0
MenuAfrique
BBC

Un enfant qui dort la bouche ouverte peut cacher un grave problème de la santé

 124622965 Gettyimages Africanboysleeping Un enfant dormant la bouche ouverte

Sun, 8 May 2022 Source: www.bbc.com

Selon des études publiées ces dernières années, plus de la moitié des enfants dorment avec la bouche ouverte.

Si fréquente, cette habitude n'attire pas toujours l'attention ou ne déclenche pas le signal d'alerte des parents et des tuteurs.

Mais les médecins consultés par BBC News Brésil soulignent que dormir avec la bouche ouverte - ce qui est lié aux allergies, aux rhinites ou à la croissance de structures qui obstruent le nez - peut être très nocif pour la santé.

Ces enfants courent un plus grand risque de développer les complications les plus diverses, qui vont des caries et de la mauvaise haleine aux altérations posturales et aux difficultés d'apprentissage à l'école.

Pour aggraver les choses, ces effets délétères ne se limitent pas à l'enfance : si la respiration buccale nocturne n'est pas résolue dès les premières années de la vie, les répercussions négatives peuvent durer toute la vie.

Comprenez ci-dessous ce qui se cache derrière cette affection, tous les dommages causés à la santé et les principaux moyens de résoudre le problème au plus vite.

Développements immédiats

En tant que structure externe du système respiratoire, le nez a une fonction très particulière : réchauffer, humidifier et filtrer l'air qui entre par les narines.

En revanche, lorsque l'on respire par la bouche, l'oxygène ne subit pas ce traitement spécial avant d'atteindre les poumons.

Cela représente en soi un risque. L'air qui passe par la bouche arrive dans le thorax plein d'impuretés, sec et à une température inadéquate.

"La respiration buccale augmente le risque d'infections virales ou bactériennes et de rhumes à répétition", explique le docteur Alexandre Ordones, de l'Association brésilienne d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale (ABORL-CCF).

"La personne souffre aussi généralement davantage de brûlures, de sifflements et de mucus bloqué dans l'arrière-gorge", ajoute-t-il.

La bouche ouverte pendant le sommeil aura des effets encore plus profonds sur la formation même du visage de cet individu.

"Les os du visage ne se développent pas correctement, ce qui modifie la physionomie. L'enfant peut avoir les joues tombantes, les yeux tristes, des cernes sous les yeux ?", énumère l'oto-rhino-laryngologiste Saramira Bohadana, coordinatrice du programme aérodigestif de l'hôpital infantile Sabará, à Sao Paulo.

"L'arcade dentaire elle-même change également. L'os maxillaire [qui supporte les dents supérieures] devient très fermé et fait saillie vers l'avant. La mâchoire ne se développe pas comme prévu", explique le spécialiste.

Pour couronner le tout, ces modifications du crâne altèrent le reste du corps. "Le cou finit par se rétracter, avec le menton vers l'intérieur, le thorax se courbe et le ventre devient proéminent", décrit Bohadana.

Et comme si tous ces changements physiques ne suffisaient pas, dormir la bouche ouverte a également des conséquences très graves sur le cerveau et le comportement.

Apnée, mauvaises notes, irritation et énurésie

Les enfants qui dorment la bouche ouverte souffrent souvent d'une maladie appelée apnée du sommeil.

Elle se caractérise par des interruptions de la respiration pendant le repos nocturne qui, à leur tour, provoquent de petits réveils (souvent, ils ne sont même pas remarqués consciemment).

Le fait est que ces micro-éveils empêchent la personne d'atteindre les stades les plus profonds du sommeil, qui sont liés à la consolidation des souvenirs et à l'apprentissage.

Maintenant, imaginez l'effet que cela aura sur un cerveau qui est encore en train de se former.

"Nous avons plusieurs études qui montrent que l'enfant qui dort la bouche ouverte a de moins bons résultats à l'école", révèle Ordones.

Un examen des recherches, mené en 2016 par des scientifiques de l'Université fédérale de Sergipe, a par exemple montré que les enfants qui respirent par la bouche présentent plus souvent des difficultés d'apprentissage par rapport à ceux qui utilisent le nez comme source principale du système respiratoire.

Selon l'oto-rhino-laryngologiste, l'absence d'un sommeil réparateur est également liée à la diminution de la concentration et à l'augmentation de l'irritation au cours des premières années de la vie.

"Il n'est pas rare que nous recevions dans notre bureau des enfants qui ont reçu un diagnostic de trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité (TDAH) et qui prennent même des médicaments pour contrôler leur état. Ensuite, lorsque nous résolvons le problème de la respiration par la bouche, l'irritation s'améliore et il n'est plus nécessaire de prendre des médicaments", explique-t-il.

Enfin, Ordones ajoute un autre facteur à la longue liste des conséquences : l'énurésie.

"L'hormone qui contrôle l'urine est produite pendant le sommeil profond. Si sa production n'est pas suffisante, le petit enfant mouille le matelas et ne peut souvent pas abandonner les couches", enseigne-t-il.

