0

Cameroun : l’Unesco va accompagner 160 jeunes porteurs de projets d’entreprises sociales

Unesco Camer Mitchell Un réseau de 1800 jeunes pour consolider la paix

Thu, 19 Aug 2021 Source: www.camerounweb.com

La journée mondiale de l’aide humanitaire qui se célèbre ce jour.

L’Unesco a interpellé la presse de mettre l’accent sur les sujets liés à l’humanitaire.

L’Unesco veut mettre sur pied un réseau de 1800 jeunes pour consolider la paix.

La journée mondiale de l’aide humanitaire qui se célèbre ce jour. En préparation à cette journée, l’Unesco a organisé des assises avec la presse. L’opportunité a été saisie pour revenir sur les projets qui tiennent à cœur à cette organisation onusienne. « Les jeunes, tisserands de la paix dans les régions transfrontalières du Gabon, Cameroun et du Tchad ». Cette initiative entend mettre en place un réseau de 1800 jeunes qui vont être déployés pour consolider la paix dans les trois pays suscités et lutter contre les trafics illicites. Aussi, l’Unesco envisage, par le même prétexte, accompagner 160 jeunes porteurs de projets d’entreprises sociales. En outre, il s’agira pour cette organisation onusienne, non seulement de contribuer à l’autonomisation économique des jeunes, mais aussi à l’implication de la société civile, en général, et les jeunes en particulier dans le mécanisme d’alerte rapide de l’Afrique centrale (Marac) de la Ceeac.

Interpeller la presse

Par la même occasion, la presse a été entretenue hier sur les questions liées à la migration irrégulière et le secteur humanitaire. «Nous demandons aux journalistes de traiter, s’il le faut, majoritairement les sujets qui ont trait à l’humanitaire », a interpellé, le coordonnateur de l’information et la communication du bureau régional de l’Unesco pour l’Afrique centrale. Pour servir d’exemple, la mort survenue dans le désert d’une jeune dame, habitante de la ville de Douala, il y a quelques semaines a été invoquée.

On se souvient d’une vidéo montrant une Camerounaise dans le désert, agonisante, qui a circulé sur les réseaux sociaux à partir du 1er août où elle a été vue des centaines de milliers de fois. La dame de 37 ans est ensuite décédée. Elle avait quitté Douala le 20 juillet avec d’autres personnes, à la recherche d’une vie meilleure. Son cas a relancé le débat sur les dangers de l’immigration clandestine au Cameroun.

Source: www.camerounweb.com