0
Business News Thu, 24 Mar 2022

Inflation, vers la hausse de l’huile raffinée et des boissons

Le patronat sollicite une hausse des prix

Il propose une augmentation d’environ 100 Fcfa par litre d’huile

Et une hausse de 50 FCFA par bouteille

La vie sera de plus en plus chère au Cameroun. C’est en tout cas ce qui semble se dessiner à l’horizon. Selon plusieurs sources contactées par Camerounweb.com, le Gicam a rencontré le Premier ministre le 18 mars dernier et propose une augmentation d’environ 100 Fcfa par litre et de 50 Fcfa par bouteille, respectivement pour ces deux produits. La crise inflationniste qui sévit au Cameroun en particulier et dans le monde en général était au centre des échanges, le 18 mars dernier, entre une délégation du Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam), conduite par son président, Célestin Tawamba, et le Premier ministre, Joseph Dion Ngute.

Dans sa plaidoirie, apprend-on, le patronat a épilogué sur les origines de la crise qui remonte à 2020 avec la crise sanitaire à COVID-19 qui a plongé le monde dans une récession inédite dont les conséquences pour les entreprises ont été désastreuses.

Le patronat, selon le journal « Investir au Cameroun », a sollicité du gouvernement un accord pour une augmentation du prix final du litre.

On se rappelle que dans le cadre de la lutte contre l'inflation et la hausse des prix : le gouvernement avait déjà rencontré le secteur privé et les associations de consommateurs. L’objectif étant d’évaluer l'ampleur des tensions inflationnistes provoquées par la flambée des prix des matières premières et du fret maritime, assorti des conséquences sur l'économie camerounaise; examiner les mesures susceptibles d'une part de protéger le tissu industriel national, et d'autre part, préserver le pouvoir d'achat des consommateurs. Enfin, apprécier la proposition du secteur privé sur la mise en place d'un dispositif de suivi-évaluation des mesures préconisées. C'est le fil conducteur de la rencontre qui avait été présidée à l'auditorium de ses Services par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute. Assisté de nombreux membres de son équipe, il avait en face, le secteur privé et les associations de consommateurs.

Une situation des prix sur le marché national qui est la conséquence de la récession de 2020 due à la pandémie du COVID 19 et, depuis quelques semaines à la guerre qui oppose en Europe de l'est, la Russie à l'Ukraine, deux grands producteurs de produits comme le blé et le gaz. Le secteur privé, par la voix du président du GICAM, Célestin Tawamba, a apprécié les différentes mesures préconisées par le président de la République : abattement de 80% sur le coût du fret maritime ; exonération de certains impôts et taxes... Toutefois, au regard de la situation actuelle, et pour éviter la hausse continue des prix qui impactera négativement sur le panier de la ménagère et les pénuries dues aux ruptures d'approvisionnement, le secteur privé prie le gouvernement de faire plus.
Source: www.camerounweb.com