0
Tabloid News Thu, 23 Sep 2021

Etude : la majorité des Camerounais n’aime pas mettre le préservatif

• Il s’agit des résultats de la 5e édition de l’enquête démographique et de santé du Cameroun (EDSC-V)

• Elle a pris en compte les personnes entre 15-49 ans

• Par contre pour les rapports sexuels payant, le préservatif est souvent utilisé



Les Camerounais ont un rapport particulier avec le préservatif. D’après une étude, la majorité des gens n’aiment pas utiliser les préservatifs lors des rapports sexuels, du moins automatiquement.

Se protéger lors d’un rapport sexuel n’est pas forcément le premier réflexe des Camerounais. L’usage du préservatif n’est pas automatique au Cameroun. C’est le constat de la 5e édition de l’enquête démographique et de santé du Cameroun (EDSC-V) réalisée en 2018. L’étude a pris en compte les personnes qui se situent entre 15-49 ans Celle-ci met notamment l’accent sur le suivi de l’infection à VIH et des comportements à haut risque au sein de la population générale et de groupes spécifiques. Parmi les femmes et les hommes de cette tranche d’âge, respectivement 22% et 38% ont eu, au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête, des rapports sexuels avec un partenaire non régulier, « c’est-à-dire une personne qui n’était ni leur mari, ni le partenaire avec qui elles vivaient », explique l’enquête.

Parmi ces femmes, seules 43 % ont déclaré qu’un préservatif avait été utilisé au cours de ces rapports sexuels. Ce pourcentage est de 63 % chez les hommes. 10% d’hommes ont par ailleurs déclaré avoir déjà eu des rapports sexuels payants et 4 % ont confié en avoir eu au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête. Parmi ceux ayant eu des rapports sexuels payants au cours de cette période, 83 % disent avoir utilisé un préservatif. L’enquête ne précise pas les raisons qui justifient l’absence du port du préservatif au moment opportun.

L’étude relève par ailleurs que plus des trois quarts des femmes et des hommes (77 % dans chaque cas) sont au courant qu’on peut limiter les risques de contracter le VIH en utilisant des préservatifs au cours de chaque rapport sexuel. En outre, 84% de femmes et 82% d’hommes savent que la limitation des rapports sexuels à un seul partenaire sexuel non infecté, et qui n’a aucun autre partenaire sexuel, permet d’éviter de contracter la maladie.

Cette étude est symptomatique de la société camerounais où la joie de vivre et le plaisir est pas négligeable. Elle est d’autant plus incontestable que la majorité des jeunes disent préférer « la chaire contre chaire » lors des rapports sexuels. Malheureusement, cela augmente les cas des IST et des grossesses indésirables.
Source: www.camerounweb.com