0

Inflation : cinq pays, cinq repas - faire face à une crise alimentaire

 126330131 A582a375 9154 4aea A1e6 B911f257d967 Partout dans le monde, la nourriture devient plus chère,

Thu, 18 Aug 2022 Source: www.bbc.com

Partout dans le monde, la nourriture devient plus chère, et parfois plus rare. Partout, les gens doivent s'adapter aux nouvelles circonstances, ce qui implique parfois de modifier leur alimentation.

Des courses nocturnes à Walmart aux États-Unis

Il est 4 heures du matin et l'air est déjà poisseux de la chaleur de l'été géorgien lorsque Donna Martin arrive au travail. Un autre jour signifie une autre bataille pour nourrir les enfants de son district scolaire.

Mme Martin est directrice du service alimentaire, responsable de 4 200 enfants, qui bénéficient tous d'un programme fédéral de repas scolaires gratuits.

"Nous avons deux épiceries dans toute notre communauté de 22 000 personnes", explique-t-elle. "C'est un véritable désert alimentaire".

Mais l'année dernière, elle a eu du mal à obtenir ce dont elle a besoin.

L'inflation annuelle des denrées alimentaires a atteint 10,9 % en juillet, soit le niveau le plus élevé depuis 1979. Avec la flambée des prix, certains des fournisseurs de Mme Martin ne sont plus intéressés par l'alimentation des écoles.

Ils me disent : "Vous êtes tellement difficiles, et les marges ne sont tout simplement pas là", dit-elle.

Aux États-Unis, le programme fédéral de repas scolaires est strictement réglementé. Cela signifie que des produits comme la chapelure d'un nugget de poulet doivent être complets et que les aliments doivent être pauvres en sucre et en sel. Mme Martin doit donc se procurer des types spécifiques de produits, des céréales aux bagels ou aux yaourts.

Elle sait que ses fournisseurs sont eux aussi en difficulté. En raison d'une pénurie chronique de main-d'œuvre, ils ne trouvent pas de chauffeurs et le prix du carburant a augmenté de 60 % depuis l'année dernière.

Lorsque les fournisseurs ne livrent pas, elle doit faire preuve d'ingéniosité. Récemment, elle n'a pas pu obtenir de beurre de cacahuètes, dont les enfants raffolent, et l'a remplacé par une sauce aux haricots.

"Je sais que les enfants ne l'aimeront pas autant, mais je dois leur donner quelque chose à manger", dit-elle.

Souvent, elle et son personnel doivent passer des matinées et des nuits tardives à dévaliser les rayons des magasins locaux tels que Walmart.

"Tous les jours pendant une semaine, nous avons dû acheter des yaourts pour toute la ville.

"Il y a beaucoup d'enfants très excités de retourner à l'école et je ne veux pas qu'ils disent : "Maman, on n'a pas eu nos smoothies aujourd'hui"."

Le jacquier à la rescousse au Sri Lanka

Dans ce qui était autrefois une rizière, juste à l'extérieur de Kandy, dans le centre du Sri Lanka, Anoma Kumari Paranathala cueille des haricots verts et de la menthe fraîche dans le feuillage touffu de son potager.

D'ici, il est difficile d'imaginer le chaos qui règne ailleurs dans le pays, alors que le gouvernement et l'économie s'effondrent.

Il y a des pénuries de tout - médicaments, carburant et nourriture. Même les gens qui ont un bon emploi ont du mal à acheter les produits de base.

"Maintenant, les gens sont inquiets pour leur avenir", dit Mme Paranathala. "Ils ont peur qu'il n'y ait rien à manger".

La terre appartient à sa famille, ils ont commencé à planter pendant la pandémie juste pour le plaisir, maintenant c'est une question de survie.

Mme Paranthala a appris seule à cultiver des légumes à partir de livres et de vidéos YouTube. Elle a maintenant des tomates, des épinards, des courges, des racines de taro et des patates douces dans son jardin.

Tout le monde n'a pas la chance d'avoir un grand lopin de terre, mais de nombreux Sri Lankais se tournent vers une autre source de nourriture - les jacquiers.

"Dans un jardin sur deux, il y a un jacquier", explique Mme Paranathala.

"Mais jusqu'à récemment, les gens ne faisaient pas attention aux jacquiers. Ils tombaient tout simplement des arbres et allaient à la poubelle."

