0
Diasporian News Tue, 22 Oct 2019

Frontière Cameroun- RCA: la nouvelle base arrière des groupes rebelles

Suite à l’insécurité de plus en plus remarquable dans cette zone, on est tenté de répondre par l'affirmative.

Le quotidien Mutations paru le 21 octobre 2019 rapporte qu’une certaine recrudescence de l’insécurité est perceptible au niveau de la frontière entre le Cameroun et la République Centrafricaine. C’est une alerte que lance «des sources sécuritaires postées de part et d’autre de cette zone limitrophe entre les deux pays…».

Pour le quotidien, cette insécurité proviendrait des réfugiés centrafricains, parmi lesquels plusieurs rebelles. Ces derniers ont en projet la reconquête du pouvoir de Bangui. «Il est certain que cela va déclencher un nouveau flux de réfugiés sur le territoire camerounais avec de nombreuses conséquences sur les plans sécuritaires et humanitaires au moment où le budget du HCR qui s’occupe de l’encadrement des réfugiés est en réduction», peut-on lire chez notre confrère.

Le journal explique aussi que les rebelles protestent contre la formation du nouveau gouvernement d’union nationale après les accords de Khartoum dont les postes proposés ne conviennent pas à leurs aspirations. «Depuis quelques temps, le Front Démocratique du Peuple Centrafricain a rejoint le groupe des ‘’trois R’’ dirigé par Sidiki Abbas dans leur base à Bambari et d’autres groupes armés», relève Mutations.

Comme conséquence directe à ces mouvements, «plus de 400 Camions en destination de Bangui avaient été immobilisés à la frontière à Garoua-Boulaï, région de l’Est Cameroun». Mais aussi, «l’entrée de jeunes centrafricains détenteurs de cartes laisser-passer dans la région de l’Est… Ces jeunes seraient des membres de ces groupes armés qui viennent pour le ravitaillement», note notre confrère.

Le journal conseille qu’il est urgent que les gouvernements camerounais et centrafricain pensent à la mutualisation de leurs forces afin de contrecarrer ces groupes rebelles qui ont trouvé terrain fertile au niveau de leur frontière.

Source: Cameroon-info.net