0

Politique et citoyenneté : voici pourquoi l'économie est faible au sein d'une démocratie

Administration Argent Economie Les Arabes perdent confiance dans la démocratie pour assurer la stabilité économique

Mon, 11 Jul 2022 Source: www.camerounweb.com

Les Arabes perdent confiance dans la démocratie pour assurer la stabilité économique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, selon une nouvelle enquête importante.

Près de 23 000 personnes ont été interrogées dans neuf pays et dans les territoires palestiniens pour BBC News Arabic par le réseau Baromètre de l'opinion arabe.

La plupart sont d'accord avec l'affirmation selon laquelle une économie est faible au sein d'une démocratie.

Ces résultats interviennent un peu plus de dix ans après que les manifestations dites du "printemps arabe" ont appelé à un changement démocratique.

Moins de deux ans après ces manifestations, un seul de ces pays - la Tunisie - est encore une démocratie, mais un projet de constitution publié la semaine dernière pourrait ramener le pays vers l'autoritarisme, s'il est approuvé.

Michael Robbins, directeur du Baromètre de l'opinion arabe, un réseau de recherche basé à l'Université de Princeton qui a travaillé avec des universités et des instituts de sondage au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pour mener l'enquête entre la fin 2021 et le printemps 2022, affirme qu'il y a eu un changement régional dans les opinions sur la démocratie depuis la dernière enquête en 2018/19.

"Il y a une prise de conscience croissante que la démocratie n'est pas une forme parfaite de gouvernement, et qu'elle ne réglera pas tout", dit-il.

"Ce que nous voyons à travers la région, c'est que les gens ont faim, les gens ont besoin de pain, les gens sont frustrés par les systèmes qu'ils ont."

Dans la plupart des pays étudiés, plus de la moitié des personnes interrogées, en moyenne, sont d'accord avec l'affirmation selon laquelle l'économie est faible au sein d'un système démocratique.

Dans tous les pays étudiés, plus de la moitié des personnes interrogées se disent également d'accord ou tout à fait d'accord pour dire qu'elles sont plus préoccupées par l'efficacité des politiques de leur gouvernement que par le type de gouvernement.

Selon l'indice de démocratie de l'EIU, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord sont les moins bien classés de toutes les régions couvertes par l'indice - Israël est classé comme une "démocratie imparfaite", la Tunisie et le Maroc sont classés comme des "régimes hybrides", et le reste de la région est classé comme "autoritaire".

Dans sept pays et dans les territoires palestiniens, plus de la moitié des personnes interrogées dans le cadre de l'enquête du Baromètre arabe sont d'accord avec l'affirmation selon laquelle leur pays a besoin d'un dirigeant capable de "contourner les règles" si nécessaire pour faire avancer les choses. Il n'y a qu'au Maroc que moins de la moitié des personnes interrogées sont d'accord avec cette affirmation. Cependant, une proportion non négligeable de personnes n'est pas d'accord avec cette affirmation dans les territoires palestiniens, en Jordanie et au Soudan.

En Tunisie, huit personnes interrogées sur dix sont d'accord avec l'affirmation, neuf sur dix ayant déclaré soutenir la décision du président Saied de limoger le gouvernement et de suspendre le Parlement en juillet 2021, une décision dénoncée par ses opposants comme un coup d'État mais jugée nécessaire par le président pour réformer un système politique corrompu.

La Tunisie est le seul pays qui a réussi à former un gouvernement démocratique durable à la suite des soulèvements du printemps arabe de 2011. Cependant, la Tunisie semble retomber dans un régime autoritaire sous le président Saied. Selon l'indice de démocratie de l'EIU pour 2021, le pays a perdu 21 places dans le classement et a été reclassé comme un "régime hybride" plutôt que comme une "démocratie imparfaite".

L'enquête en Tunisie a été menée entre octobre et novembre 2021. Depuis lors, des manifestations ont eu lieu contre le président, qui a renforcé son emprise sur le pouvoir en dissolvant le parlement, en prenant le contrôle de la commission électorale et en organisant un référendum sur une nouvelle constitution qui, selon certains, renforcera son autorité. Entre-temps, l'économie du pays s'est enfoncée davantage dans la crise.

"Maintenant, malheureusement, pour la Tunisie, c'est le retour à l'autoritarisme, ou ce que nous appelons le recul démocratique, qui est une tendance dans le monde entier aujourd'hui", déclare Amaney Jamal, cofondateur du Baromètre de l'opinion arabe et doyen de la Princeton School of Public and International Affairs.

