0
MenuAfrique
BBC

Sécheresse en Somalie : "Agissez maintenant ou 350 000 enfants vont mourir"

 124093510 Mediaitem124093509 Sécheresse en Somalie :

Wed, 13 Apr 2022 Source: www.bbc.com

Alors que la Somalie est confrontée à ce que les experts appellent sa pire sécheresse depuis dix ans, les enfants en font les frais. Les parents ont du mal à les nourrir, et près de la moitié de la population de moins de cinq ans du pays risque de souffrir de malnutrition aiguë d'ici juin.

Nimco Abdi place délicatement sa petite fille de six mois sur une bassine en plastique soutenue par des cordes de sisal. La balance à laquelle est suspendue la bassine indique 0,6 pierre (4 kg). C'est presque moins de la moitié de ce que devrait être le poids idéal de l'enfant.

Elle est trop petite pour son âge. Ses yeux sont enfoncés, ses os sont saillants et sa peau est ridée et pâle. Elle pousse un faible cri, à peine audible, lorsque Nimco la relève.

"J'avais l'habitude de l'allaiter. Mais je suis tombée malade à cause du manque de nourriture. Et elle est devenue si maigre que j'ai décidé de l'amener ici. Au moins, elle peut avoir du lait et des médicaments", dit Nimco.

Nimco vient d'arriver dans un centre de stabilisation de la malnutrition à Luuq, à 500 km de Mogadiscio, dans le sud-ouest de la Somalie. On lui donne un lit dans l'établissement, qu'elle devra partager avec une autre mère.

Son histoire est l'une des nombreuses mères qui risquent de voir leurs enfants mourir de malnutrition.

"Si rien n'est fait, on prévoit que d'ici l'été de cette année, 350 000 des 1,4 million d'enfants souffrant de malnutrition sévère dans le pays, périront", prévient Adam Abdelmoula du Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha).

"Déjà dans ce pays, 70% des enfants en âge d'être scolarisés ne vont pas à l'école. Dans un seul État du pays de Juba, la sécheresse a entraîné la fermeture de 40 écoles et cela va être la tendance dans de nombreuses zones touchées par la sécheresse", poursuit-il, ajoutant que certaines filles sont mariées précocement parce que leurs familles ne peuvent pas les nourrir.

Des villages désertés

Fatuma Mohamed, infirmière au centre de malnutrition de Luuq, explique que la capacité d'accueil est de 18 lits, mais que plus de 50 enfants et leurs mères sont ici.

"Ce qui nous inquiète, ce sont les gros chiffres que nous recevons. Nous sommes surchargés et nous fonctionnons au-delà de nos capacités. Nous sommes à court de fournitures médicales", explique-t-elle.

Certains des enfants sont si faibles qu'ils meurent en chemin.

"Les femmes viennent avec des enfants gravement malnutris. Et la plupart d'entre eux ont également une diarrhée aqueuse aiguë et la rougeole", poursuit-elle.

Ce centre n'est qu'un aperçu de la situation dans toute la Somalie. La sécheresse a touché 4,5 millions de personnes. Le fleuve Juba, le plus grand de Somalie, n'a presque plus d'eau.

Selon les Nations unies, près de 700 000 personnes ont été forcées de quitter leur foyer à la recherche de nourriture et d'eau pour elles et leurs animaux, et le nombre ne cesse d'augmenter.

Les pluies ont fait défaut pendant quatre saisons et les températures sont insupportables, 90 % du pays est sec.

Le long des routes des zones rurales, des carcasses d'animaux jonchent le sol - chèvres, ânes et chameaux morts. Cette situation est catastrophique pour les nombreux Somaliens qui gagnent leur vie en élevant et en vendant des animaux.

Les prix de la nourriture et de l'eau grimpent en flèche. Les villages ont été désertés, les gens se rapprochant des centres urbains à la recherche de secours.

Ceux qui restent sont les personnes âgées, qui attendent - soit que la pluie tombe, soit que leurs jeunes reviennent avec de l'eau.

La sécheresse ne touche pas seulement la Somalie, mais aussi le reste de la Corne de l'Afrique et de nombreuses autres régions du continent. Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), au moins un quart des Africains sont confrontés à une crise de sécurité alimentaire.

On observe également une augmentation spectaculaire du nombre de personnes déplacées. La crise de la faim est également éclipsée par la guerre entre la Russie et l'Ukraine, car tous les efforts, l'aide et les financements sont concentrés sur ce pays.

Les camps de personnes déplacées sont dispersés dans tout le pays. Et de nouveaux ne cessent de surgir. Certaines personnes ne s'étaient même pas remises de la sécheresse de 2017, qui a été déclarée catastrophe nationale, avant que celle-ci ne frappe.

Le pire est encore à venir

Dans un camp de Galkayo, à des centaines de kilomètres au nord de Luuq, Hawa Fargod, enceinte de sept mois, est assise avec ses deux jeunes enfants. Sa hutte de fortune, comme des centaines d'autres ici, est faite de bâtons et couverte de sacs de jute et de vêtements. Son foyer est froid depuis des jours.

À côté de Hawa Fargod, Hawa Sharif raconte son voyage de trois jours vers le camp sur une charrette tirée par un âne, avec ses cinq enfants. L'âne est mort immédiatement après leur arrivée au camp.

"Cet âne était le dernier animal survivant que nous avions. Tout le reste est mort".

La sécheresse a séparé les familles - les hommes sont partis dans les villes pour gagner leur vie, tandis que les femmes et les enfants se déplacent là où ils peuvent obtenir de l'aide.

Les agences humanitaires disent qu'il y a une énorme crise de financement. Elles ne disposent que de 3 % de ce qui est nécessaire pour intervenir dans le pays.

Elles tentent d'envoyer des camions-citernes, des vivres et de l'aide médicale. Mais tout cela ne peut pas atteindre tout le monde - et dans les prochaines semaines, ce ne sera pas possible à moins que davantage de fonds et de dons soient disponibles.

Avec des prévisions de précipitations moyennes ou inférieures à la moyenne pour avril, on craint que le pire soit à venir.

Hawa Fargod ne connaît que trop bien ce sentiment de malheur imminent. Atteinte elle-même d'une maladie rénale et ayant des enfants malades, elle n'a aucun espoir pour l'avenir.

"J'ai peur pour mes enfants", dit-elle d'un ton sinistre.

Source: www.bbc.com