0
MenuAfrique
BBC

Traitement de la dépression par des hallucinogènes : "j'ai ressenti plus de joie que je ne l'aurais cru possible"

 124346853 Mediaitem124173937 "j'ai ressenti plus de joie que je ne l'aurais cru possible"

Sat, 30 Apr 2022 Source: www.bbc.com

"J'ai vécu une expérience de révélation mystique complète - le grand spectacle psychédélique de lumières et de sons multicolores."

C'est ainsi que le Britannique Steve se souvient de sa première dose de drogue hallucinogène, la psilocybine, le composé psychédélique présent dans les champignons magiques (ou champignons hallucinogènes).

Son expérience faisait partie d'un essai clinique que certains scientifiques considèrent comme une étape majeure vers une révolution dans le traitement de la dépression.

Il s'agit d'une expérience scientifique compliquée par le fait que cette drogue est illégale au Royaume-Uni, où elle est réalisée. La psilocybine est une substance contrôlée ; son utilisation est très strictement réglementée.

A surtout lire sur BBC Afrique :

  • L'organisateur de Miss Rwanda détenu pour des abus sexuels présumés
  • Le Soussou, l'intrigante histoire d'une langue guinéenne (et de ses nombreux alphabets)
  • Le polluant, dangereux et lucratif vol de pétrole au Nigéria
  • Comment est née "l’interdépendance" de la Russie et de l'Occident dans le système alimentaire mondial
En d'autres termes, selon les règles actuelles, ce type de médicament ne peut être utilisé à des fins médicales. Mais cette expérience, qui a examiné le cerveau des participants après un traitement aux substances psychédéliques, a dressé un tableau physique extraordinaire de l'effet et de l'expérience de la psilocybine. Les scanners cérébraux ont montré une "plus grande connectivité" entre les différentes régions du cerveau.

Les chercheurs affirment que leurs résultats révèlent comment les hallucinogènes permettent à une personne déprimée de "sortir de l'ornière de la pensée négative" - que la psilocybine "réintègre" un cerveau déprimé, le rendant plus fluide, plus souple et plus connecté.

Les scientifiques brésiliens étudient également la psilocybine, ainsi que d'autres substances issues de la nature, comme l'ibogaïne et l'ayahuasca, et des composés synthétiques comme le LSD et la MDMA, pour traiter la dépression et la toxicomanie, comme l'a montré BBC News Brésil dans un rapport publié en 2020.

  • Cela a pris 32 ans, mais j'ai finalement retrouvé mon fils kidnappé
Alors, qu'est-ce que ça fait d'avoir son cerveau "réintégré" par des drogues psychédéliques ?

"C'est une expérience ineffable - les mots que nous utilisons maintenant ne suffisent pas", déclare Steve à la BBC. "Dès la première dose, j'ai ressenti une joie comme je n'en avais jamais connue : pour la première fois, je pouvais être moi-même."

Mais la deuxième dose du test, ajoute-t-il, a entraîné une période très sombre.

Steve, qui a maintenant la soixantaine, a été diagnostiqué dépressif il y a plus de 30 ans.

Les antidépresseurs traditionnels n'ont tout simplement pas fonctionné pour lui.

Ces médicaments agissent en augmentant les niveaux d'une substance chimique appelée sérotonine dans le cerveau. La sérotonine, connue sous le nom d'"hormone du bonheur", est l'un des messagers chimiques qui transmettent les signaux d'une partie du cerveau à une autre ; de faibles niveaux de sérotonine sont associés à la dépression depuis les années 1960.

Mais si les antidépresseurs qui "corrigent" le déséquilibre de la sérotonine anesthésient l'impact des dépressions de Steve - dépressions qui, selon lui, lui donnent souvent l'impression que sa vie n'a aucun sens - ils anesthésient aussi les hauts.

"(Lorsque je prenais ces drogues), il n'y avait tout simplement pas de couleur, pas de joie dans ma vie. Tu finis par vivre comme un zombie fonctionnel."

Steve a pris la difficile décision d'arrêter la drogue. Il a poursuivi son régime à long terme de méditation, de yoga et de course à pied qui, selon lui, l'a aidé à contrôler sa dépression pendant toutes ces années.

  • "Pourquoi les hommes violent-ils?"
Mais lorsqu'il a entendu une interview à la radio concernant un nouvel essai sur l'utilisation des psychédéliques dans le traitement de la dépression, il a appelé pour se porter volontaire.

"J'ai dû attendre un an, et les critères de sélection étaient très difficiles".

Les participants devaient non seulement démontrer que les autres antidépresseurs n'avaient pas réussi à traiter leur dépression, mais aussi qu'ils ne souffraient d'aucun autre trouble mental, y compris d'une psychose, qui pourrait rendre l'utilisation de psychédéliques particulièrement risquée.

Enfin, après une vérification minutieuse et sous la supervision d'un thérapeute professionnel, Steve a reçu sa première dose de psilocybine.

"C'était merveilleux", se souvient-il. "Je me suis senti plus connecté à moi-même - c'était extraordinaire."

"Ma vie est passée de l'eau au vin".

Ce que Steve a ressenti est apparu sur les scanners cérébraux, selon les chercheurs.

Les images du cerveau des participants avant et après une dose de "jus de champignon magique" ont montré ce que le chercheur principal, le professeur David Nutt, du Centre impérial de recherche psychédélique, a décrit comme une redéfinition du cerveau.

Les images ont montré que les psychédéliques induisent une connectivité, à partir de laquelle les différentes régions du cerveau communiquent beaucoup plus, révélant de nouvelles façons de penser.

Je n'avais pas le sentiment conscient que mon cerveau était "brouillé", mais il s'y passait certainement beaucoup plus de choses que je ne pouvais l'imaginer", se souvient Steve.

  • "La mutilation génitale féminine était ma récompense pour avoir réussi mes examens"
Sa deuxième expérience avec la psilocybine, cependant, a été beaucoup plus difficile.

"J'ai dû me battre avec ces sentiments et ces émotions que je refoule habituellement.

"Donc la deuxième session, même si elle a été difficile, a probablement été plus utile sur le plan thérapeutique, parce que j'ai dû faire face à des choses que je n'avais pas traitées auparavant."

Le professeur Nutt fait campagne pour que ces médicaments illégaux soient reclassés à des fins de recherche, afin de rendre des expériences comme la sienne moins compliquées sur le plan juridique - et de permettre ce qui pourrait être une "révolution" dans le traitement de la dépression, selon ses propres termes.

Connectivité cérébrale

Mais le médicament - comme le soulignent Steve et le professeur Nutt - ne fonctionne pas de manière magique contre la dépression.

Dans l'expérience, le traitement a été combiné à une thérapie professionnelle. Les travaux en cours au Psychedelic Research Centre et ailleurs sont axés sur l'élaboration et l'essai en toute sécurité de nouveaux protocoles thérapeutiques, des moyens d'associer le traitement médicamenteux à la thérapie pour traiter la dépression d'une nouvelle manière.

"Le médicament nous permet de participer à un processus de guérison. Cela expose le patient à différentes possibilités, à une autre façon d'être", explique Steve.

Le véritable défi, ajoute-t-il, commence après l'expérience et nécessite les conseils d'un thérapeute pour lui donner un sens.

"C'est une chose de développer un médicament, mais nous avons besoin de protocoles pour aider les gens comme moi", dit Steve. "Mais je n'échangerais l'expérience pour rien au monde - c'était merveilleux - et je ne pense pas que je tenterai à nouveau quelque chose comme ça".


Source: www.bbc.com