1

Accusé par des journaux de persécuter Cyrus Ngo'o, Boris Bertolt répond

Boris Camerounweb Boris Bertolt

Mon, 23 Aug 2021 Source: Boris Bertolt

Ce lundi 23 août, le Cameroun s'est réveillé avec plusieurs Unes de journaux affichant à leurs manchettes (pour la plupart), l'informations selon laquelle, le journaliste politique et lanceur d'alertes, Boris Bertolt a été monté par des "mains dans l'ombre" pour persécute le DG du Port Autonome de Douala.

La réponse du journaliste ne s'est pas faite attendre. Dans une publication en réponse à ces journaux qui l'accusent, il donne des détails sur ls informations qu'il dispose et se dit déterminé à aller à faire éclater la vérité.

CamerounWeb vous propose la réponse de Boris Bertolt aux journaux qui l'accusent de persécution.

---



"Attendez:

1) Donc c’est moi qui demande aux juge du TCS de convoquer Cyrus Ngoh.

2) Voyez franchement que des magistrats peuvent convoquer un individu en le qualifiant directement de « suspect » s’ils ne pensent pas qu’il y a assez d’éléments compromettants ?

3) C’est moi qui payait les factures de dizaines de milliards sans m’assurer où l’argent du trésor public partait ?

4) C’est moi qui signait les avenants qui ont passés le marché de 25 milliards Fcfa puis 31 milliards FCFA et 54 milliards FCFA?

5) C’est moi qui décide qu’un marché qui devait être livré en 24 mois soit plutôt livré en 48 mois et coûte deux fois plus cher?

6) C’est moi qui a écrit à Paul Biya pour dire que je recevais les ordres de Ferdinand Ngoh Ngoh, l’homme à la punk, pour virer des dizaines de milliards sans contrôle ?

Au contraire c’est moi qui dès février 2019 tire la sonnette d’alarme en disant faites attention avec PORTSEC. Ça sent la merde.

Mais avec leur arrogance et leur boulimie financière habituelle ils ne m’ont pas écouté.

Bon maintenant les arguments sur Bolloré relèvent simplement de fantasmes.

Vous croyez franchement que Cyrus Ngoh peut chasser Bolloré du port de Douala? Lui c’est qui? Ce sont des affaires qui se gèrent entre Paul Biya et Macron.

Etoundi et l’Elysée.

Soyez parfois un peu sérieux. C’est la preuve vous ne connaissez même pas de quoi vous parlez. Écrivez ce que vous voulez. Moi je continuerai à faire mon job. On avance."

Auteur: Boris Bertolt