1
Entertainment Tue, 22 Oct 2019

Plagiat et contrefaçon: Marlène Emvoutou expose et humilie Nathalie Koah

A Seulement 24 heures dévoilé au grand public, voilà que le nouveau livre « Renaitre » de Nathalie Koah est au cœur d’une grosse polémique. Celle qui se vantait des ventes de son livre sur Amazon vient de se faire prendre la main dans le sac.

Selon Patience Emvoutou, le second roman de Nathalie Koah n’est que pure copié collé. Nathalie Koah aurait plagié le livre de la joueuse de tennis française, Marion Bartoli.

Apparu en avril 2019, le livre de Marion Bartoli est aussi intitulé « Renaître ». Le livre de la sportive française relate également son parcours qui l’a menée à fréquenter les sommets mais aussi les abîmes et le doute.

Pure coïncidence ou plagiat ?

Ci-dessous la réaction intégrale de Patience Marlène Emvoutou…

« (...) J'ai lu la préface du livre de Nathalie Koah et ça sous-entend que sa renaissance après ses "déboires", tourne autour de la renaissance de son bébé ! Fait curieux : puisque Marion Bartoli avait déjà écrit la même histoire.

Ce qui est flagrant, et prouve la délinquance de Nathalie Koah, c'est de ne pas faire un effort pour donner un autre titre à son livre qui traite le même sujet. J'habite à la Fnac. Donc, je lis au moins 50 livres par an. Quelqu'un vole une phrase dans un livre, je décèle. Nathalie Koah a fait de la contrefaçon ! Elle a juste mis sa photo et son nom. Quand on n’a pas un talent, on ne force pas.

Cette fille est une experte du sexe débridé.

Elle doit plutôt écrire sur L'Abécédaire du sexe pour les nulles ou comment rendre un homme fou de vous. La spécialité de ceux qui n'ont aucune culture littéraire est de plagier ceux des autres. Or, plagier une œuvre d'autrui, est un délit.

Si Marion Bartoli l'attaque en justice, elle ne pourra pas payer. Car, elle n'est pas solvable en France. Sa maison d'édition à zéro salarié et 1200 Euros de Capital (triste). Quand on n’a pas le Baccalauréat, c'est difficile d’écrire un livre soi-même ! Quand on s'est fait aider, l'honnêteté intellectuelle impose qu'on cite celui qui vous a aidé. Étant une spécialiste du sexe, elle aurait dû trouver un autre titre comme "L'envie du goût". Car, c'est ce qu'elle sait mieux faire."

Source: camerounweb.com