1

Conflit russo-ukrainien : voici comment le Cameroun s’approvisionne en produits pétroliers

Raffinage, Raffinerie Du Pétrole Un mécanisme d’approvisionnement pérenne du pays, en produits pétroliers

Fri, 12 Aug 2022 Source: Le Messager N° 6073

Gaston Eloundou Essomba « Un mécanisme d’approvisionnement pérenne du pays, en produits pétroliers »

Ministre de l’Eau et de l’énergie, il fait le point des actions menées par l’Etat pour mitiger les impacts sur le quotidien des camerounais, des fortes poussées inflationnistes des prix internationaux des produits pétroliers depuis le déclenchement du conflit russo-ukrainien.

S’agissant du contexte mondial du marché des produits pétroliers

Nous assistons depuis le 24 février 2022, avec le déclenchement de la crise russo-ukrainienne, à une forte tension des prix, principalement liée à l’embargo international sur les produits d'origine russe. Avec la reprise de l’économie mondiale, consécutive à la levée progressive des restrictions liées à la Covid 19, les cours du Brent connaissaient déjà une croissance considérable, atteignant les 80 USD/baril en janvier 2022. Mais cette tendance haussière s’est particulièrement accentuée et de manière inquiétante, avec le déclenchement de la guerre entre l’Ukraine et la Russie. Il convient de relever à cet égard qu’avant la crise, sur une production mondiale estimée à environ 80 millions de baril par jour, la contribution de la Russie, troisième producteur mondial après les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite, était de 7%. L’embargo sur les produits pétroliers russes a entraîné une réduction de la disponibilité et une flambée des prix desdits produits sur le marché international, en particulier sur le marché de l’Afrique de l’Ouest. En effet, les produits pétroliers à destination de l’Afrique, notamment Lomé, considéré comme le hub de l’Afrique de l’Ouest, sont majoritairement acquis sur le marché Fob Med Italy dont les produits sont à prédominance russe. Il convient de faire observer à cet égard que le plus gros des volumes à destination du Cameroun provenaient dudit marché. Depuis le déclenchement de la crise russo-ukrainienne, le baril de pétrole brut a connu une tendance particulièrement haussière, passant de 80 dollars US en janvier pour atteindre les 129 dollars US en mars 2022, chiffre qui, historiquement, n’a été atteint que lors de la crise pétrolière de 2011. Les cotations des produits finis qui sont indexées sur le cours du Brent ont, elles aussi, connu une ascension sans précédent atteignant les 1 295 Usd/TM pour le gasoil et 1 219 USD/TM pour le super au cours de la même période. Cette situation d’embargo qui a eu pour conséquence une baisse de la production des raffineries, s’est logiquement traduite par un déséquilibre entre l’offre et la demande du marché des produits pétroliers. Par ailleurs, les pays européens, fortement diéselisés, ont décidé de constituer d’importantes réserves de gasoil ; ce qui a entraîné la rareté dudit produit sur le marché international. Cette situation de rareté, couplée à une demande sans cesse croissante, a eu pour conséquence une explosion des prix des produits pétroliers sur le marché international. En outre, les banques étrangères qui procèdent habituellement à la confirmation des Lettres de Crédit des importations à destination des pays africains ne couvrent plus les produits en provenance de la Russie depuis la survenue de la crise. C’est dans ce contexte de flambée des prix des produits pétroliers et de rareté de gasoil que se poursuit actuellement l’approvisionnement de notre pays en produits finis.

