0

Cameroun: un fonds de 8,6 milliards pour booster le secteur agricole

Gabriel Mbairobe Agriculture Gabriel Mbairobe

Tue, 20 Sep 2022 Source: EcoMatin

Appuyé par la BAD, ce fonds va servir à financer les chaînes de valeur agricole par le truchement des microfinances.

Réunis dans la ville de Yaoundé au Cameroun le 16 septembre dernier, le ministre camerounais de l’Agriculture et du Développement rural Gabriel Mbairobe et le Directeur général de la Banque commerciale du Cameroun, Léandre Djummo, ont signé, le 16 septembre 2022, à Yaoundé, une convention portant création d’un Fonds de développement du secteur agricole. Cet accord intervient dans le cadre de la mise en œuvre du projet de développement des chaînes de valeurs agricoles. Dans le détail, le Fonds fournira des ressources aux établissements de microfinance au Cameroun, afin qu’elles accordent, avec une certaine flexibilité, des crédits à moyen terme allant de 2 à 4 ans aux différents acteurs des chaînes de valeurs agricoles.

Ainsi, le Cameroun , sous couvert de la BAD , va doter le Fonds d’un montant de 13,12 millions d’euros, soit un peu plus de 8,6 milliards de F, en plus de la garantie partielle de crédit de 4,58 millions d’euros, soit près de 3 milliards de F pour le partage des risques avec les banques commerciales. Commercial Bank (CBC) mettra des ressources à la disposition des établissements de micro finance, plus proches du terrain et, par conséquent, des organisations de producteurs, des petites et moyennes entreprises de jeunes engagés dans l’agriculture commerciale…

Dans le cadre de ce programme, les institutions de microfinance peuvent approcher la Banque commerciale du Cameroun avec une demande de refinancement, qui sera accordée à un taux d’intérêt très concessionnel de 3 %. À son tour, l’institution de microfinance accorde des prêts à ses clients, généralement des coopératives et des petites entreprises agricoles, et autres, puisant 30 % de ses propres ressources pour ce faire. Le Fonds de développement du secteur agricole contribuera à hauteur de 60 % du prêt, ce qui suppose une contrepartie financière de 10 %.

Source: EcoMatin