"Je pense que l'un des principaux moteurs n'est pas un engagement envers l'autoritarisme ou une culture politique autoritaire, c'est vraiment la conviction maintenant que la démocratie a échoué économiquement en Tunisie."

La situation économique est considérée comme le défi le plus urgent pour sept pays et les territoires palestiniens, devant la corruption, l'instabilité et la propagation de Covid-19.

Dans deux pays seulement, la situation économique n'est pas considérée comme le problème le plus crucial - en Irak, où c'est la corruption, et dans la Libye déchirée par la guerre, où c'est l'instabilité.

Dans chaque pays interrogé, au moins une personne sur trois est d'accord avec l'affirmation selon laquelle, au cours de l'année écoulée, elle a manqué de nourriture avant d'avoir les fonds nécessaires pour en acheter davantage.

C'est en Égypte et en Mauritanie que la difficulté de se procurer de la nourriture est la plus importante, deux personnes sur trois ayant déclaré que cela leur arrivait parfois ou souvent.

L'enquête a été réalisée en grande partie avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février, qui a exacerbé l'insécurité alimentaire dans toute la région, en particulier en Égypte, en Libye et en Tunisie, qui dépendent fortement des exportations de blé russe et ukrainien.

Les personnes interrogées dans le cadre de l'enquête, qui ont déclaré ne pas pouvoir acheter davantage de nourriture lorsqu'elles en manquaient, étaient moins favorables à la démocratie dans un certain nombre de pays, notamment au Soudan, en Mauritanie et au Maroc.

Les perspectives économiques sont sombres dans toute la région, moins de la moitié des personnes interrogées étant prêtes à qualifier la situation économique de leur pays de bonne.

Le Liban est le pays le moins bien classé parmi tous les pays de l'enquête, avec moins de 1 % des Libanais interrogés déclarant que la situation économique actuelle est bonne. La Banque mondiale a décrit la crise économique du Liban comme l'une des plus graves au monde depuis le milieu du 19e siècle.

Globalement, la plupart des gens ne s'attendent pas à ce que la situation économique de leur pays s'améliore dans les prochaines années. Toutefois, on note un certain optimisme. Dans six pays, plus d'un tiers des citoyens interrogés déclarent que la situation sera meilleure ou un peu meilleure dans les deux ou trois années à venir.

Malgré les troubles économiques qui secouent actuellement la Tunisie, les personnes interrogées sont les plus optimistes quant à l'avenir, 61 % d'entre elles affirmant que la situation sera bien meilleure ou un peu meilleure dans quelques années.

L'avenir est "incertain", déclare le Dr Robbins du Baromètre arabe. Les citoyens de la région pourraient se tourner vers d'autres systèmes politiques, tels que le modèle chinois - un système autoritaire à parti unique - qui, selon lui, a "sorti un grand nombre de personnes de la pauvreté au cours des 40 dernières années".

"Ce type de développement économique rapide est ce que beaucoup de gens recherchent", dit-il.

Données supplémentaires par Erwan Rivault.

Méthodologie

L'enquête a été réalisée par le réseau de recherche Arab Barometer. Il a permis d'interroger 22 765 personnes en face à face dans neuf pays et dans les territoires palestiniens. Le Baromètre arabe est un réseau de recherche basé à l'université de Princeton. Il réalise des enquêtes de ce type depuis 2006. Les entretiens de 45 minutes, en grande partie sur tablette, ont été menés par les chercheurs avec les participants dans des espaces privés.

Il s'agit de l'opinion du monde arabe, donc il n'inclut pas l'Iran, Israël ou la Turquie, bien qu'il inclue les territoires palestiniens. La plupart des pays de la région sont inclus, mais plusieurs gouvernements du Golfe ont refusé un accès complet et équitable à l'enquête. Les résultats du Koweït et de l'Algérie sont arrivés trop tard pour être inclus dans la couverture arabe de la BBC. La Syrie n'a pas pu être incluse en raison de la difficulté d'accès.

Pour des raisons juridiques et culturelles, certains pays ont demandé l'abandon de certaines questions. Ces exclusions sont prises en compte dans l'expression des résultats, les limites étant clairement indiquées.

Vous pouvez trouver plus de détails sur la méthodologie sur le site du Baromètre arabe.

Source: www.camerounweb.com