0

"Nous vivons dans un système économique inhumain"

5138b6b0 2eab 11ed 91e8 453e424fc8c9 Cecilia Barría BBC News Mundo

Thu, 15 Sep 2022 Source: www.bbc.com

Cecilia Barría

BBC News Mundo

En tant qu'universitaire au département des études du développement de l'université SOAS de Londres et fondateur du Basic Income Earth Network (BIEN), une organisation à but non lucratif qui promeut le revenu de base comme un droit universel, Guy Standing a développé une vision critique du système économique mondial.

Dédié à la défense d'idées telles que la réduction des inégalités et le droit des personnes à de meilleures conditions de vie, Standing met en garde contre les dangers du populisme et de l'extrémisme politique de droite ou de gauche.

Ancien directeur du programme de sécurité socio-économique de l'Organisation internationale du travail, le chercheur préconise la création d'une "politique progressive" axée sur la redistribution des revenus et la sécurité sociale des secteurs les plus vulnérables.

Dans une interview accordée à BBC Mundo, le service en langue espagnole de la BBC, M. Standing explique pourquoi il pense qu'il faut améliorer les défauts du capitalisme, plutôt que de promouvoir un changement radical du système.

"Nous devons veiller à ce que tous les individus bénéficient d'un niveau de sécurité de base et de la liberté de se développer. Cela est compatible avec une économie de marché libre", affirme M. Standing.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans votre livre "Le précariat : la nouvelle classe dangereuse", vous analysez la situation d'une grande partie de la population qui vit dans des emplois précaires et très instables. Diriez-vous que nous vivons dans un système économique inhumain ?

Le plus gros problème que nous rencontrons aujourd'hui est que le système économique mondial a été déformé, souvent par des politiciens qui ne comprennent pas vraiment la nature de l'économie capitaliste actuelle.

L'économie capitaliste que nous avons aujourd'hui n'est pas une économie de marché libre. Une grande partie de la rhétorique porte sur le marché libre, mais ce qui s'est passé au cours des 30 dernières années, c'est que les grands groupes financiers et les rentiers ont créé un système qui est très éloigné de ce qu'est une économie de marché.

Dans ce système, les revenus vont de plus en plus aux propriétaires de biens, qu'il s'agisse de propriété financière, physique ou intellectuelle.

Dans le même temps, ils ont construit un système qui génère des niveaux élevés d'inflation, principalement parce que la finance se comporte de manière spéculative.

Pourquoi dites-vous que ce n'est pas un problème généré par une économie de marché libre ?

Le marché libre a ses propres problèmes, mais il est faux de prétendre que le système économique actuel est un système de marché libre, alors que nous avons des millions de paysans qui garantissent des profits monopolistiques aux grands groupes commerciaux.

Cela leur permet d'augmenter les prix sans réelle concurrence.

Ce type de situation permet aux grandes entreprises de racheter d'autres entreprises et de créer des monopoles sur le marché. Nous vivons dans un système économique très inhumain.

Comment ces monopoles que vous décrivez affectent-ils le citoyen ordinaire ?

Les gens ordinaires sont perdants car nous payons des prix beaucoup plus élevés que les coûts de production et, dans le même temps, les grandes entreprises ne paient pas le coût total des problèmes qu'elles créent. Ils ne paient pas, par exemple, les coûts écologiques de leurs activités.

Le système financier recherche des profits élevés à court terme au détriment de l'épuisement, par exemple, des ressources de la mer et des communautés dans différentes parties du monde.

Mais l'inégalité a toujours existé à travers l'histoire dans différents systèmes économiques, ce n'est pas un phénomène du capitalisme et ce n'est pas un phénomène récent.....



Au cours des 30 ou 40 dernières années, les propriétaires de biens et de finances sont devenus plus puissants.

Si l'on considère les États-Unis, par exemple, les actifs financiers valent 500 % du revenu national. Dans mon propre pays, la Grande-Bretagne, il est supérieur à 1 000 %. C'est différent de tout ce que nous avons vu dans le passé.

Il en va de même pour les brevets et les droits de propriété intellectuelle. Ni l'un ni l'autre n'existaient dans la même mesure qu'aujourd'hui. Et il en va de même pour la concentration des entreprises qui génèrent des oligopoles.