Elle a commencé à préparer un curry crémeux à base de noix de coco avec le fruit, le substituant à des légumes qui seraient désormais chers à l'achat, ou à la viande. Le jacquier fait également son apparition dans le kottu, un plat sauté populaire vendu dans la rue. Et certaines personnes broient les graines pour en faire de la farine pour le pain, les gâteaux et les rotis.

Le jacquier est apparu il y a quelques années sur les menus des restaurants branchés du monde entier comme substitut de la viande, mais il a fallu une crise pour le rendre populaire ici, où il pousse.

Alors, quel est le goût de ce fruit ? "C'est quelque chose qui ne peut pas être décrit", dit-elle. "C'est paradisiaque."

Les boulangeries au Nigeria sont en voie d'extinction

Habituellement, Emmanuel Onuorah s'intéresse peu à la politique. Il est boulanger et veut juste vendre du pain.

Mais récemment, au Nigeria, son travail est devenu presque impossible.

"Au cours de l'année écoulée, la farine de blé a augmenté de plus de 200%, le sucre a augmenté de près de 150%, les œufs que nous utilisons pour la cuisson ont augmenté d'environ 120%", dit-il.

"Nous fonctionnons à perte", ajoute-t-il. Il a dû licencier 305 de ses 350 employés. "Comment vont-ils nourrir leurs familles ?"

En tant que président de la Premium Breadmakers Association of Nigeria, il est au centre d'un mouvement. En juillet, il a rassemblé près d'un demi-million de boulangers pour fermer leurs portes pendant quatre jours dans le cadre d'une action de "retrait de services".

Il espère que le gouvernement en tiendra compte et réduira les taxes sur les produits qu'il importe.

La combinaison de mauvaises récoltes et de l'augmentation de la demande après la pandémie a provoqué une flambée des prix du blé et de l'huile végétale dans le monde entier. L'invasion de l'Ukraine a encore aggravé la situation.

Au Nigeria, la plupart des ingrédients d'une boulangerie sont importés. Mais une miche de pain se vend pour une fraction de ce qu'elle coûte en Europe et il est donc beaucoup plus difficile d'absorber les hausses de prix.

Le pays dispose également d'une alimentation électrique publique irrégulière, de sorte que la plupart des entreprises fonctionnent avec des générateurs privés qui brûlent du diesel. Mais le prix du carburant a augmenté de 30 %. Bien qu'il soit riche en pétrole, le Nigeria dispose de peu de raffineries et doit importer la quasi-totalité de son diesel.

Malgré le triplement de ses coûts, M. Onuorah dit qu'il ne peut augmenter ses prix que de 10 à 12 %. Ses clients ne peuvent pas se permettre plus que cela.

"Les Nigérians sont appauvris, les entreprises ferment et les salaires stagnent, vous ne pouvez pas les surcharger", dit-il.

En moyenne, les Nigérians consacrent près de 60 % de leurs revenus à la nourriture. Aux États-Unis, par contre, ce chiffre est plus proche de 7 %.

Continuer ainsi est insoutenable pour les boulangeries. "Nous ne sommes pas une association caritative, nous sommes dans les affaires pour être rentables".

"Mais nous continuons à nous acharner", dit-il, "pour que les Nigérians puissent manger".

Un pot commun nourrit 75 personnes au Pérou

En grimpant un sentier escarpé sur une colline qui domine la ville brumeuse de Lima, Justina Flores essaie de trouver ce qu'elle va cuisiner aujourd'hui.

C'est un problème qui devient chaque jour plus difficile à résoudre.

Au plus fort de la pandémie, elle s'est réunie avec 60 de ses voisins pour mettre en commun les aliments qu'ils avaient à cuisiner. La majorité des habitants de San Juan de Miraflores sont des travailleurs domestiques - cuisiniers, femmes de chambre, nounous et jardiniers - mais comme Mme Flores, la plupart ont perdu leur emploi pendant la pandémie. Les familles avaient faim.

Ils ont commencé à cuisiner dans une marmite à l'extérieur de la maison de Justina, avec du bois qu'ils ramassaient comme combustible. Puis ils ont construit une petite cabane et un prêtre local a fait don d'un fourneau. Mme Flores a demandé aux commerçants du marché de donner de la nourriture qui aurait autrement été gaspillée.

