0

Vie chère : les prix à la consommation finale des ménages ont augmenté de 3,5% en février

Marche Essos Bayam Sellam Domates Cette évolution en février 2022 est surtout tirée par l’envolée des prix

Tue, 5 Apr 2022 Source: www.camerounweb.com

Les chiffres ont été publiés par l’Institut nationale de la statistique

Cette évolution en février 2022 est surtout tirée par l’envolée des prix

La Beac anticipe même une augmentation des pressions inflationnistes à 3,6% au cours de l’année 2022

Les prix à la consommation finale des ménages ont relativement augmenté et ce n’est pas tout. La Beac anticipe même une augmentation des pressions inflationnistes à 3,6% au cours de l’année 2022, soit 0,6% de plus que la norme de 3% admise dans la zone Cemac. La banque centrale l’a annoncé lors de son premier Comité de politique monétaire de l’année courante, tenu fin mars 2022,

Au cours du mois de février 2022, la flambée des prix des produits de consommation courante s’est accélérée dans les marchés de Yaoundé, la capitale camerounaise. « Par rapport à la même période en 2021, les prix à la consommation finale des ménages se sont relevés de 3,5%, après +3,3% le mois dernier. Il y a un an, la variation était de 1,7% », peut-on lire dans la « note sur l’évolution des prix à la consommation finale des ménages à Yaoundé en février 2022 », que vient de publier l’Institut national de la statistique (INS).

À en croire l’INS, cette évolution en février 2022 est surtout tirée par l’envolée des prix des produits alimentaires, qui ont crû de 7,6%, avec un pic à 10,5% en glissement annuel pour les produits importés. Diverses analyses s’accordent à mettre cet accroissement des prix des produits importés sur le compte de l’explosion des coûts du fret maritime et le renchérissement des cours mondiaux du pétrole et des matières premières agricoles.

Cette conjoncture morose, déjà perceptible après l’accalmie autour de la pandémie du Covid-19, a été aggravée par le conflit entre la Russie et l’Ukraine dès fin février 2022, et devrait perdurer au cours des prochains mois, si l’on s’en tient aux récentes prévisions de la Banque centrale des pays de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale).

Source: www.camerounweb.com