0

Blanchiment d’argent : Afriland First Bank encore sur la sellette

Tue, 23 Mar 2021 Source: 237online.com

Dans une enquête diffusée le 14 mars 2021 dans le cadre de son émission dominicale « Mise au point », la Radiotélévision suisse (Rts), est non seulement revenue sur les frasques d’Afriland First Bank dans le cadre de l’affaire Dan Gertler en République démocratique du Congo, mais la chaine de télévision helvétique a retracé la relation incestueuse qu’entretiendrait la banque de Paul Fokam Kammogne avec une institution bancaire neuchâteloise en Suisse. Dans les méandres de l’un des plus grotesques scandales financiers de l’Afrique subsaharienne.

Votre Journal (la Nouvelle) en avait fait tout un dossier après la publication le 2 juillet 2020, du rapport de l’ong Global Whitness, intitulé « des sanctions mine de rien.» Aujourd’hui encore, ce sont nos confrères de la chaine Rts en Suisse qui sont montés au créneau pour dénoncer l’implication de cette banque dans des transactions financières frauduleuses avec une institution bancaire helvétique, située à Neuchâtel, à la suite d’une dénonciation faite par un lanceur d’alerte, Navy Malela, ex-pensionnaire d’Afriland First Bank au Congo. Dénonciations qui vont contraindre cet informaticien à fuir sa Rdc natale pour se réfugier en Europe. Tout remonte en effet en 2018 lorsque Navy Malela, installé dans son bureau comme à l’accoutumée, voit passer dans le couloir une certain Dan Gertler, l’une des plus grosses fortunes mondiales. Connaissant son passé sulfureux dans l’exploitation des mines au Congo, Navy Malela va tout de suite interpeller son collègue pour lui demander s’il connaissait leur nouveau client. Ce dernier va lui répondre par la négative. Et de lui rétorquer : « Par Boris Armelle Mbock si ce monsieur commence à venir dans notre banque, on aura de sérieux problèmes. »

Il avait d’ailleurs vu juste, puisque quelques temps après, Navy Malela va constater que des millions de dollars sont déposés sur les comptes des proches de Dan Gertler, sanctionné depuis le 2 décembre 2017 par le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (ofac) du département du trésor américain, en vertu du décret présidentiel 13818 reposant sur le Human Rights Accountability Act (loi sur la responsabilité concernant les droits humains), mieux connu sous le nom de loi Global Magnitsky. Et pour contourner ces sanctions, les dollars déposés (plus de 6 millions), sont convertis en euros, puis réexpédiés à l’étranger. Navy Malela va alors tenter d’alerter la direction sur ces malversations financières. Mais rien ne se passe, personne n’y prête d’ailleurs une attention particulière. C’est ainsi qu’il va se résoudre à agir. Dans un premier temps, il va à nouveau se rapprocher de la direction en envoyant ces informations au vice-président du groupe. Celui-ci va le rassurer en lui promettant faire une descente dans les jours qui allaient suivre.

Toujours rien jusqu’à son départ de la RDC. Il va donc décider de divulguer les informations en sa possession. Résultat des courses : la filiale Afriland First Bank en Rdc est mouillée jusqu’au cou dans l’un des plus gros scandales financiers de l’Afrique subsaharienne. Une fuite de capitaux de grande ampleur qui va faire des vagues jusqu’en Suisse, car, comme nous l’apprennent nos sources, le siège de la holding d’Afriland First Bank Rdc n’est pas à Kinshasa, mais à Neuchâtel en Suisse. Seulement, après les investigations faites par nos confrères de la Rts, l’on va se rendre compte qu’il n’existe aucune trace physique d’Afriland First Bank à Neuchâtel. Si leur adresse est logée au sein de cette banque, elle leur permet tout simplement d’acheminer le courrier, le reste du boulot étant fait ailleurs. Probablement pour brouiller les pistes.

Révélations

C’est certainement ce qui a fait dire à bon nombre d’observateurs que dans l’affaire dite Dan Gertler, Afriland First Bank en Rdc, filiale ouverte en 2006 est l’exemple le plus criard des faiblesses dans la réglementation bancaire. Car pour eux, la haute hiérarchie d’Afriland Rdc était non seulement au courant du dispositif mis en œuvre par le réseau de mandataires de Gertler, bien plus, elle a semblé avoir activement contribué à le mettre en place. Sinon comment comprendre qu’après toutes les révélations faites par Navy Malela auprès de la direction, que le groupe conduit par Paul Fokam Kammogne soit resté muet comme une carpe face aux malversations financières d’un homme qui était déjà sur le coup de sanctions américaines.

Source: 237online.com

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.