1991 et en a fait un géant de la vente au détail, vendant de tout, des crèmes hydratantes aux MacBooks. Elle explique que ce sont des préoccupations concernant ses propres préjugés inconscients qui l'ont poussée à élaborer ce plan.

Elle se souvient que lors de ses fêtes d'anniversaire ou à son domicile, aucune femme noire n'était présente. Et elle a senti qu'elle devait faire quelque chose à ce sujet.

En creusant les chiffres, elle a découvert que 52 % des personnes travaillant pour Magazine Luiza étaient noires, mais qu'au niveau de la direction, elles n'étaient que 16 %.

Chaque année, le magazine Luiza réservait quelques places pour les Noirs dans le programme de formation des cadres, mais il n'y avait pas de candidats.

Mais lorsqu'elle a changé d'approche et l'a ouvert exclusivement aux Noirs, 21 000 personnes ont postulé pour 20 postes. Ils ont également veillé à ce que les nouveaux stagiaires reçoivent le même salaire que leurs homologues blancs.

"Il me semble que le personnel noir a désormais un sentiment d'appartenance, quel que soit son poste", conclut Mme Trajano.

Manque de représentation

Les tentatives visant à améliorer le recrutement et la promotion du personnel noir ne sont qu'un aspect de la question. L'accès à l'éducation peut être difficile pour de nombreux jeunes noirs.

Alabe Nujara, qui travaille aujourd'hui pour l'ONG Guetto Institute à São Paulo, a été l'un des artisans du succès d'une campagne visant à instaurer des quotas pour les étudiants défavorisés dans les établissements fédéraux. Lorsqu'en 2009, il est devenu le premier de sa famille à aller à l'université, il ne voyait personne qui lui ressemblait.

Mais, malgré la réussite de ses études et de sa campagne, M. Nujara a trouvé très difficile d'être un homme noir essayant de faire carrière dans les relations publiques. Il a l'impression que les Noirs ont beaucoup plus de chances dans les entreprises internationales ayant des locaux dans le pays.

Lorsqu'il a décroché un emploi dans une entreprise française, il a déclaré que les gens étaient constamment surpris qu'il soit noir lorsqu'ils le rencontraient en personne. Les appels téléphoniques et les courriels laissaient entendre que quelqu'un dans sa position, parlant couramment le français et l'anglais, devait être blanc.

Et cette preuve anecdotique trouve un écho dans les recherches menées par Graziella Moraes Silva, professeur brésilien de sociologie et d'anthropologie qui travaille actuellement à l'Institut des hautes études en Suisse.

De retour dans son pays, elle a effectué des recherches sur les expériences des professionnels noirs au Brésil.

Le professeur Moraes Silva a découvert que, pour beaucoup d'entre eux, la première fois qu'ils se sont sentis bien dans leur carrière en tant que Noirs, c'était aux États-Unis.

"Je pense que cela en dit long sur le type de reconnaissance que ces personnes ne recevaient pas au Brésil", explique-t-elle.

Selon le professeur Moraes Silva, le Brésil - dernière nation américaine à avoir aboli l'esclavage en 1888 - a cherché à projeter l'image d'un pays d'ascendance mixte, où la couleur de la peau d'une personne ne compte pas.

Pour Luana Genot, il existe une véritable conviction que le type de changement auquel elle travaille est réalisable de son vivant.

"Je travaille pour ne plus exister", dit-elle en plaisantant.

"Dans 50 ans, je veux faire le tour des entreprises et voir plus de professionnels noirs comme managers, comme directeurs. Je ne veux plus qu'on ait besoin de moi."

Clarification 6 avril 2022 : une version précédente de cet article indiquait que plus de 50% des Brésiliens se définissaient comme noirs. Il a été modifié pour préciser que ce chiffre fait référence à ceux qui s'identifient comme noirs ou "pardo".

Source: www.bbc.com