0

102 000 travailleurs camerounais ont perdu leur emploi à cause du Covid-19

Jeune Eleve Viole Camer Gre?goire Owona a invite? les diffe?rentes parties prenantes au dialogue social

Thu, 23 Sep 2021 Source: Le Messager

Face à cette situation triste, le ministre du Travail et de la sécurité sociale a invité les partenaires sociaux à lui faire des propositions en vue de l’utilisation des fonds Covid pour limiter les effets du coronavirus dans le monde du travail.

C’était au cours des 28ème et 29ème sessions du comité de concertation et de suivi du dialogue social, hier, 22 septembre 2021.

La pandémie à coronavirus a eu de nombreux effets dans le monde du travail. Depuis que le gouvernement a par exemple édicté les mesures barrières parmi les- quelles figuraient le « confinement » partiel, le ministre du Travail et de la sécurité sociale (Mintss) n’avait plus reçu les hommes et femmes de médias dans la salle des conférences de son département ministériel. C’est hier, 22 septembre 2021, que Grégoire Owona a repris le rituel.

C’était à l’occasion de la tenue des 28ème et 29ème sessions du comité de concertation et de suivi du dialogue social. Lesdites assises étaient axées autour de 4 thématiques : le Covid-19 et le monde du travail ; l’apport du Mintss dans la Stratégie nationale de développement ; le bilan de la mise en œuvre des mesures d’assouplissement en matière de sécurité sociale et enfin les mesures envisageables pour juguler l’insécurité sur le corridor Douala-Bangui.

S’agissant particulièrement de la première thématique qui a été présentée par le Bureau international du travail (Bit), il en ressort que 102 000 camerounais ont perdu leur emploi à cause du coronavirus.

Pourtant dans son adresse à la nation le 19 mai 2020, le président de la République soulignait que « la pandémie du coronavirus a donc un impact négatif sur l’économie mondiale ainsi que la nôtre. Il nous faudra, bien-sûr retrouver plus tard le chemin de la croissance tout en veillant à ce que, pendant cette période d’incertitude et de difficultés, les emplois soient préservés dans la mesure du possible ».

Malheureusement 102 000 emplois n’ont pas pu être préservés. Dans la foulée, les partenaires sociaux n’ont pas manqué d’exprimer leurs attentes vis-à-vis du gouvernement.

« Le rapport du Gicam nous avait informé qu’il y a 14 000 travailleurs impactés par le coronavirus mais le rapport du Bit nous parle plutôt de 102 000. Donc nous allons attirer l’attention du gouvernement pour que des mesures soient prises pour soutenir ces employeurs qui ont perdu leurs emplois », a indiqué Isaac Bissala, président de l’Union généra- le des travailleurs du Cameroun (Ugtc).

Elections sociales

Dans sa prise de parole de circonstance, Grégoire Owona a invité les différentes parties prenantes au dialogue social à lui faire des propositions en vue de l’utilisation des fonds Covid (pas encore consommés) pour limiter les effets du coronavirus dans le monde du travail. Il a également souhaité que la réflexion se poursuive en vue de l’amélioration du Smig dont les propositions restent attendues des organisations professionnelles d’employeurs notamment. Il leurs a par ailleurs recommandés à se préparer et à mieux encadrer les travailleurs dans la perspective des élections sociales du 27 octobre prochain. Les délégués du personnel étant un maillon essentiel du dialogue social, facteur d’amélioration de la gouvernance dans le monde professionnel.

A ce sujet, la représentante de la classe patronale, Emilienne Biboum a souligné que « du côté des employeurs, il y a des activités à mener pour encourager les travailleurs à se syndiquer et du côté des partenaires sociaux, un devoir de fonds pour avoir des candidats qui souhaitent être élus ».

Source: Le Messager