0
Business News Wed, 24 Mar 2021

Le Japon accorde un moratoire d’un an au Cameroun pour le remboursement d’une dette

Dans le cadre de l’initiative de suspension du service de la dette prônée par les pays membres du G20, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, et l’ambassadeur du Japon au Cameroun, Ossawa Tsutomu, ont procédé ce 23 mars à Yaoundé, à la signature de l’échange de notes accordant un moratoire d’un an au Cameroun pour le remboursement de sa dette prévu en juin 2020.

« À travers la signature de cet échange de notes, le Japon a accordé au Cameroun une suspension du service de la dette à hauteur de 91 506 204 yens, soit environ 460 millions de FCFA que devait rembourser le trésor public camerounais en faveur de la Jica [Agence de coopération japonaise] au titre des prêts concessionnels octroyés par cette institution », a expliqué le Minfi. Le Cameroun va désormais rembourser cet argent en juin 2021.

Selon Louis Paul Motaze, les membres du G20 ayant accepté de proroger cette initiative de suspension du service de la dette au 30 juin 2021, les documents en cours de préparation devront permettre un moratoire additionnel sur environ 500 millions de FCFA correspondant au service de la dette qui aurait dû être réglée à la Jica au cours du premier semestre de cette année 2021. Cette dette sera maintenant réglée au premier semestre de 2022.

À en croire le Minfi, il s’agit en effet d’une bouffée d’oxygène pour les finances publiques et d’un coup de pouce à une résolution ferme de renforcement du système de santé camerounais, notamment en ce qui concerne les mesures de lutte contre la propagation du Covid-19. Le Cameroun s’est en effet engagé à consacrer les ressources libérées par cette initiative à l’augmentation des dépenses dédiées à atténuer l’impact sanitaire, économique et social de la Covid-19.

La Chine et sept pays membres du Club de Paris (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Japon, République de Corée et Suisse), un groupe de créanciers bilatéraux, ont accordé au Cameroun le droit de suspendre le service de sa dette d’un montant de près de 100 milliards, sur la période allant du 1er mai au 31 décembre 2020. En ce moment, le Cameroun négocie d’ailleurs un autre moratoire avec la France.

Cette initiative de suspension du service de la dette est cependant assortie de conditionnalités rigides, telles que l’obligation de « divulguer tous les engagements financiers du secteur public » et de « ne contracter aucune nouvelle dette non concessionnelle au cours de la période de suspension », en dehors du cadre défini par le FMI et la Banque mondiale sur les emprunts non concessionnels.
Source: investiraucameroun.com