0

Cameroun : après Douala, le port de Kribi secoué par une grave crise

Tue, 8 Sep 2020 Source: ecomatin.net

Terminal polyvalent de Kribi : KPMO refuse toute collaboration transitoire avec son successeur Dans une lettre d'information du 31 août 2020, le Directeur général du Port Autonome de Kribi sollicite des 9 entreprises camerounaises, une collaboration transitoire entre les deux entités rivales sur toutes les opérations qui se dérouleront sur le Terminal polyvalent du Port de Kribi. A la sollicitation de Patrice Melom, KPMO affiche un refus catégorique.

il y a 4 heures

74

une vue partielle du Port de Kribi

Le feuilleton sur la gestion du Terminal polyvalent du Port autonome de Kribi (PAK) vient de connaître un nouvel épisode. Après le rejet par le consortium KPMO (Kribi port Multipurpose operators) de l’adjudication d’exploitation du Tpk par le philippin KMT, le Directeur général du Port autonome de Kribi poursuit le processus de mise en service de cet important outil portuaire. Patrice Melom a en effet adressé une correspondance à Alain Claude Atangana Zang, le Directeur général de KPMO. Correspondance avec inscrit en objet «lettre d’information relative à la prise de service de Kribi Multipurpose Terminal (KMT). «En prélude à la prise en main de la gestion des opérations du Terminal polyvalent (Tpol) par le nouveau concessionnaire Kribi Multipurpose Terminal (KMT), il est important que la relation soit faite dans une ambiance conviviale», mentionne la correspondance signée le 31 août 2020.

La signature du contrat de concession entre le groupe philippin KMT, filiale d’ICTSI inc., et le Port Autonome de Kribi (PAK) est intervenue le 27 juillet 2020. Cet accord ouvre la voie au développement, à l’exploitation et la maintenance du Terminal polyvalent du Port Autonome de Kribi par KMT, pour une durée de 25 ans, moyennant un droit d’entrée de 50.000.000 d’euros de droit d’entrée. Soit 32,5 milliards de F CFA.

Pour l’opérationnalisation concrète du cahier de charges de KMT, le Directeur général du Port Autonome de Kribi sollicite du consortium KPMO une collaboration avec le partenaire philippin. «Pour se faire, j’ai l’honneur de vous faire part qu’à compter de la date du 7 septembre 2020, nous souhaiterions que les équipes de KMT travaillent conjointement avec les vôtres sur toutes les opérations qui se dérouleront sur le Tpol sans interférence sur vos activités…..Je saurais gré des dispositions que vous voudrez bien prendre afin de les accueillir dans le cadre de ce plan de déploiement préliminaire», mentionne la lettre d’information de Patrice Melom.

En d’autres termes, le consortium KPMO constitué de 9 entreprises spécialisées dans la logistique portuaire (Transimex, Apm, Groupe 2M, 3T, Camtransit, Copem, Star, Global Outsourcing, Gos) doit procéder à la formation transitoire des équipes de KMT. Un transfert d’expertise et de techniques. KPMO a en effet obtenu la gestion en régie du TPK pendant 2 ans. Gallus Fouda Fouda, membre du conseil d’administration de KPMO fait état «d’un bilan largement positif». «Kpmo c’est 70% de volumes des marchandises traitées sur le Terminal conventionnel de Douala et aujourd’hui, 100% sur le terminal conventionnel de Kribi, 1800 m3 de marchandises traitées par jour. Kpmo est l’unique acconier sur le terminal polyvalent du port en eau profonde de Kribi. Le groupe s’occupe intégralement de la manutention bord et de la manutention terre de tous les navires qui accostent sur le terminal en import comme export». Nanti de cette expertise, et en désaccord avec l’attribution de la concession à KMT, le consortium camerounais rejette purement et simplement la sollicitation du Directeur général du PAK: «nous ne pouvons pas accepter de former les philippins alors que nous avons prouvé nos capacités à exploiter efficacement le Tpol. C’est une injustice», s’écrie Gallus Fouda Fouda. KPMO s’inscrit ainsi en faux contre cette sollicitation du Directeur général du contrat.

Les termes du contrat de concession prévoient à charge pour le concessionnaire KMT, «une obligation de résultat et non par une simple obligation de diligence ou de moyens». Cette obligation est formulée en termes de productivité, d’indicateurs de performance, de volumes de trafic, de cadence de manutention, de taux d’occupation, la prise en charge de dépenses d’intérêt public par des tiers, le transfert de risques économiques, financiers et d’exploitation du concédant au concessionnaire, la gestion industrielle et commerciale des ouvrages et outillages mis en concession, et l’atteinte de certaines performances.

Le terminal polyvalent du Port Autonome de Kribi dispose d’une superficie totale de 10 hectares, un entrepôt de 4000 m2, un quai de plus de 350 mètres d’une profondeur de 16 mètres. D’une capacité de 1,2 millions de tonnes en phase 1, et 4 à 5 millions de tonnes en phase 2, le port autonome de Kribi peut accueillir des navires des navires d’une capacité de plus de 11.000 Evp, une ligne d’accostage dotées de deux grues mobiles, et des équipements de parc etc… Au moment où le consortium camerounais marque son opposition dans l’accompagnement de KMT, Kpmo envisage obtenir l’exploitation et le développement du Terminal minéralier du Port de Kribi. Un investissement de 2807 millions de dollars, soit 1568 milliards de FCFA.

Source: ecomatin.net

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.