1

Banque mondiale : le Cameroun fait entendre sa voix

Banque Mondiale Cameroun Le Cameroun fait entendre sa voix

Sat, 25 Jun 2022 Source: CamerounEmergent N°004

Le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Alamine OUSMANE MEY, Gouverneur de la Banque Mondiale pour le Cameroun, s’est exprimé le 12 octobre 2021, au cours de la première réunion virtuelle du Groupe Afrique II de la Banque Mondiale, présidée par le Ministre des Finances et du budget des Comores, KA- MALIDINI Souef, en sa qualité de Président et représentant du Groupe Afrique II au Comité de développement de la Banque Mondiale.

Cette réunion virtuelle qui rassemblait les Gouverneurs et les Administrateurs du Groupe de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International pour la région Afrique II, a permis aux participants d’échanger sur la gestion du portefeuille des projets de la Banque Mondiale dans ladite région, et sur le projet de création d’un fonds fiduciaire pour la résilience et la soutenabilité. On y a appris que parmi les interventions d’urgence que la Banque Mondiale a poursuivies en 2021, il y a la lutte contre la propagation de la pandémie à Corona Virus à travers la fourniture des vaccins pour les pays en développement et particulièrement pour ceux de l’Afrique, où le taux de vaccination demeure encore très faible. Des actions de relance économique post COVID-19 et de reconstruction économique centrées sur la résilience et l’inclusion, ont également été menées, tout comme la recherche de l’équité en matière de transition énergétique

Sur ce dernier volet, le Gouverneur de la Banque Mondiale pour le Cameroun, Alamine OUSMANE MEY, a insisté sur la nécessité de mener un plaidoyer renforcé en faveur de

l’énergie et du gaz en vue de résorber le déficit énergétique. Il a également souhaité que la reconstruction ambitieuse de l’IDA 20 en cours, puisse se poursuivre pour atteindre

les 100 milliards de dollars sollicités par les Chefs d’Etat Africains.

Le MINEPAT a par ailleurs réitéré le vœu de voir les institutions de Bretton Woods financer le vaccin contre la COVID-19 et de faciliter l’accès des pays pauvres aux médicaments sans lesquels la recherche de l’immunité collective dans tous les Etats ne pourrait permettre la réouverture des frontières en toute sécurité.

Au cours de cette réunion, le président du groupe Afrique II a également présenté les avancées réalisées depuis les réunions de printemps de mars 2021. Celles-ci portent notamment sur la réaffectation des Droits de Tirages Spéciaux (DTS) devant déboucher sur la création de nouveaux fonds fiduciaires axés sur la résilience et la soutenabilité, la re constitution des ressources de l’IDA 20. Cela permettra aux pays en développement de se remettre sur le rail de la réalisation de l’agenda 2030 des ODD. Au sujet des perspectives de l’économie mondiale qui montrent une reprise de 5,9% du taux de croissance au niveau mondial en 2021 d’après les prévisions du FMI, le président du Groupe Afrique II de la Banque Mondiale a indiqué que la pandémie a fortement fragilisé la dynamique de rattrapage des pays pauvres par rapport aux pays riches, avec des effets négatifs considérables sur les emplois et les revenus dont les pertes ne seront pas compensées d’ici à 2022. Il en a profité pour lancer un appel aux pays à payer leurs contributions statutaires tout en insistant sur la nécessité pour les Institutions de BrettonWoods, d’accompagner les pays africains dans la transition énergétique, en cohérence avec l’accord de Paris sur le climat.

Source: CamerounEmergent N°004