1

Aéroports du Cameroun: le Dg pris la main dans le sac

Adc Dg Mitchell L’actualité aux Aéroports du Cameroun est brûlante

Mon, 30 Nov 2020 Source: Henri Onana

Dans une correspondance datée du 6 novembre 2020 et dont nous avons eu copie, le président du Conseil d’administration marque son désaccord pour la reconduction de la société Zénithe Insurance qui traîne une réputation sulfureuse. Et donc, est disqualifiée pour continuer à offrir ses services dans le cadre de l’assurance Santé Groupe du personnel des Aéroports du Cameroun S.A.

L’actualité aux Aéroports du Cameroun est brûlante. En effet, le Pca a adressé une lourde correspondance pour rappeler à l’ordre le Dg des Adc qui a voulu reconduire le contrat de l’entreprise Zénithe Insurance. Au départ de l’affaire, Joseph Dipita Pokossy Doumbé avait demandé le 23 juillet 2020, à Thomas Owona Assoumou de consulter des entreprises fiables en vue de l’assurance Santé Groupe du personnel des Aéroports du Cameroun S.A, pour les trois prochaines années. Le Pca exigeait ainsi la liste des présélectionnés en vue d’accorder à directeur général l’autorisation de passer ce marché de gré à gré avec la société qui sera retenue. Compte tenu du fait que le contrat de l’assureur actuel arrivait à expiration le 26 novembre 2020, il était question d’«éviter une situation de non assurance au personnel et préserver la paix sociale vu la délicatesse du problème de la santé». Le directeur des Adc se devait donc de faire tenir à son Pca, au plus tard le 06 novembre 2020, la liste des trois sociétés présélectionnées pour le Comité d’examen des demandes de dérogation qui devait avoir lieu le 12 novembre 2020 à Douala. De même que les statistiques sur la consommation de cette assurance durant les trois années écoulées.

Curieusement, pendant que l’on s’attend à ce que M. Owona Assoumou choisisse, comme exigé par le Conseil d’administration, une société d’assurance dans lesquelles l’Etat est actionnaire (à l’instar de Chanas Assurances S.A), il va plutôt jeter son dévolu sur Zénithe Insurance, dont les prestations n’ont pas donné satisfaction à l’entreprise en charge de la gestion des aéroports.

«Lors de notre rencontre du mardi 03 octobre 2020, vous avez sollicité mon accord pour que Zénithe soit reconduite comme société d’assurance de Adc. Le recoupement des informations sur les prestations similaires fournies antérieurement par Zénithe Assurance auprès de certaines sociétés étatiques à l’instar de la Cnps, du Crédit foncier, de Camwater, de Camair-Co et de nombreux manquements observés dans la couverture des agents de Adc traduisent à suffisance la mauvaise qualité de service de cette société », fait remarquer M. Pokossy Doumbé à M. Owona Assoumou, dans une lettre datée du 6 novembre 2020. Le Pca ne manque pas de rappeler que, selon l’article 6 du manuel de procédure des marchés, le Conseil d’administration est l’organe investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toutes circonstances au nom de la société Aéroports du Cameroun S.A. A cet égard, poursuit l’alinéa 2, ledit conseil est l’autorité des marchés de Adc S.A, assure la contrôle interne des marchés, est le régulateur des marchés.

Fort donc de tout cela, Le Pca va logiquement marquer son désaccord pour la reconduction à Zénithe Insurance du contrat d’assurance santé Groupe de Adc S.A. pour les trois prochaines années. Ce « d’autant plus que le président du Conseil d’administration lui-même a failli passer de vie à trépas à cause de la non-observance stricte des termes du contrat », mentionne le Pca, dans sa correspondance.

Par conséquent, renchérit le Pca, « je voudrai vous rappeler ma correspondance n°0144-20/ADC/PCA du 23 juillet 2020 par laquelle je vous demandais de procéder à la consultation de trois (3) sociétés performantes et de préférence dans lesquelles l’Etat est actionnaire et avec lesquelles il n’est pas en conflit. Leur liste devra être à ma disposition avant le Comité d’examen des demandes de dérogation du 12 novembre 2020».

« C’est avec un grand étonnement qu’on appris que le Dg a voulu reconduire Zénithe Insurance, alors qu’il y a des sociétés dans lesquelles l’Etat est actionnaire et dont les états de service sont connus de tous. La complaisance dont a fait preuve la direction générale dans ce dossier est révoltante, ce d’autant plus que, du fait de Zénithe Insurance, le Pca a failli mourir. De telles magouilles, sur fonds de prébendes et autres pots de vins, se paient cash. En tout cas, le Conseil d’administration en saura tirer les conséquences le moment venu», commente un administrateur.

Auteur: Henri Onana