0
Entertainment Tue, 5 May 2020

Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Comment Chantal Biya a snobé Nyangono du Sud, bloqué en Chine

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook le 18 avril 2020, l’artiste Camerounais Nyangono du Sud lançait un appel de détresse en ces termes « Nous sommes très mal à l’aise ici en Chine. Je suis parti pour faire un extrait de clip et nous sommes bloqués ici en Chine. S’il vous plait mama Chantal Biya, je vous en prie, envoyez un avion venir nous chercher ici en Chine. Nous souffrons beaucoup ici. Ça ne va pas, ça ne donne pas‘ »

Cet appel au secours des Camerounais en direction de l’épouse du chef de l’Etat n’est pas isolé. Individuellement ou collectivement, les citoyens camerounais ont pris l’habitude de solliciter l’aide de la première dame. Elle s’est en effet illustrée au fil des années par des actions de solidarité, elle ne s’est jamais montrée insensible face à la souffrance, aussi minime qu’elle puisse paraître, au point de mériter par ses œuvres l’appellation de « dame de cœur » ou de « la femme au grand cœur. »

Dans cette logique, avec la pandémie à corona virus qui secoue le pays en ce moment, les Camerounais se posent légitimement la question de savoir où elle est passée. Depuis l’avènement de cette pandémie, alors que les besoins ne manquent pas, on n’a pas en effet vu la dame de cœur sur le terrain en train d’offrir un don, ce qui est inhabituel, et surtout que ce ne sont pas les lieux et institutions où elles devaient être, ne serait-ce pour apporter du réconfort aux malades qui n’existent pas.

L’habitude d’être près des nécessiteux

La Fondation Chantal Biya l’a souvent été. Cette Organisation non gouvernementale créée en 1994. Elle a été reconnue d’utilité publique et a acquiert un statut consultatif au Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC), et se déploie dans divers domaines d’activités. Dans le domaine de la santé seulement, elle dispose d’un Centre de Recherche et d’Application en Chirurgie Endoscopique et de Reproduction Humaine de Yaoundé. D’une capacité de 26 lits, le Centre travaille essentiellement dans la Chirurgie Endoscopique, la procréation médicalement assistée et les activités de formation.

La Fondation a également créé un Centre Médical à Meyomessala dans le Sud du Cameroun d’une capacité de 25 lits, qui d’après les statistiques, consulte chaque année 2500 patients en moyenne, avec 25.000 doses de vaccins administrées. Dans la stratégie du Centre, des équipes médicales mobiles sillonnent les villages, les zones reculées ou enclavées pour rapprocher les soins de santé primaires ou d’urgence des populations nécessiteuses. On recense encore sous le parapluie de la Fondation, un Centre Mère et Enfant à Yaoundé qui appartient au réseau Mère et Enfant de la francophonie, d’une capacité de 258 lits où 40.000 enfants et 33.000 femmes sont consultés annuellement, A cela s’ajoute 34.000 femmes et enfants vaccinés chaque année.

Le Centre dispose d’une Unité de formation et de recherche universitaire, et est en plus un centre pilote d’oncologie pédiatrique pour le traitement des cancers de l’enfant. Sans compter le Children First Center à Yaoundé, un orphelinat de 30 lits pour enfants et 10 lits pour adultes. Il s’occupe de l’accueil des enfants abandonnés et orphelins, l’assistance aux familles en détresse, l’aide à la santé, l’aide à l’éducation, la réinsertion sociale, et l’offre de différentes spécialités pédiatriques. Tout cela pour indiquer que ce n’est pas sur le terrain de la « générosité » que l’on chercherait la première dame camerounaise. Elle y est, et venir en aide aux couches vulnérables est le principal créneau qu’elle s’est choisi et pour lequel elle s’est énormément déployée jusqu’ici. Mais curieusement, aucun de ces Centres n’a encore reçu la visite de la mère de l’humanité.

Solidarité au-delà

Au-delà des structures créées sous la coupole de la Fondation, la première dame dispose pourtant d’un autre instrument qui lui permet d’habitude de venir en aide aux populations sur un plus large spectre. Elle est Présidente Fondatrice du Cercle des Amis du Cameroun (Cerac) Association regroupant les épouses des hauts responsables et membres du corps diplomatique accrédités au Cameroun, œuvrant dans l’humanitaire notamment en faisant des dons aux personnes handicapées ou nécessiteuses, l’animation de la prévention du VIH/SIDA dans les établissements scolaires et en milieu rural, les aides diverses à la femme rurale, les aides en faveur des enfants défavorisés pour un accès efficient à l’éducation et aux soins de santé entre autres.

Avec cette structure, elle s’est illustrée dans la remise des dons un peu partout sur le territoire national, écumant les zones les plus reculées pour ne pas laisser une zone en dehors de son champ d’action de solidarité. Par ces initiatives, doublée de son attitude people, la première dame a souvent su redonner du sourire, faire renaître l’espoir

Dans ces moments difficiles, où aucun geste de compassion n’est de trop, bien de Camerounais, et davantage les femmes et les couches vulnérables, se demandent bien où est passée celle qu’ils appellent affectueusement « la mère de la nation ». Ils se refusent surtout de croire que la femme de cœur puisse avoir perdu son cœur, au moment où l’on a plus besoin de son coup de cœur.

Source: rolandtsapi.com/

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter