2

Crime : la directrice de l'agence UBA de Nkoldongo brûlée vive par un gang

Brulee Vive Cameroun .jpeg La directrice de l'agence UBA de Nkoldongo brûlée vive

Mon, 3 Jan 2022 Source: www.camerounweb.com

• La famille de la victime est sous le choc

• Des inconnus ont brulé le chef d’agence UBA de Nkoldongo

• L’enquête est en cours


C'est une scène incroyable qui s'est passée dans la nuit du 27 décembre 2021 vers 19h au quartier Mimboman Maetur. Mme Madjiki Arroga epse Essam Mireille laure, chef d'agence UBA (United Bank for Africa )arrive chez elle et est arrêtée par des jeunes non encore identifiés aujourd'hui.

Aussitôt arrêtée, elle a été ramenée dans sa chambre, ligotée, aspergée d'essence puis brûlée.

Depuis ce jour, la vie de la dame est connaît des troubles énormes. Recommandée à l'hôpital général de Douala, où elle s'y trouve jusqu'à nos jours sous soins intensifs, ses bourreaux courent toujours dans la nature.

La famille désemparée s'en remet aux autorités policières et de maintien de l'ordre afin que ces derniers puissent stopper le parcours de ces malfrats.

Qui les a envoyés ? Pour quelles fins ? Toutes ces questions taraudent l'esprit de cette famille et du quartier.



Cameroun/ crime : il brûle vive sa femme après leur séparation


Ce drame-ci s’est déroulé en 2020. Croyant bien faire en fuyant les violences conjugales de son époux, Larissa est finalement décédée dans des conditions scandaleuses. Son époux mécontent de leur séparation l’a retrouvée et brûlée vive. Larissa décède des suites de ses blessures quelques heures plus tard. Voici la réaction du féministe Minou Chrys-tayl.



Une mort de trop !


Ce monsieur s'appelle Ghislain Diabou. Elle Larissa. Elle a quitté son mari pour violences conjugales il l'a retrouvé, aspergé l'essence sur elle mis le feu, brûlures graves, est allée à l'hôpital. Elle est morte ce jour.

Quitter un homme n'arrête pas les violences, non, le risque de féminicides est encore plus fort. Cela s'appelle les violences post- séparations.

Tant que vous continuez de fermer les yeux sur les violences des femmes et minimiser les gifles, les coups, vous donnez la légitimité aux autres de finir par tuer. Le silence des hommes de notre communauté est coupable. Il faut condamner et soutenir les victimes.

Il faut punir les hommes violents sévèrement et la prison à vie pour des tueurs de femmes

Chaque fois que vous soutenez des hommes qui tuent des femmes alors cela donne la légitimité aux autres hommes de tuer et demain leurs fils vont tuer vos filles.

Où sont les politiciens pour s'indigner et donner écho à ces crimes ? Ils préfèrent ceux qui jouissent du privilège du pouvoir et laissent ceux et surtout celles qui n'ont pas assez de voix pour parler. Après quand les élections vont arriver l'hypocrisie va commencer.

Source: www.camerounweb.com