Face à tant d'effets dangereux (et peu connus), il est temps de savoir ce qui peut se cacher derrière cette difficulté à respirer par le nez chez les petits.

Les "pierres" sur le chemin

En général, la respiration par la bouche se fait parce que les voies respiratoires sont fermées. L'oxygène ne pouvant pas passer par les narines, le corps utilise une voie alternative pour faire fonctionner les poumons.

L'un des principaux "blocages" du nez est la rhinite, qui se caractérise par une réaction allergique à des substances courantes de l'environnement, telles que la poussière, les acariens et les poils d'animaux.

Lorsque la personne est en crise, la muqueuse du nez s'épaissit, sous l'effet d'un processus inflammatoire, et devient gonflée. Pour couronner le tout, la production de mucus - le catarrhe populaire - finit d'obstruer les tubes par lesquels passerait l'oxygène. Le mucus est produit par l'organisme pour tenter d'englober et d'expulser l'"agent" à l'origine de l'allergie.

Une autre cause fréquente de la fermeture nasale (et de la nécessité de respirer par la bouche) est la croissance d'un tissu appelé adénoïde.

"Cette chair spongieuse se trouve à l'arrière du nez et fait partie du système de défense de l'organisme. Lorsqu'il est exposé à la pollution ou à des agents infectieux, il augmente de taille et obstrue le passage de l'air", explique Bohadana.

Le gonflement d'autres structures situées dans le visage et au début de la gorge, comme les amygdales ou les turbines inférieures (ces "petits plis" que nous avons à l'arrière des narines), empêche également le transit de l'oxygène dans cette région.

Mais comment les parents et les tuteurs peuvent-ils soupçonner que l'enfant dort avec la bouche ouverte ?

"Dans la grande majorité des cas, il est possible d'entendre un bruit, comme un ronflement ou une respiration bruyante", souligne M. Ordones.

"D'autres signes courants sont un oreiller humide en raison de l'excès de salive qui sort de la bouche et un sommeil très agité, du type où l'enfant se débat, se roule dans son lit et se réveille la tête en bas", ajoute le médecin ORL.

L'anticipation du diagnostic (et du traitement) est fondamentale

Quelle que soit la source, les médecins insistent sur le fait que le dépistage précoce du problème a des effets bénéfiques sur toute la vie.

"Si nous intervenons avant l'âge de quatre ans, nous pouvons inverser complètement la plupart des changements osseux et musculaires", souligne Mme Bohadana.

Soyons clairs : le traitement peut améliorer la santé et la qualité de vie à tout âge, mais les effets bénéfiques seront beaucoup plus importants s'il est effectué dans la petite enfance.

Si vous remarquez un signe quelconque indiquant que votre enfant dort avec la bouche ouverte, la première étape consiste à consulter un médecin ORL pour une évaluation initiale.

Au cabinet du médecin, celui-ci peut effectuer un examen appelé nasofibroscopie, au cours duquel une petite caméra est introduite dans les narines pour visualiser toutes les structures internes et vérifier si quelque chose est gonflé ou déplacé.

Si le problème est lié à une rhinite, le traitement consiste à modifier l'environnement dans lequel vit l'enfant (en éliminant de la chambre les tapis, les peluches et autres sources de poussière et d'acariens, par exemple) et à prescrire des médicaments qui régulent l'inflammation et soulagent les crises d'éternuement et de congestion nasale.

Or, si l'on détecte une augmentation des adénoïdes (qui ne disparaît pas complètement avec le contrôle de l'allergie), des amygdales ou des turbinats inférieurs, il est nécessaire de recourir à la chirurgie.

"L'intervention est relativement simple, l'enfant peut généralement sortir le jour même et la douleur postopératoire est tout à fait tolérable", précise Bohadana.

"En moyenne, au bout de sept jours, l'enfant est déjà bien rétabli".

L'oto-rhino-laryngologiste insiste sur le fait que plus l'intervention est précoce, meilleurs sont les résultats.

"Parfois, les parents ont peur et préfèrent attendre que leur enfant grandisse un peu avant d'enlever l'amygdale ou l'adénoïde, même s'ils pensent que cela peut nuire à l'immunité", commente-t-elle.

"Nous savons que si ces structures sont supprimées, d'autres parties du système de défense peuvent répondre aux besoins."

"Sans compter qu'attendre pour se faire opérer peut aggraver ou approfondir toutes ces séquelles de la respiration buccale", conclut le spécialiste.

En plus de l'intervention au bistouri, il est souvent nécessaire de suivre des séances d'orthophonie, dans le but de renforcer les muscles du visage et d'exercer l'entrée d'air par les narines.

Tout cela garantit une respiration plus calme et plus saine, qui se fait pour le reste de la vie par la voie la plus appropriée : le nez lui-même.

Voir sur le lien ci-dessous un rapport complet sur les causes et les traitements contre la rhinite.


Source: www.bbc.com