Cependant, de nombreux économistes soutiennent exactement le contraire, affirmant que grâce au système économique qui prévaut dans le monde, beaucoup plus de personnes sont sorties de la pauvreté et les classes moyennes se sont développées. Cela signifie que davantage de personnes bénéficient de meilleures conditions de vie et ont accès à des biens et services que leurs parents et grands-parents n'avaient pas.....

Cet argument n'est pas faux. Mais nous avons également constaté que dans des pays comme les États-Unis, l'espérance de vie a diminué, tant pour les groupes blancs que pour les autres. C'est sans précédent.

Les taux de suicide ont augmenté, la morbidité a augmenté, les taux de cancer, le stress, les maladies mentales sont devenus des épidémies.

Nous sommes dans une ère où les crises financières se succèdent. Nous sommes dans une situation où, matériellement, nous semblons plus riches que nous ne l'avons jamais été dans l'histoire, mais les niveaux d'inégalité ont rendu la vie très incertaine.

Quels sont les effets de l'insécurité ?

L'insécurité génère des problèmes sociaux, elle engendre le populisme et les tensions géopolitiques.

Après la Seconde Guerre mondiale, il y a eu une période où la vie s'est améliorée dans les pays développés, mais au fil du temps, le niveau de vie des personnes qui vivent de leur travail a stagné et l'emploi est devenu plus précaire.

Vous avez mentionné que nous avons connu de nombreuses crises financières. Toutefois, les économistes affirment que cela fait partie des cycles que traverse le système économique, qui sont en quelque sorte inhérents au fonctionnement de notre économie mondiale.

Ce que nous avons vu au cours des dernières décennies - notamment en relation avec ce que nous appelons la révolution économique néolibérale sous les gouvernements de Margaret Thatcher ou de Ronald Reagan dans les années 1980 - c'est que le nombre de crises financières a énormément augmenté, tout comme leur gravité.

Nous avons des niveaux gigantesques de dettes des ménages, des entreprises et des gouvernements, ce qui rend notre système économiquement instable, avec d'énormes flux d'argent concentrés dans une minorité.

Pas seulement les Jeff Bezos ou les Elon Musk, je parle des 20 % de propriétaires les plus riches. En fait, les inégalités de richesse ont augmenté de façon spectaculaire.

Ce qui se passe, c'est que le système économique est passé de la récompense du travail à la récompense de la possession de richesses. Et les politiciens ne font rien pour relever les défis structurels.

Quelle alternative proposez-vous ?

Nous avons besoin d'une pression politique pour créer un mode de vie qui apprécie la nature et donne aux gens un sentiment de sécurité.

Nous avons besoin d'une politique progressiste qui ne soit pas dans le vieux style de la droite ou de la gauche. Une politique progressiste qui rassemble les gens au lieu de créer des divisions.

Je pense que cette politique progressiste apparaît chez les jeunes gens éduqués qui font partie du précariat. Je pense qu'une nouvelle forme de renaissance est en train de naître, une nouvelle forme de liberté, de fraternité et de solidarité, et que nous sommes au seuil de la transformation.

Mais que proposez-vous concrètement ?

Depuis trois décennies, je propose que chaque personne ait un revenu de base, le droit de recevoir chaque mois une somme d'argent modeste qui lui assure une certaine sécurité de base.

Nous avons fait des expériences dans différentes parties du monde et les résultats ont été magnifiques.

Ils montrent que la santé mentale des gens s'améliore, que les gens travaillent plus et non moins, que le statut des femmes s'améliore, et nous avons vu que le niveau de tolérance et de solidarité augmente.

Et c'est abordable, abordable. Nous pouvons créer des fonds de capital en taxant les combustibles fossiles, en taxant la richesse.

Vous êtes donc favorable à l'amélioration du capitalisme, et non à son remplacement par un autre système ?

Je pense qu'il n'est pas très judicieux de penser à une révolution ou à un changement radical. La chose sensée à dire est qu'il faut une véritable économie de marché, avec des incitations appropriées pour que les gens travaillent dur, investissent, prennent des risques. Nous en avons besoin.

Mais dans le même temps, nous devons veiller à ce que tous les individus bénéficient d'un niveau de sécurité de base et de la liberté de se développer. Ceci est compatible avec une économie de marché libre.

Le problème est que le type de capitalisme que nous avons aujourd'hui est une abomination, car il donne tout le pouvoir à une minorité.

Source: www.bbc.com