5

Jaloux, le Lamido de Garoua assassine son neveu de 16 ans

Lamido De Garoua Accusé d'assassinat

Thu, 3 Feb 2022 Source: www.camerounweb.com

Les faits se sont déroulés hier

Le jeune a été tué et enterré dans la précipitation

Une enquête a été ouverte

C’est une horreur qui a tout de suite interpellé les autorités. En effet un jeune de 16 ans appelé Aliou Youssef a été tué par son oncle El Rachindine Lamido de Garoua. En effet le jeune qui était accusé par sa mère d’être têtu a été arrêté de force et conduit au lamidat. Celui-ci a été torturé et est mort.

Selon plusieurs sources, le Lamido de Garoua nourrissait une jalousie maladive envers ce jeune qui dit-on était brillant à l’école. Alors qu’il avait grandi dans une zone sous scolarisé, le jeune de 16 avait réussi à obtenir son probatoire à 15 ans seulement. « Le Lamido nourrissait une jalousie maladive sans pareille contre ce neveu brillant et très intelligent qui ne manquait pas une occasion de lui poser des questions pièges, toujours axées sur la culture générale. D’ailleurs A 16 ans, le garçon vient de passer avec brio son probatoire », raconte un témoin.

Selon plusieurs dires, lorsqu’il a été arrêté, et trainé de force au Lamidat, « ses dernières paroles étaient de dire Adieu à sa mère, comme s’il pressentait sa mort proche, car ce n’était pas la première fois qu’il subissait les foudres de son oncle, bien avant même que ce dernier n’accède au trône.

Sa mort annoncée, tous ses camarades de classe se sont réunis autour de la mère éplorée. Malheureusement, la pauvre Mairamou ne verra plus jamais son cher et tendre Papy, comme elle l’appelait très affectueusement. Elle a alerté toute la République en accusant le Lamido d’avoir tué son fils.

Depuis le mois de mai 2021, Garoua a un nouveau lamido. Le nouveau lamido de Garoua est un capitaine des armées, membre des services secrets militaires. Il a été, à ce titre, chef d’antenne de la sécurité militaire pour la région du Centre du Cameroun. Son prédécesseur était membre du gouvernement comme secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé publique. Il était aussi en charge de la lutte contre le Covid-19 dont il est mort.

Pour cette élection, une nouvelle procédure a été mise en place dans ce lamidat du nord du Cameroun. « Bien que la chefferie soit traditionnelle, il a fallu que nous nous adaptions à la modernité pour cette élection, expliciteHaman Soulemane, natif de Garoua et dont le père est un serviteur du lamido. Il y avait beaucoup de candidats, qui étaient tous de la lignée royale et qui se sont publiquement prononcés. Les autorités publiques nous ont suggéré, pour garantir la paix dans le lamidat, et éviter les troubles, de procéder à une désignation du nouveau souverain par voie démocratique, et selon un scrutin public », a-t-il précisé.

Source: www.camerounweb.com