0
Entertainment Sat, 18 Sep 2021

Reportage de Vision 4 sur Valséro : indignée, une ONG internationale monte au créneau

• L’ONG Mandela Center International indignée par l’élément de Vision 4

• Elle formule plusieurs récriminations et recommandations

• Cette sortie peut-elle faire bouger les lignes ?



Le reportage polémique de la chaîne Vision 4 sur le rappeur Valséro continue de susciter des réactions. Cette fois-ci, c’est l’ONG Mandela Center International, qui manifeste sa vive protestation contre un reportage jugé « haineux, choquant, révoltant, avec des propos d’une extrême gravité ». L’organisation non gouvernementale au-delà de l’indignation demande des comptes.

Après avoir exposé toute leur récrimination contre le reportage en question et dont camerounweb a largement fait écho, Mandela Center International tient à condamner « avec la toute dernière énergie le silence coupable des autorités politiques et judiciaires sur ces dérives récurrentes qui n’honorent point cette noble profession ». Elle met par ailleurs, avec insistance, en garde le Ministre en charge de la communication et porte-parole du Gouvernement pour son laxisme habituel.

L’ONG a tenu également à rappeler au « gouvernement camerounais que la promotion et la protection de la morale et des valeurs traditionnelles reconnues par la Communauté constituent une obligation de l'Etat dans le cadre de la sauvegarde des droits de l'homme consignés dans les textes internationaux dont l’Etat du Cameroun a librement souscrit »

Dans son communiqué rendu public ce 18 septembre, Mandela Center International déplore le laxisme des autorités qui seront, pour eux, les seules responsables des conséquences de ses dérives.

Les organisations professionnelles des médias n’ont non plus été épargnées. La Haute responsabilité et la conscience des organes de régulation des médias au Cameroun dont le ministère de la Communication; le Conseil National de la Communication (CNC); l’Union de la presse francophone (UPF-Cameroun), l’Union des journalistes du Cameroun (UJC), le Conseil camerounais des médias (CCM), les associations de journalistes par thématique ont été interpellées.

Dans les demandes, l’ONG « exige immédiatement la radiation définitive de l’auteur de ce dérapage médiatique, Raoul Christophe BIA, de la profession de journalisme ainsi que la suspension de ce media de la haine »

In fine, elle recommande au Gouvernement camerounais des mesures spéciales conformément à ses engagements internationaux en vue de la protection
Source: www.camerounweb.com