0

Cameroun : au bord du gouffre , les entreprises menacent…

Wed, 10 Nov 2021 Source: www.camerounweb.com

• La GICAM a tenu une importante réunion ce mardi

• Les entreprises s’inquiètent du renchérissement exponentiel des coûts d’approvisionnement des matières premières

• L’explosion du fret maritime avec des augmentations variant entre 20 et 400 % est aussi évoquée



Ça gronde dans le monde des affaires au Cameroun. Les jours à venir risquent d’être sombres pour le pays sur le plan économique. Pour cause, les Entreprises disent ne plus être en mesure de supporter la flambée des prix à l’importation.

Les prochains mois seront déterminants pour l’économie camerounaise dont les affres de la conjoncture difficile à l’échelle internationale font planer un sérieux doute sur la compétitivité, voire la survie de l’outil de production. Le Groupement inter patronal du Cameroun (GICAM) dans une alerte le 9 novembre 2021 intégrant l’impact négatif de la crise sanitaire liée au coronavirus, s’inquiète notamment du renchérissement exponentiel des coûts d’approvisionnement des matières premières et de l’explosion du fret maritime avec des augmentations variant entre 20 et 400 %.

Cet important regroupement dans la sphère économique du pays assure que si les entreprises « ne sont plus en mesure de s’ajuster, elles envisageront purement et simplement l’arrêt des activités d’importation et de production au 1er janvier 2022 »

Compte tenu de cette situation qui pourrait exploser si les autorités ne parvenaient pas à prendre des mesures efficaces pour inverser la tendance inflationniste actuelle, « le risque de défaut d’approvisionnement des marchés deviendra réel, avec corollaire majeur un risque de crise alimentaire et des conséquences sociales inévitables que personne ne souhaite ». Dès lors que les entreprises ne pourront plus s’ajuster, prévient le patronat, « elles envisagent purement et simplement l’arrêt des activités d’importation et de production au 1er janvier 2022 ». Une telle issue provoquerait de lourdes conséquences sociales, alors que le GICAM déplore déjà plus de 14 000 Petites et moyennes entreprises (PME) tombées en faillite et plus de 80 000 emplois supprimés depuis l’irruption du Covid-19.

« Nous continuons de demander la tenue en urgence d’une véritable concertation entre le Gouvernement et le secteur privé qui garantirait les chances de convenir des mesures adaptées pour se sortir des difficultés actuelles.Il est patent que dès lors que les Entreprises ne sont plus en mesure de s’ajuster, elles envisageront purement et simplement l’arrêt des activités d’importation et de production au 1er janvier 2022Dès cet instant, le risque de défaut d’approvisionnement des marchés deviendra réel avec comme corollaire majeur un risque de crise alimentaire et des conséquences sociales inévitables que nul ne souhaite », conclu le communiqué signé du président du GICAM, Célestin Tawamba

Source: www.camerounweb.com