0

Cameroun - Partenariat public-privé : la leçon magistrale du Dg de la CNPS

Mekulu Mvondo CNPS Passeport Camerounweb Il est apparu que le Cameroun est pre?t a? s’inse?rer dans la Zlecaf

Mon, 20 Sep 2021 Source: Le Messager

Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, patron de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) a fait partie du panel chargé de disserter, jeudi 16 septembre 2021, autour du partenariat secteurs public-privé pour en faire un atout pour le développement des Etats, lors de l’acte II du Pro meet up and learn.

Au deuxième jour du Pro meet up and learn, acte II, ouvert mercredi 15 septembre 2021, dans les installations de Best Western hôtel de Douala, il a été abondamment question de la problématique de financements des organisations. Le deuxième panel du jour, en charge de disserter du partenariat secteurs public-privé (Ppp) comme atout de développement des Etats, était constitué de sommités d’ici et d’ailleurs.

Gregor Binkert, ancien directeur régions de la Banque mondiale au Cameroun, de Onana Ndoh, secrétaire général de Port synthèse, représentant du Directeur général du port autonome de Douala (Pad), Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, Directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps). Singulièrement, le patron de la Cnps a eu la responsabilité de disséquer la notion de «Cohérence africaine» en rapport avec le Ppp dans la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Dans cet exercice, ce haut commis de l’Etat, qui dirige l’un des plus beaux fleurons de l’administration parapublique du Cameroun, a été plus que convaincant. Mekulu Mvondo estime que selon le législateur, dans sa sagesse infinie et d’après son esprit «le Ppp vise trois objectifs».

Primo, partager les risques entre le public et le privé pour des investissements complexes avec un outil juridique ces entités en sécurité.

Secundo, l’échappement budgétaire qui consiste à ne pas inscrire dans le budget de l’Etat, des dépenses faramineuses à l’instar des projets structurants.

Tertio, réaliser des infrastructures lourdes et complexes exigeant de grosses capacités financières et techniques.

Cohérence africaine

Au sujet de la «cohérence africaine», concept globalisant, dira Noël Alain olivier Mekulu Mvondo Akame, doit être intégrée dans «les politiques publiques qui ne doivent plus se limiter à la programmation des investissements dans le cadre de la mise sur pied des infrastructures».

A cet effet, il faut y associer des éléments fus- sent-ils agrégés, permettant de «potentialiser ces investissements de manière à leur conférer une valeur optimale». Selon l’un des orateurs du jour, la cohérence africaine, concept synergique et potentialisant doit permettre à «l’Afrique d’inventer son progrès et son futur» car, cette Afrique là, dispose de son environnement, d’une volonté et ses moyens. «La pensée devrait procéder d’une réflexion autonome et endogène permettant d’adresser les problèmes du Continent».

A la question de comment faire pour que le Ppp diminue le coût et rapporte plus, le Dg de la Cnps, droit dans ses bottes, théorise sur «le double échappe- ment budgétaire, la construction d’une expertise nationale technologique ou technique, être en cohérence avec le plan national de développement et enfin utiliser le Ppp dans le cadre des investissements qui peuvent s’auto-rentabiliser ».

Au finish, à la suite de la tempête d’idées au Pro meet up and learn, il est apparu que le Cameroun est prêt à s’insérer dans la Zlecaf. La deuxième édition de ce grand forum de business a pour ainsi dire, permis de franchir un nouveau palier.

Toutes choses qui ont fait dire au ministre des Pme, de l’économie sociale et l’artisanat, Achille Bassilekin, à la clôture de cette autre édition qu’ «il vaut mieux allumer les lanternes que de réveiller les ténèbres» citant une vérité proverbiale africaine. Comme pour dire que l’initiative de Carole Mbessa Elongo, acte II, a tenu la promesse des fleurs. Rendez-vous a été pris pour le Pro meet up and learn 2022.

Source: Le Messager