0

Exécution des projets: ces ministères qui font perdre plusieurs milliards de Fcfa à l’Etat

Wed, 22 Sep 2021 Source: Le Messager

Ils pourraient faire perdre plusieurs milliards de Fcfa à l’Etat si des changements ne sont observés dans les délais de réalisation des projets.

Telle une belle endormie qui attend son prince charmant, le Cameroun ne semble guère pressé de prendre son destin en main. Premier Pib de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), le pays ne profite pas de l’ascendant naturel que lui confèrent sa situation géographique et ses ressources humaines et naturelles pour occuper la place qui lui revient. Ses performances dans l’exécution des projets restent largement en dessous des attentes.

Malgré la disponibilité du financement, depuis 2011, 65 des 174 projets à financement extérieurs en cours d’exécution accusent un retard important et les délais d’achève- ment peuvent encore nécessiter trois fois plus de temps par rapport au chronogram- me initial.

Et le Cameroun devrait bénéficier, sous peu, d’un financement du groupe de la Banque mondiale d’un montant de 414,5 milliards de F pour quatre projets de développement en attente de signature des conventions y relatives.

Au premier rang des déçus, la Banque mondiale, qui n’a pas manqué de le faire savoir. Profitant de la revue du porte- feuille des projets de la Banque au Cameroun, le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale, Ousmane Diagana, a attiré l’attention du gouvernement sur le faible taux d’exécution des projets déjà financés.

Cette remarque n’est pas propre au portefeuille de la Banque mondiale. « Même si des changements sont observables, il faut aller plus vite, que la réalisation des projets tienne sur le délai de départ, que le rythme soit plus rapide et ainsi, l’impact sur les populations sera mieux apprécié », avait martelé Ousmane Diagana.

Selon le ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du ter- ritoire (Minepat), 174 projets à financement extérieurs sont en cours au Cameroun pour un coût total de 8174,67 milliards de FCFA. Sur les 174 projets identifiés, le niveau d’exécution de 65 est qualifié de « très préoccupant ».

Au Minepat, on explique qu’il s’agit de projets qui accusent un retard important et pour les- quels les délais d’exécution peuvent nécessité trois fois plus de temps que le chronogramme initial.

Quand on sait que les prêts (5415,5 milliards) constituent 77,7% des ressources mobilisées pour le financement de ces projets, on imagine un peu ce que le pays paye (en pure perte) comme intérêts pour des projets qui ne sont pas exécutés à temps et les populations qui ne peuvent bénéficier des effets socio-économiques induits.

Performance négatives

Tenez, les inondations dont souffrent les populations de la ville de Douala devaient être un lointain souvenir si le projet de drainage de la ville de Douala avait été exécuté dans les délais.

Après la signature de la convention de financement le 1er août 2012, le projet devait initiale- ment être achevé en octobre 2017. Cette échéance a été reportée au 31 décembre 2022. Mais à date, le projet n’est réalisé qu’à 58%.

Le projet de réduction des émissions dues à la déforestation, de la dégradation des forêts, la conservation, la gestion durable des forêts et l’augmentation des stocks de carbone (Redd+), dont le financement est disponible depuis mars 2011, et qui devait s’achever en décembre 2017 puis prolongé en décembre 2023 n’a même pas encore démarrer .

Le projet d’amélioration de la productivité agricole des petits exploitants en Afrique sub-saharienne, mis en œuvre au ministère de l’Agriculture et du développement rural (Minader) depuis juillet 2012 et qui était supposé être achevé en octobre 2019 puis prorogé en octobre 2021, n’est réalisé à ce jour qu’à 70%. Soit un taux de consommation des délais de plus de 120%.

Cette contre-performance est le fait d’une vingtaine de départements ministériels dont le Minee (13 pro- jets), le Minsanté (6), le Minhdu (6), le Minepat (6), le Minepded (4), le Minddevel (3), le Minfi (3), le Minader (3), le Minepia (3), le Minfof (2), le Minedub (2), le Minesec (2), le Minpostel (2), le Minpmeesa (1), le Mint (1), le Minefop (1) et le Minas (1).

Source: Le Messager