0
Business News Sat, 25 Sep 2021

Route Bogo-Pouss: Paul Biya instruit le début des travaux

La deuxième phase du projet de construction du tronçon Bogo-Pouss peine à débuter. Sur un total de 63,7 km de route (Maroua-Bogo-Pouss), seulement 39 km ont déjà été livrés (Maroua-Bogo). Un mois après la visite de travail du ministre des Travaux publiques, Emmanuel Nganou Djoumessi, rien n’est encore fait pour entamer le bitumage des 24 km restants.

La deuxième et dernière partie de ce projet a été abandonnée par le Mintp, censé veiller à son exécution dans le délai. Selon le trihebdomadaire régional Essingan, le Mintp aurait demandé en mars dernier, à la banque africaine de développement (BAD) de retirer son financement.

Dans ce numéro publié le 31 mars dernier, «Emmanuel Nganou Djoumessi a tacitement demandé à la Banque Africaine de Développement de rendre infructueux les appels d’offres des marchés de ces deux projets routiers, d’un montant cumulé de plus de 112 milliards de francs CFA».

Au moment où le ministère des Travaux publics annonce la structuration presque achevée de la section Bogo-Pouss, il n’en demeure pas moins que ce projet fait face à des défis énormes. Sué le terrain, la situation est plutôt inquiétante.

Désormais il est difficile de faire le trajet Guirvidik-Maga-Pouss. Car, cette route est impraticable, surtout en cette période des pluies. «Ça fait déjà presque quatre ans que nous attendons la construction de cette route, mais malheureusement c’est chose non faite. Nous sommes vraiment déçus car le Mintp n’a pas tenu ses promesses» nous confie Mahmoud commerçant

En effet, en mars dernier, Emmanuel Nganou Djoumessi a menacé de rendre l’appel d’offres relatif à ce marché routier infructueux. Car, au moment où la CCM-TR recommandait d’attribuer l’adjudication à l’entreprise Costruzioni Generali Nigeria, basée à Abudja, qui propose 37,67 milliards de FCFA, le Mintp, lui, suggérait de choisir le Tunisien Soroubat. Seulement ce dernier, selon la Commission, a présenté une offre élevée à 50 milliards de FCfa (une différence de plus 12 milliards FCfa en comparaison avec le concurrent nigérian).

En plus, la CCM-TR estime que l’entreprise Soroubat a menti sur sa capacité financière. «Il convient également de relever que rien ne garantit la disponibilité des liquidités annoncées au moment de l’exécution des travaux de même que celles-ci seront entièrement et exclusivement dédiées auxdits travaux, comme l’exige le Dossier d’appel d’offres. Aussi, la capacité financière améliorée de Soboubat n’est pas acceptable», écrit la Commission au Mintp, le 29 juillet 2021.

Bonne nouvelle

La bonne nouvelle est qu’en date du 3 septembre dernier, sur instruction du président de la République, le ministre d’état, secrétaire général de la présidence ‘ de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh somme le Mintp de prendre des dispositions pour le démarrage rapide du projet.

Dans cette correspondance dont l’objet est «l’attribution du marché et démarrage des travaux du projet routier routier Bogo-Pouss», Ferdinand Ngoh Ngoh écrit : «J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir prendre des dispositions pour l’attribution, dans les meilleurs délais, du marché de construction de la route Bogo-Pouss sur financement de la Banque africaine de développement (Bad).

Vous veillerez notamment à l’accomplissement de toutes les formalités utiles à l’obtention de la non-objection de la Bad, pour permettre un démarrage rapide de ce projet. Vous voudrez bien rendre compte de vos diligences, pour la très haute information du chef de l’état,» peut-on lire dans ce courrier que l’œil du Sahel a pu consulter. A quand le début des travaux ? Les yeux sont rives vers le Mintp.
Source: L'oeil du Sahel