0
Business News Tue, 21 Jul 2020

Hôtellerie : timide reprise des activités au Cameroun

L’activité de ces établissements se traduit surtout par la location de leurs espaces pour des réunions et autres.

« Nous sommes le second secteur fortement touché par la pandémie de Covid-19 après l’aéronautique. Et même quand les frontières vont rouvrir, on n’est pas sûrs que l’activité va très vite redécoller. » Pour Diane Silue, Front Office Manager à l’hôtel Onomo à Bonanjo, la reprise des activités dans le secteur hôtelier se fait très timidement en ce mois de juillet 2020. Un avis partagé par Gabriel Mbasse, Head of Sales & Marketing de l’hôtel Akwa Palace, qui estime même que : « On ne peut pas encore tout à fait parler de reprise. C’est en réalité quelques réunions avec des effectifs limités pour respecter les mesures de distanciation. Des réunions de 15, 25, 30 personnes qui s’organisent. »

Les réunions. C’est en effet la principale activité que l’on peut observer dans les établissements hôteliers ouverts de Douala. « Nos salles sont très sollicitées et depuis qu’on a rouvert le 17 mai dernier, elles sont occupées toutes les semaines. Les salles sont vraiment demandées pour le télétravail, les visioconférences et la distanciation est respectée. Ça veut dire que pour une réunion où on pouvait utiliser une salle, parfois les demandeurs sont obligés de prendre les trois salles que nous avons », explique Diane Silue.

L’hôtel Onomo comme Akwa Palace font notamment partie des établissements de la cité économique qui avaient été réquisitionnés en mars dernier par l’Etat camerounais pour accueillir les derniers voyageurs en provenance de l’Europe, alors zone à haut risque, avant la fermeture des frontières. Et comme le reste du secteur hôtelier, ils ont reçu de plein fouet l’impact négatif de la crise sanitaire. Si le premier, un 3 étoiles, avait momentanément fermé, le 4 étoiles situé au boulevard de la Liberté est lui resté ouvert et s’est réinventé.

« Notre clientèle est à 90% internationale. Alors, on a dû un peu se réorienter sur la clientèle intérieure. On reçoit un peu plus de voyageurs internes qui viennent, quand ils sont de passage à Douala pour leurs opérations. De plus, on a dû s’adapter du point de vue financier avec des conditions de vente beaucoup plus flexibles, donc des tarifs ajustés, revus à la baisse », précise Gabriel Mbasse.

Source: dailynewscameroon.com

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter