0

Activisme et gesticulation diplomatico-médiatique d’une vieille barbouze à Yaoundé

Wed, 9 Sep 2015 Source: Armand Roger Biloa Mballe

Rattrapée par ses crimes et massacres au Cameroun notamment en pays Bassa et Bamilékés, la Plénipotentiaire de Paris à Yaoundé peine à trouver une stratégie de reconquête de l’opinion des Camerounais.

En vieille barbouze, Mme Robichon, de sa résidence au Plateau Atemengue a perdu le sommeil. Aussi, des réunions sécrètes se succèdent aux messes noires qu’elle tente d’organiser à Douala et à Yaoundé avec des Gourous maçonniques et rosicruciens aux fins d’endormir et envoûter les Camerounais. Peine perdue Mme l’Ambassadrice.

Les crimes et massacres commis au Cameroun par vos prédécesseurs sont et restent vivaces dans la mémoire collective des patriotes ; ils sont imprescriptibles, sachez-le Madame. Nous nous souvenons encore des atrocités commises par le tortionnaire Courte Cuisse dans les villages Babimbi en Sanaga Maritime, notamment à Ngambe et à Ndom et également à Baïkak.

Nous nous rappelons de ces villages entièrement brûlés au Napalm et au gaz Sarin en Pays Bamiléké par le Colonel Marcel Bigeard, le Capitaine Roland Pré au quartier Congo à Douala sans oublier Raulin et le tristement et inoubliable Pierre Messmer, planificateur et architecte assermenté du génocide au Cameroun mandaté par le Général de Gaulle de triste mémoire.

Toutes ces atrocités, massacres et crimes de masse continueront à hanter et à polluer ce que vous appelez pompeusement les relations franco-camerounaises.

Malgré ce génocide et cette arnaque à ciel ouvert, toute honte bue, la vieille Barbouze s’est permise depuis quelques jours de sortir sur le site internet de son Ambassade, une carte à travers laquelle elle fait ressortir la géographie des « Aides et des Fonds »débloqués par la bien généreuse et bienfaisante France au Cameroun, pour le bonheur des Camerounais.

Au lieu de se taire et de se faire oublier un peu en cette période de rentrée scolaire, cette dame a eu la sinistre et diabolique audace de sortir cette des « Aides et Projets » réalisés dit-elle au Cameroun par la France à quelques jours du moment où les patriotes célèbrent la semaine des MARTYRS. Quelle provocation. Mme l’Ambassadrice, vous auriez dû vous taire.

Les Camerounais ne réclament pas de l’aide à la France; au contraire. Ils n’en veulent même pas; et pour cause, c’est les Camerounais (comme le reste des Etats de la Zone franc) qui aident la France à maintenir la tête hors du « marigot européen » au travers d’un mécanisme bien pensé et huilé depuis février 1944 lors de Conférence de Brazzaville. Arrêtez de tromper les Africains. Votre pays ne dispose pas de moyens pour aider les Africains. Arrêtez ce cirque, il est de mauvais de goût.

Ces derniers demandent à vos dirigeants de quitter purement et simplement leurs territoires. De toutes les façons si vous ne quittez pas retenez une chose : la France et les Français ne seront plus jamais tranquilles sur le sol africain. Votre pays est désormais démasqué comme étant un Etat parasite. Le profond et long sommeil auquel vous étiez est fini.

Partout où vous et vos ressortissants passeront ou résideront en Afrique, ils seront traités et perçus comme des brigands et des voleurs ; et ce jusqu’à la fin des temps.

Retenez-le bien, vos stratégies de communication ou de tentatives de retourner les opinions africaines n’aboutiront à rien. La présence française dans notre pays est synonyme de pillages, de prédation, d’assassinats, de brigandage financier et monétaire. Et bien plus, votre sillage est jonché de crimes de sang et de meurtres les plus horribles à l’instar de l’empoisonnement du Président de l’UPC Dr Roland Félix Moumié à Genève par la barbouze Betchel sur ordre de Gaulle ; c’est la vérité historique.

Vous parlez des projets réalisés au Cameroun par la France à travers votre carte. De quoi s’agit-il ? Où sont-ils ? Curer ou déboucher les caniveaux de la ville de Maroua ou de Douala constitue-t-il un projet et dont les fonds pour ces rafistolages ont été prélevés sur le Compte d’Opérations où sont déposées les devises des Etats de la Zone franc ? Cessez de vous moquer des Camerounais. Nous sommes en 2015 et non plus en 1945.

Parcourez une ville comme Yaoundé ou Douala et dites-nous quels sont les symboles forts de « la coopération franco-camerounaise » dont vous vantez tant à travers votre carte ? Les Palais des Congrès, des Sports, des Hôpitaux de Référence…cela vous dit-il quelque chose ?

Nous connaissons bien la France et nous savons ce qu’elle vaut réellement. Les broutilles prélevées sur le Compte d’Opérations et saupoudrées sur de minables et minuscules « réalisations» et exécutées par des tâcherons sous le regard de la vieille Société Razel méritent-elles tant d’activisme et gesticulation diplomatico-médiatiques ?

Et enfin, qui est-ce que l’Agence Française de Développement(AFD) dont les « ancêtres » ne sont autres le Fonds d’Investissement de Développement Economique et Social(FIDES) qui deviendra plus tard la Caisse Centrale de Développement Economique(CCCE), puis la Caisse Française de Développement(CFD). Nous y reviendrons.

Si la «généreuse et bienfaisante » France est si riche, si elle dispose tant de moyens, pourquoi depuis des semaines crie-elle dans toutes les réunions et couloirs de l’UE pour réclamer une petite rallonge budgétaire de 5 millions d’EUROS afin d’accueillir les migrants est-européens et ceux de la Syrie ?

Cessez de vous agiter comme un épouvantail autour d’une «Aide » que votre Pays est supposé apporter au Cameroun. Une « Aide » fictive qui se limite au niveau des écritures. Consultez le Compte des Opérations et vous découvrirez qui aide réellement qui.

Nous savons une fois de plus ce que vaut la France. Le Cameroun n’est pas le Bénin où votre pays vient de placer le 18/06/2015, un nouveau Sous-traitant de sa politique en Afrique de l’Ouest comme Premier Ministre en la personne de Lionel Zinsou un ex-Conseiller de M. Laurent Fabius et l’un des rédacteurs et concepteurs du tristement célèbre Rapport Védrine (nouveau bréviaire du néo-colonialisme français en Afrique).

Mme l’Ambassadrice, il est grand temps que vos autorités et vous-même, vous recycliez et que vous changiez votre logiciel des relations franco-africaines et de paradigmes qui prévalaient jusqu’à présent entre les Etats africains et la France. Un exercice de reconversion assez difficile pour vous qui êtes un vieil agent de la SDCE, propulsé dans la diplomatie dont le rôle bien connu est de susciter, provoquer et d’entretenir les déstabilisations dans les pays francophones.

Mme Christine Robichon bien vouloir transmettre ce message à vos Autorités « Les Camerounais ne veulent pas de votre Aide. Ils vous demandent une seul chose : celle de quitter leur pays et les laisser vivre en fin en paix.

Auteur: Armand Roger Biloa Mballe