1

Hysacam : les 7 milliards qui ont désamorcé la bombe

Mon, 1 Nov 2021 Source: Info Matin

C’est le montant versé par le ministère des Finances à cette société de ramassage d’ordures ménagères, pour résoudre le problème des salaires impayés des employés.

Plus d’une semaine après l’entrée en grève des employés de la société Hygiène et salubrité du Cameroun (Hysacam), grève qui a plongé les villes de Yaoundé et Douala dans une nouvelle crise d’ordures, la situation se dénoue finalement. Car le ministère des Finances (Minfi) aurait débloqué 7 milliards de Fcfa en faveur de la société.

La somme en question représente une partie de la dette de l’État du Cameroun à l’égard d’Hysacam. Une dette qui est évaluée à plus de 10 milliards de Fcfa. L’on peut donc dire que ce geste du Minfi a calmé l’ardeur des grévistes qui réclament trois mois d’arriérés de salaires, et ont timidement repris le service le samedi 30 octobre 2021 dans certains quartier de la ville de Yaoundé, notamment Efoulan, Ekounou. Le gouvernement qui attend la Coupe d’Afrique des nations (Can) dès janvier prochain a tôt fait de régler une partie de ses créances vis-à-vis de cet opérateur. Dans une correspondance datée du 1er octobre, le Pdg de la société, Michel Ngapanoun, faisait savoir à son personnel qu’il avait entrepris des démarches auprès des « plus hautes administrations concernées » en vue du recouvrement des créances sus-évoquées, accumulées « à un niveau intenable », afin de régler les trois mois de salaires impayés à l’origine de ce nouveau débrayage.

Il convient de noter que cette situation découle à en croire la société, des tensions de trésorerie, résultant de l’insolvabilité de l’État, qui ne paye pas ses dettes. « Cette situation est due à l’accumulation à un niveau intenable des créances sur l’État du Cameroun et sur les collectivités territoriales décentralisées, qui représentent plus de huit mois de prestations non payées », indique le président directeur général d’Hysacam, Michel Ngapanoun, dans une note d’information à l’adresse du réseau du personnel d’Hysacam, à propos des arriérés de salaire des mois d’août et de septembre. En effet, les prestations d’Hysacam n’ont pas été payées depuis huit mois sans discontinuer. Et sur l’ensemble des derniers exercices budgétaires, les impayés dus à cet opérateur par l’État (85% des factures) et les communautés urbaines (15%) cumulent à environ 12 milliards Fcfa. Pour sauver sa Can qui a lieu dans deux mois et quelques jours, l’État est obligé de délier les cordons de la bourse. Mais en raison des tensions de trésorerie auxquelles il fait luimême face, il ne pourra parer qu’au plus pressé, avec le risque que la crise reparte de plus belle après la compétition.

C’est la preuve, s’il en était encore besoin, que la crise des ordures au Cameroun est plus structurelle que conjoncturelle. Elle traduit non seulement un manque de vision de la part de l’État marqué par le refus de transférer cette compétence exclusivement aux collectivités territoriales décentralisées, mais aussi et surtout l’incapacité d’Hysacam qui fonctionne en situation de quasi-monopole depuis plusieurs décennies à développer une filière de valorisation des déchets.

Source: Info Matin