Deux ans plus tard, ils nourrissent 75 personnes, trois fois par semaine. Mme Flores, qui travaillait comme aide-cuisinière avant le Covid, est devenue un leader de facto dans sa communauté. "Je continue à frapper aux portes, à la recherche de soutien".

Elle avait l'habitude de préparer de copieux ragoûts à base de viande et de légumes, servis avec du riz. Mais ces derniers mois, les dons se sont réduits comme peau de chagrin et il est plus difficile de se procurer tous les types de nourriture.

"Nous sommes désespérés, j'ai dû réduire les portions", explique Mme Flores. Elle se bat pour obtenir des produits de base comme le riz.

Ce qui a commencé en avril par des protestations d'agriculteurs et de travailleurs du transport contre la hausse du coût du carburant et des engrais a débouché sur une série de grèves qui perturbent encore davantage l'approvisionnement alimentaire.

Récemment, en raison de la hausse des coûts, Mme Flores a dû cesser de servir de la viande. Elle avait utilisé du sang, du foie, des os et du gésier parce qu'ils étaient abordables, puis les abats sont devenus trop chers et elle les a remplacés par des œufs au plat. Lorsque le prix du pétrole a grimpé en flèche, elle a donné aux familles des œufs à cuire à la maison. Maintenant, il n'y a plus d'œufs non plus.

Alors aujourd'hui, elle sert des pâtes avec une sauce à base d'oignons et d'herbes.

Mme Flores ne blâme cependant pas les agriculteurs pour les grèves ou les pénuries.

"Nous pouvons cultiver des aliments ici au Pérou, mais le gouvernement ne nous aide pas", dit-elle.

Boycott du poulet en Jordanie

Le 22 mai, un compte anonyme tweetant en arabe a appelé les gens à taguer des photos de produits à base de poulet avec le hashtag #Boycott_Greedy_Chicken_Companies.

Quelques jours plus tard, en Jordanie, Salam Nasralla rentrait du supermarché lorsqu'elle a vu la campagne devenir virale.

"Nous en avons entendu parler de partout, tous nos amis et notre famille en parlaient. C'était partout sur les médias sociaux et à la télévision", raconte Mme Nasralla.

Elle venait juste de constater la hausse des prix sur sa propre facture de courses. En tant que mère de deux enfants qui cuisine régulièrement pour ses parents, ses sœurs, ses nièces et ses neveux, elle achète beaucoup de poulet.

Elle s'est sentie obligée de participer.

Pendant 10 jours, elle a évité le poulet, mais c'était difficile. Comme les autres viandes et le poisson sont chers, Salam et sa famille mangent du poulet presque tous les jours.

Ils mangent du houmous, des falafels ou des aubergines frites à la place de la viande. Douze jours après le début de la campagne, le prix du poulet avait baissé d'un tiers, soit près d'un dollar (0,7 dinar) le kilo.

Rami Barhoush, qui gère des élevages de poulets et des abattoirs, soutient l'idée des boycotts mais pense que celui-ci a été mal conçu.

Ses exploitations sont confrontées à la hausse des coûts depuis le début de l'année, notamment pour le carburant et l'alimentation des poulets.

Des facteurs mondiaux se sont conjugués pour faire grimper les prix du carburant et des céréales : la Chine a reconstitué son cheptel porcin après la grippe porcine, la sécheresse en Amérique du Sud et la guerre en Ukraine.

En Jordanie, le gouvernement a proposé un plafonnement des prix du poulet mais de peu d'autres produits.

Les éleveurs de poulet ont accepté ce plafonnement jusqu'à la fin du Ramadan. Mais début mai, ils ont été contraints d'augmenter les prix, provoquant une flambée. C'est alors que le tumulte des médias sociaux a commencé.

"Le poulet représentait le mécontentement face à la hausse des prix de tout le reste", explique-t-il.

Mme Nasralla est heureuse de voir que la manifestation a eu un effet, mais elle craint qu'elle ne soit pas allée au cœur du problème.

"Malheureusement, ce sont les petits agriculteurs et les vendeurs de poulets qui souffrent le plus et non les grands négociants qui fixent des prix élevés sur tout ce dont l'agriculteur a besoin."

Reportages complémentaires de Suneth Perera, Guadalupe Pardo et Riham Al Baqaeen.

Source: www.bbc.com