0

La dette publique du Cameroun s'élève à 12 390 milliards de FCFA

Motaze Et Alamine Paul Motazé et Alamine Ousmane Mey

Mon, 14 Nov 2022 Source: Projections N° 084

Selon la Caisse autonome d’amortissement, l’encours de la dette du secteur public camerounais était estimé à 45,8% du PIB au 30 septembre 2022, soit 12 390 milliards de FCFA. Même si elle est en hausse par rapport à la même période l’année dernière, cette dette est toujours soutenable, ce d’autant plus qu’elle reste largement en dessous du seuil critique défini par les institutions financières sous régionales. Et surtout, la capacité de remboursement du pays fait en sorte que sa signature auprès des bailleurs de fonds reste crédible.

La dette du secteur public au Cameroun continue de grimper. Au 30 septembre 2022, elle s’est élevée à 12 390 milliards de FCFA, représentant 45,8% du Produit intérieur brut (PIB). Par rapport à la même période de l’année dernière, elle est en augmentation de 11,2%. Cet encours de la dette enregistre une hausse de 1,8% en glissement trimestriel, et de 1,5% en glissement sur un mois. Ces données sont contenues dans la dernière Conjoncture mensuelle de la dette publique du Cameroun », édition n°09, rendue publique le 8 novembre 2022 par la Caisse autonome d’amortissement (CAA). Selon cette institution en charge de gérer le passif de l’Etat camerounais, cette évolution s’explique par plusieurs faits. D’un, les décaissements effectués dans le cadre du Programme élargi de financement acquis auprès du FMI sur la période 2021-2024, soit 114,6 milliards de FCFA décaissés en 2022 et 45,9 milliards de FCFA d’appuis budgétaires décaissés auprès de la France. De deux, l’Etat a dû émettre des titres publics à moyen et long termes (OT, OTA).

Ensuite, il y a l’endettement qui vient des décaissements effectués sur divers prêts projets. Et enfin, l’appréciation du dollar Us par rapport à diverses devises, dont l’euro apparié au Franc CFA. L’impact de la fluctuation des taux de change, a en effet contribué à une augmentation de l’encours de la dette extérieure de l’ordre de 488,8 milliards de FCFA en glissement annuel. Dans le détail, l’on apprend qu’au 30 septembre 2022, la dette du secteur public comprend 92,4% de dette directe de l’Administration Centrale, y compris la dette rétrocédée aux démembrements de l’Etat. Elle est évaluée à 11 442 milliards de FCFA, soit 42,3% du PIB. La dette des entreprises publiques représentent quant à elle représente 7,6% pour 937 milliards de FCFA, et constitue 3,5% du PIB. Enfin, il y a la dette des collectivités territoriales décentralisées, estimée à 10 milliards de FCFA, soit 0,04% du PIB.

La CAA précise que l’encours de la dette directe de l’administration centrale, y compris les restes à payer de plus de trois mois, connait une augmentation en glissement mensuel/ trimestriel de 1,5% et 11,3% en glissement annuel. Cet encours est constitué à 72,3% de la dette extérieure et à 27,7% de la dette intérieure, dont 1,5% de restes à payer de plus de 3 mois. L’encours de la dette directe des Etablissements et Entreprises Publics, suivant les données collectées, est évalué à environ 937,5 milliards de FCFA et enregistre une croissance de 0,7% par rapport au mois précédent, de 5,6% et 8,9% en glissement trimestriel et annuel respectivement.

L’encours de la dette des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) recensé est évalué à 10,2 milliards de FCFA, soit environ 0,04% du PIB, constitué exclusivement de la dette intérieure. Un service de la dette appréciable Si l’Etat du Cameroun est poussé à l’emprunt pour financer ses projets de développement, il sait aussi rembourser ses dettes. Au cours du mois de septembre 2022, nous renseigne la Caisse Autonome d’Amortissement, le Trésor public a réglé 89,3 milliards de FCFA pour assurer le service effectif de la dette publique, hors restes à payer, dont 76,9 milliards de FCFA pour le principal et 12,4 milliards de FCFA pour le paiement des intérêts. Ce service a été destiné à 78,9% pour la dette extérieure et 21,1% pour la dette intérieure.

Le service effectif cumulé de janvier à septembre 2022 est de 910,2 milliards de FCFA, dont 733,1 milliards de FCFA de principal et 177,1 milliards de FCFA de paiements d’intérêts et commissions. Le service prévisionnel de la dette publique au titre du mois d’octobre 2022 est évalué à 113,9 milliards de FCFA, dont 87,9 milliards de FCFA de principal et 26 milliards de FCFA d’intérêts, contre 47,5 milliards de FCFA pour le mois de novembre 2022. Cette capacité de remboursement a sans doute encouragé les partenaires du Cameroun à lui accorder d’autres facilités de financement. De nouvelles conventions ont été signées par l’Etat. En septembre 2022, deux conventions ont été signées avec la Banque africaine de développement (BAD) pour un montant de 94,4 milliards de FCFA.

Le cumul des engagements extérieurs signés depuis le début de l’année en cours s’élève à 423,4 milliards de FCFA en valeur nominale, dont 78,8% sous forme de prêts projets (soit 325 milliards de FCFA en valeur nominale) et 23,2% sous forme d’appuis budgétaires (soit 98 milliards de FCFA en valeur nominale).

Le plafond des nouveaux engagements extérieurs fixés pour l’année 2022 est de 650 milliards de FCFA, dont 230 milliards de FCFA en non concessionnel. Dans le cadre du programme en cours avec le FMI, ce plafond est établi à 512,9 milliards de FCFA en Valeur Actualisée. En termes de réalisation au 30 septembre 2022, le plafond des nouveaux engagements est respecté aussi bien par rapport à la Loi des Finances (soit un taux d’exécution de 47%) que dans le cadre du PEF en cours (soit un taux d’exécution de 64%).

Source: Projections N° 084