1

Comment Paul Motazé veut sécuriser les recettes de l’Etat

MOTAZE PLAINTE Louis Paul Motazé

Sat, 9 Apr 2022 Source: Cameroon Tribune, vendredi 8 avril 2022

Le ministre camerounais en charge des Finances a trouvé une solution pour la sécurisation des recettes de l’Etat. Il s’agit de la création d’un guichet unique des opérations extérieurs. Le quotidien Cameroon Tribune en parle dans sa parution du vendredi 8 avril dernier.

---

Le ministre des Finances, Louis Paul Motaze a signé hier un protocole d’accord y relatif à Yaoundé avec le guichet unique des opérations du commerce extérieur.

Louis Paul Motaze, ministre de Finances (Minfi) a présidé hier à Yaoundé, la cérémonie de signature du protocole d’accord relatif aux paiements des impôts, droits, taxes, redevances et divers frais liquidés par les administrations d’assiettes, notamment les directions générales des Impôts et des douanes, à travers la plateforme digitale du guichet unique des opérations du commerce extérieur (e-Guce).

En plus du guichet unique des opérations du commerce extérieur (Guce), environ 20 autres établissements bancaires sont concernés. Cette convention a pour objectif de fixer les droits et obligations des parties dans le cadre du paiement par les canaux digitaux et les opérations aux guichets des banques concernant les droits et taxes susmentionnés.

Le Minfi a rappelé qu’« en termes de performances, les montants collectés à travers ce dispositif se sont considérablement accrus, passant d’environ 123 milliards de F au titre de l’exercice 2012, à plus de 800 milliards de F en 2021. » Aussi a-t-il indiqué que les résultats engrangés par la mise en place de ce dispositif sont à l’évidence élogieux. Ils entrent en droite ligne de la préoc cupation du gouvernement visant à sécuriser davantage le circuit de perception des recettes publiques. A travers cette convention, les établissements de crédit concernés s’engagent à assurer l’encaissement pour le compte du trésor public.

Concrètement, selon le directeur général du Guce, Isidore Biyiha, c’est « un protocole qui intègre de nouveaux acteurs et qui consacre le travail effectué avec ces acteurs. «Le précédant protocole date de plus de 10 ans et il était important de le réviser », a-t-il affirmé.

Selon lui, au cours des années, cette solution a connu des améliorations fonctionnelles et techniques appréciables. Par exemple, l’extension du champ d’application du protocole aux opérations, la mise en œuvre du module de quittancement automatique dans le système douanier, les expérimentations du paiement, etc.

Source: Cameroon Tribune, vendredi 8 avril 2022