Les actions mises en œuvre par le Gouvernement

Comment continuer à garantir l’approvisionnement du pays en produits pétroliers malgré le marché mondial ? D’entrée de jeu, c’est le lieu de rappeler que les besoins annuels de notre pays en produits pétroliers sont estimés à 2.000.000 m3, tous produits confondus, soit une moyenne de 6 millions de litres par jour. Ces besoins étaient couverts à 80% par la Sonara et le reste, soit 20%, par les marketers. Au lendemain de l’incendie survenu le 31 mai 2019 à la Sonara, l’approvisionnement du pays en produits pétroliers reposait exclusivement sur les importations ; pour ce faire, il était loisible à chaque importateur, y compris la Sonara, de faire recours aux Traders de son choix ; ce qui a entraîné la surenchère quant aux primes proposées, lesquelles culminaient à 179 dollars par TM pour le gasoil et le super, avec un impact important sur la subvention à payer par l’Etat auxdits importateurs. En outre, l’approvisionnement régulier du pays en produits pétroliers n’était pas totalement garanti. C’est pourquoi le Gouvernement, sur Très hautes instructions de monsieur le président de la République, Chef de l’Etat, a mis en place un mécanisme d’approvisionnement pérenne du pays en produits pétroliers. C’est ce mécanisme transparent de sélection des Traders de renommée internationale qui permet de garantir l’approvisionnement de notre pays en produits pétroliers jusqu’à ce jour, avec des niveaux de primes les plus compétitifs, étant entendu que le prix du produit vendu sur notre territoire est la somme des cotations internationales et de la prime des Traders. Ce mécanisme a également eu pour avantage de bénéficier des économies d’échelle sur les coûts récurrents tels que le fret. Cependant, depuis le déclenchement, le 24 février 2022, de la guerre entre l’Ukraine et la Russie, les importations des produits pétroliers sont devenues plus onéreuses parce que les prix desdits produits se sont renchéris sur le marché international, surtout avec la fluctuation du taux de change du dollar. A titre d’illustration, sur la base des cotations internationales du mois de juillet publiées par la structure de renommée internationale Platt’s et du taux de change moyen sur la période entre le dollar et le franc Cfa à savoir 644,36 Fcfa pour 1 dollar, la cargaison de 10 000 m3 de super jusqu’au dédouanement est évaluée à 9,7 milliards de Fcfa et celle du gasoil à 11,2 milliards de Fcfa, contre 4,8 milliards de Fcfa pour le super et 4,9 milliards de Fcfa pour le gasoil au mois de janvier 2022.

Le défi de l’approvisionnement

C’est dire que les prix des produits pétroliers rendus au Cameroun ont plus que doublé entre janvier et juillet 2022, soit 100 % d’augmentation pour le super et 128 % d’augmentation pour le gasoil. Or, les prix appliqués à la pompe pour les consommateurs sont restés inchangés dans notre pays, soit 630 Fcfa/litre pour le super, 575 Fcfa/litre pour le gasoil et 350 Fcfa/litre pour le pétrole lampant ; contre des prix réels de : 1 268 Fcfa pour le super, 1 355 Fcfa pour le gasoil et 1 099 Fcfa pour le pétrole lampant au mois de juillet 2022. Sur cette base, pour chaque litre vendu à la pompe pour le mois de juillet, l’Etat a pris en charge, en termes de subvention : 638 Fcfa pour le super ; 780 Fcfa pour le gasoil ; 749 Fcfa pour le pétrole lampant. Soit donc une subvention totale pour le seul mois de juillet de 108 milliards de Fcfa, sur la base des mises à la consommation effective dudit mois. En d’autres termes, l’Etat a déboursé chaque jour au cours du mois de juillet, 3,48 milliard de Fcfa, au titre de la subvention des prix à la pompe. C’est le lieu de dire que le montant de la subvention pour le premier semestre de l’année en cours est de 317 milliards de Fcfa. Il convient de rappeler à cet égard que les prévisions budgétaires de l’exercice 2022 pour la couverture des subventions des produits pétroliers étaient de 120 milliards Fcfa ; après le collectif budgétaire, ce montant est passé à 480 milliards Fcfa, largement en-deçà des 780 milliards de Fcfa de subvention projetée pour toute l’année 2022. Il n’est pas inutile de relever que si la crise russo-ukrainienne persiste, ce montant pourrait être revu à la hausse. Il est important de faire observer que ce montant de 780 milliards de Fcfa représente jusqu’à 25% de nos recettes fiscales, 3% du Produit Intérieur Brut (Pib) et 55% du Budget d’Investissement public (Bip), soit plus de la moitié dudit Budget. Pour garantir la disponibilité de produits dans notre marché, cette subvention doit être payée chaque mois ; ce qui impose à l’Etat de mobiliser, en temps réel, ces importants montants dans un contexte de fortes tensions de trésorerie. En réalité, le principal défi de l’approvisionnement continue du marché aujourd’hui est donc le volume sans cesse croissant de la subvention des produits pétroliers dans un contexte de rareté des ressources » .

Source: Le Messager N° 6073