0

Les bonnes affaires des kits pour supporters

Sat, 8 Jan 2022 Source: Le Messager

▶ Cliquez ICI pour suivre la CAN 2021 ◀

A quelques jours de la grande messe du football africain, les vendeurs de trompettes, drapeaux, sifflets et autres se frottent les mains.

« pompom ! pommmm ! pompom ! pompom ! », Tel est le bruit émis par les vendeurs de trompettes et autres gadgets au marché central, au lieu-dit montée marché salade dans l’arrondissement de Yaoundé I. Vêtus de maillots de Lions indomptables , les vendeurs se servent des trompettes pour attirer l’attention des passants. On en rencontre qui ont des drapeaux accrochés sur eux, et d’autres collés sur les joues, les brassards arborés sur le poignet, avec les foulards et les chapeaux aux couleurs du Cameroun sur leurs têtes.

Approché l’un de ces vendeurs donne les prix des différents gadgets. « Les sifflets coûtent 200 Fcfa, les trompettes, en fonction de la grosseur oscillent entre 800 et 3000 Fcfa, et les brassards 200 Fcfa. Les foulards et les chapeaux coûtent respectivement 500 et 2000 Fcfa. Les gros drapeaux valent 3000 Fcfa, et les petits 200 Fcfa », renseigne Brandon. Les drapeaux des pays étrangers n’ont pas de prix fixe. « Les petits drapeaux des pays étrangers se vendent en fonction du client à partir de 300 Fcfa », indique Joël, un autre vendeur. Les revenus de ce dernier oscillent entre 5000 et 10 000 Fcfa au quotidien. « Depuis que j’ai commencé à vendre ces gadgets, je peux avoir un bénéfice de 10 000 Fcfa par jour. Mais parfois, je me retrouve avec 7000 Fcfa », avouent-ils. « A certains revendeurs, nous leurs vendons les trompettes en fonction des tailles à 500, 800, 1000, voire 2000 Fcfa.

Nous leurs donnons le paquet de sifflets à 800 Fcfa. Mais les prix des bracelets varient », explique un grossiste sur les lieux. Pour une revendeuse qui sera installé à l’entrée du stade Omnisport, acheter sa marchandise présentement permet de faire les inventaires pour savoir comment réaliser plus de bénéfice. « Je dois avoir au moins 48 heures pour me fixer une grille des prix sur chaque outil qui sera sollicité par les spectateurs », lance une dame en pleine négociation avec un grossiste. Pour un autre vendeur, les grossistes ne jouent pas franc-jeu. « Vous devez avoir des prix fixes sur certains de vos articles comme les sifflets et les brassards que vous vendez en gros », dit-il à l’un d’eux, en pleine affluence.

Source: Le Messager