0
Entertainment Sun, 17 May 2020

Vers de violentes bagarres entre Marlène Emvoutou et Nathalie Koah

Ça ne sent pas du tout bon entre l’ex petite amie de Samuel Eto’o et l’ancienne candidate à la présidente de la Fédération camerounaise de Football (Fecafoot)

Dans une lettre adressée à Nathalie Koah et publiée sur sa page Facebook, Marlène Emvoutou l’exhorte à retirer son nom de son site internet.

En effet, dans un français un peu prononcé avec des expressions discourtoises, Marlène Emvoutou l’accuse sa compatriote d’avoir référencé son nom sur son site internet.

« Les recherches sur Marlene Emvoutou aboutissent désormais sur ton site internet où tu vends des strings, tes livres pour adultes et ta télévision imaginaire. Tu aurais pu écrire :” une femme en quête de visibilité sur Facebook a dit que j’ai plagié un livre». Tes lecteurs auraient deviné la personne indexée.” A-t-elle déclaré.

CamerounWeb vous propose l’intégralité de sa sortie

” Ma petite Nathalie Koah,

Je constate qu’à ton tour tu as décidé de référencer mon nom sur ton site internet que je découvre à l’instant …

Les recherches sur Marlene Emvoutou aboutissent désormais sur ton site internet où tu vends des strings, tes livres pour adultes et ta télévision imaginaire. Tu aurais pu écrire :” une femme en quête de visibilité sur Facebook a dit que j’ai plagié un livre». Tes lecteurs auraient deviné la personne indexée.

Mais, tu sais que mon nom est référence. Tu as décidé que je serais ton agent publicitaire pour t’attirer une catégorie de lecteurs qui ne s’intéressent pas à ce que tu fais. De nombreuses personnes ont toujours été curieuses de savoir ce qui nous oppose. Tu sais très bien que tu ne m’as jamais vu et nous n’avons rien en commun.

J’ai été courroucée de constater qu’au lendemain de mon passage à l’émission l’arène du 8 mars 2015, tu avais pondu un pamphlet sur ma personne qui a été repris par la presse. Alors que je n’étais pas au courant de ton histoire. Quand un journaliste m’a demandé de me prononcer sur les femmes qui envoient leurs photos nues à leurs amoureux.

J’ai dit ceci :” pour rien au monde, une femme ne doit échanger sa dignité contre quoique ce soit «. Phrase qui est devenue ton credo par la suite. Et je m’en réjouis. Cependant, ton nom était désormais référencé avec le mien sur les recherches Google.

Ton image sulfureuse associée à la mienne a créé la confusion auprès de mes contacts professionnels. Au point où certains s’amusent désormais à nous comparer. Je sais que certains camerounais meurent d’envie d’être cités sur tes plateformes au million d’abonnés. Ce qui n’est pas mon cas. J’ai 240 abonnés sur Facebook et 280 sur Instagram. Je ne suis pas une star des réseaux sociaux.

Mon actualité ayant relégué au dernier plan ces publications où mon nom était associé au tien, tu t’es créé un site internet dans lequel mon nom y est définitivement référencé avec celui d’un ministre de la République.

Source: www.camerounweb.com

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter