0

Zone de libre échange: le Cameroun comme asphyxié par son incohérence

Thu, 7 Jan 2021 Source: Actu Cameroun

Pour une large majorité d’économistes et d’analystes, la Zlecaf se doit de créer un bloc économique de 3,4 trillions de dollars, de conquérir de nouveaux marchés et de diversifier les sources d’approvisionnement afin d’inaugurer une nouvelle ère de développement sur le continent.

L’Afrique a basculé dans la zone de Libre-échange continentale africaine (Zlecaf). Signé par 54 Etats membres et déjà ratifié par 34, la Zleca est le plus grand accord commercial au monde depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce (Omc). Le lancement officiel s’est déroulé le 02 janvier 2021, au cours d’une cérémonie virtuelle, que dirigeaient les présidents: Cyril Ramaphosa d’Afrique du Sud, Mohamadou Issoufou du Niger et Nana Addo du Ghana. En effet, le ratio du potentiel affiche plus de 1,2 milliards de personnes pour un Produit intérieur brut (Pib) de 2 500 milliards de dollars.

« Si le début des échanges représente une étape importante pour le peuple africain, les Etats membres devront assurer la création d’un environnement propice pour que les jeunes et les femmes du continent puissent profiter des opportunités qu’offre l’accord », a exhorté Cyril Ramaphosa, président Sud-africain.

Un projet qui ambitionne d’éliminer dans le continent, des droits de douane sur 90 % des biens produits en Afrique. Il s’attaque également aux obstacles non tarifaires, au commerce illicite et garanti la libre circulation des personnes. Une vision qui a flatté le Cameroun. C’est alors que le 21 mars 2018 à Kigali, au Rwanda, il signe l’accord avec les 43 autres pays africains puis le ratifie le 19 juillet 2019.

Enjeux et échanges

Au clair, certains observateurs estiment que la Zlecaf renforcera la croissance économique au Cameroun ce, grâce à l’accroissement du commerce extérieur. D’autres en revanche, considèrent que les fondamentaux de l’économie camerounaise ne sont pas fermes, et que les bénéfices de cet accord seront minimes, voire inexistant.

Que retenir au final? En bref, dans un monde de plus en plus globalisé, seuls les pays les plus compétitifs c’est-à-dire ceux disposant de fondamentaux économiques et de cadres stratégiques forts ou bien ayant des sources de croissance diversifiées ont des chances de se tailler les plus grosses parts de marchés dans les échanges commerciaux.

Ainsi, considérée comme le moteur de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), l’économie camerounaise, est actuellement confrontée à des défis structurels majeurs.

« Il nous faut créer une Agence de promotion des exportations… Nous entrons vers un nouveau cycle, on ne peut pas faire une stratégie commerciale si on ne règle pas le problème de l’offre », avait avoué Luc Magloire Mbarga Atangana.

Critiques et difficultés

En effet, selon un rapport de 2018 du Nkafu Policy Institute, 79,1 % des Camerounais estiment que la situation économique du pays est mauvaise ou très mauvaise. Ledit rapport note également que le niveau de pauvreté est alarmant et ignoble puisque moins de 17,65 % des adultes camerounais gagnent plus de 200.000 Fcfa soit environ 400 dollars Us par mois.

En plus des statistiques ci-dessus, le paysage des Petites et moyennes entreprises (Pme) est très jeune et fragile. Illustration, en 2016, le Recensement général des entreprises (Rge No 2) a indiqué que 77,5 % des entreprises répertoriées avaient au plus, six (06) ans d’existence. Davantage, certains obstacles empêchent les entrepreneurs de s’établir et de développer pleinement leurs entreprises au Cameroun. Ces obstacles comprennent la corruption, la fiscalité, l’accès au crédit, les formalités et la bureaucratie pour n’en citer que ceux-ci.

Au regard de tout ceci, la série de question suivante pourrait être posé : L’économie camerounaise dispose-t-elle de tous les outils pour devenir compétitif dans le cadre de la Zlecaf ? Quels sont les avantages pouvant être tirés de cet accord ? L’économie camerounaise sera-t-elle résiliente face à la transmission des chocs négatifs pouvant résulter de la Zlecaf ? Pour finir, l’accord permettra- t-il au pays de réaliser une forte croissance afin de concrétiser la vision d’un Cameroun émergent d’ici 2035?

Source: Actu Cameroun

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.