0

Cameroun : le temps des inaugurations

Mon, 21 Dec 2020 Source: abkradio.com

Soyons positifs. Quiconque débarque au Cameroun constate ce que les autorités ont fait de l’argent emprunté. Du moins, pour ce qui concerne les secteurs des travaux publics, de l’eau et de l’énergie, des PME, des transports… En programmant pour ce 18 Décembre 2020 la cérémonie d’inauguration du pont de 400 mètres sur le fleuve Sanaga à Natchigal, de la route Batchenga-Ntui ( 21,312 km ), ainsi que de plusieurs autres infrastructures sociales et économiques construites dans le cadre de la réalisation des travaux financés conjointement par l’Etat du Cameroun et l’Agence française de développement, Paul Biya vient de rendre un fier service aux Camerounais. Il va les obliger à penser désormais qu’on peut complètement achever un projet au Cameroun et à questionner le rôle de certains membres du gouvernement. Précisons que ces infrastructures sont inaugurées ce 18 décembre 2020 par Emmanuel Nganou Djoumessi, ministre des travaux publics accompagné de certains membres du gouvernement.

Rappelons également que la route Batchenga-Ntui, y compris le pont sur le fleuve Sanaga à Natchigal s’inscrit dans le vaste programme en cours d’aménagement du corridor Batchenga-Ntui-Yoko- Lena-Tibati (380,1km) conjointement financé par l’Etat du Cameroun, la banque africaine de développement, la banque de développement des États de l’Afrique Centrale, l’Agence française de développement, l’Agence Japonaise de coopération internationale et la banque islamique de développement.

Selon des sources concordantes , l’inauguration des infrastructures gérées par le ministère des travaux publics , doit se poursuivre en s’intensifiant. De quoi procurer le bien être aux Camerounais. Notons que ceci se passe dans un contexte délicat pour l’économie mondiale. En clair, en cette ère de Covid 19, les vents tournent dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. La planète entière est touchée, le Cameroun n’est pas épargné par la bourrasque qui a des répercutions néfastes sur son économie. Face à cet engrenage négatif, le choix est simple: soit on s’accroche, soit on coule.

Paul Biya a fait le choix de la vie, via une stratégie qui repose sur la construction des infrastructures. Certaines autoroutes vont être inaugurées dans les prochains jours. Normal. Car, il revient à l’Etat de développer le pays.

L’article 55 de la constitution dispose que »l’Etat veille au développement harmonieux de toutes les collectivités territoriales décentralisées sur la base de la solidarité nationale, des potentialités régionales et l’équilibre inter- régional ». C’est dans cette même veine que le second pont sur le Wouri a récemment été réceptionné, ainsi que plusieurs axes routiers sur l’ensemble du territoire national. Tout cela est à mettre à l’actif de Paul Biya, un Président à la carrière dense et aux états

de service immense.

L’évolution spectaculaire observée dans le secteur des travaux publics ces derniers mois est véritablement à saluer. Pourquoi nous devons saluer cette différence ? D’abord parce que quand on observe la structure budgétaire du Cameroun, on se rend compte que les dépenses ont explosé à cause du financement de la guerre dans les régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest, de la lutte antiterroriste dans la région de l’Extrême-Nord, des éléphants blancs pharaoniques de la Can, du remboursement de la dette … Alors que dans le même temps, les recettes ont drastiquement baissé.

Ensuite parce que ce gouvernement est constitué des incompétents dont le bilan est proche de l’ encéphalogramme plat. Ce qui n’honore pas l’image du Chef de l’Etat , Paul Biya. Tous les ministres doivent se mettre résolument au travail pour faire la fierté de ce septennat des grandes opportunités. C’est le prix à payer pour entrer dans l’histoire.

Source: abkradio.com

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.